#تعلم الفرنسية من خلال الأخبار

Journal en français facile 26/09/2019 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

22h à Paris, 20h en temps universel.

Loïc Bussières : Bonsoir et bienvenue si vous nous rejoignez pour votre Journal en français facile que je vous présente en compagnie de Zéphyrin Kouadio. Bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir. 

LB : un grand titre, ce soir : la mort de Jacques Chirac à l’âge de 86 ans. Les hommages se multiplient pour saluer la mémoire de celui qui a dirigé la France de 1995 à 2007. L’Élysée annonce une journée de deuil national lundi. Nous consacrerons une grande partie de cette édition du Journal en français facile à la disparition de l’ancien Chef de l’État.

ZK : La mort « d’un homme d’État que nous aimions autant qu’il nous aimait ». Les mots sont ceux d’Emmanuel Macron pour saluer la disparition de Jacques Chirac.

LB : Le Chef de l’État qui a pris la parole, après l’annonce, en fin de matinée du décès de l’ancien Président français, « Jacques Chirac était un grand Français, libre » qui « aimait profondément les gens », a souligné le chef de l’État qui a également décrété un jour de deuil national lundi et la tenue ce jour-là à 12H d’une cérémonie solennelle en l’église Saint-Sulpice à Paris. Par ailleurs l’Élysée a ouvert ses portes il y a une heure pour accueillir les Français désireux de signer un recueil de condoléances. L’Élysée où l’on retrouve notre envoyé spécial Simon Rozé. Simon, vous êtes dans la cour du Palais de l’Élysée. Les Parisiens sont-ils nombreux à s’être déplacés ce soir ? 

[Transcription manquante]

ZK : Les réactions sont évidemment très nombreuses depuis l’annonce ce matin de la mort de Jacques Chirac.

LB : En France, beaucoup saluent l’homme d’État :" une page de la France qui s’en va » pour reprendre les mots de son dernier Premier ministre, Dominique de Villepin. « Un lion de la politique française », selon François Fillon. Un « homme de cœur, de culture et d’humour, et un grand combattant politique » pour son ami Jean-Louis Debré, ex-Président de l’Assemblée Nationale. « Un homme qui a compté dans la vie politique et dans la mienne », souligne Édouard Philippe.

ZK : Hommage également en dehors de sa famille politique, à l’image de ce tweet de Jean-Luc Mélenchon « Il aimait la France mieux que d’autres depuis. Et pour cette part-là, nous lui sommes reconnaissants. »

LB : Ou de celui de Marine Le Pen « Mlgré toutes les divergences que l’on pouvait avoir avec Jacques Chirac, il aura été un grand amoureux de l’outre-mer et Le Président capable de s’opposer à la folie de la guerre en Irak » souligne la Présidente du RN. Cet épisode de la guerre en Irak, en 2003 et du refus de la France d’y participer est resté dans toutes les mémoires. On revient sur cet épisode marquant de la présidence Chirac avec Nicolas Falez.

Lorsqu’en mars 2003 l’armée américaine lance ses opérations militaires contre l’Irak de Saddam Hussein, le Président français Jacques Chirac ne peut que constater l’échec de ses efforts. Impossible à l’époque d’arrêter la course à la guerre des États-Unis de Georges W. Bush traumatisé par les attentats du 11 septembre 2001 et qui accusent l’Irak de dissimuler des armes de destruction massive. Par la voix de Jacques Chirac et par celle de son ministre des Affaires étrangères Dominique de Villepin, la France s’inquiète d’une opération menée sans l’aval des Nations Unies... et à l’époque le Président français met en garde contre les dangers d’une telle invasion. Et effectivement les craintes françaises formulées par Jacques Chirac se sont révélées justifiées avec les milliers de morts de l’opération américaine et toute une région qui subit aujourd’hui encore l’onde de choc de l’invasion de l’Irak.

LB : D’autres hommages hors des frontières françaises après la disparition de Jacques Chirac venant des quatre coins du globe. D’Allemagne, où Angela Merkel salue « un “formidable partenaire et ami”. De Russie, où le président Vladimir Poutine a salué un dirigeant “sage et visionnaire”. Du Gabon, avec Ali Bongo Ondimba, pour qui Jacques Chirac était “un amoureux sincère de l’Afrique” ou encore du Tchad, où Idriss Deby évoque un “grand Homme d’État qui a beaucoup œuvré au raffermissement des relations entre la France et le Tchad”. La Présidente élue de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen se rappelle “un grand dirigeant, un grand Européen et un homme qui a inspiré toute une génération”. Voilà ce que l’on pouvait dire au soir de l’annonce de la mort de Jacques Chirac l’ancien Président français qui s’est donc éteint à l’âge de 86 ans. Nous reviendrons, bien évidemment sur l’information de ce jeudi 26 septembre toute à l’heure, dans 24h en France. Retenez également que RFI sera en édition spéciale demain matin à partir de 7h autour de Nathanael Vittrant et Chantal Lohro.

ZK : À la une en France également, un incendie à Rouen dans une usine classée Seveso.

LB : C’est à dire une usine qui présente des risques d’incidents majeurs en l’occurrence l’usine Lubrizol qui fabrique des additifs pour les lubrifiants. Le feu, dont l’origine est pour l’instant inconnue est ce soir maîtrisé et ne “devrait pas se développer de nouveau” indique le Ministère de l’Intérieur. De très nombreux pompiers -plus de 200- ont été mobilisés alors qu’un panache de fumée noire a recouvert la ville semant le trouble chez les habitants qui ont vécu une journée très particulière. Simon Rozé.

Un panache de fumée noire coupe en deux le ciel gris, ça n’empêche pas les oiseaux de chanter. On les entend d’ailleurs, le centre-ville est presque désert, les quelques piétons marchent vite, un peu inquiets. Des masques, ou des écharpes, ils sont plusieurs à en avoir autour du visage, la gorge et le nez sont un peu pris, l’air pique et la ville semble comme éteinte. De nombreux magasins ont gardé le rideau baissé et cette commerçante se demande si elle n’aurait pas du faire la même chose. Ce risque, et les mesures de précaution, ils sont tout de même quelques-uns à trouver ça exagéré. Ce monsieur de 90 ans s’étonne de voir sa ville aussi calme. Pas de victimes de l’incendie en effet, mais ses conséquences sur la vie locale vont continuer à se faire sentir avec l’arrêt de tous les transports en commun jusqu’à ce vendredi matin minimum.

ZK : L’actualité c’est aussi cette révélation de l’agence France Presse sur une série de cyberattaques dirigées contre Airbus.

LB : Quatre attaques majeures dont l’origine est encore incertaine, mais qui visaient visiblement à dérober des documents techniques. Sébastien Duhamel.

C’est l’histoire d’un colosse aux pieds d’argile face aux attaques incessantes. Airbus a bien fait de sa sécurité informatique une forteresse, mais les pirates le savent bien alors c’est par les sous-traitants qu’ils ont réussi à percer le bouclier. Quatre sous-traitants d’Airbus selon l’Agence France-Presse qui s’appuie sur des sources sécuritaires anonymes. Il y a le groupe français de conseil Expleo qui s’appelait auparavant Assystem - l’infection a été découverte fin 2018, mais elle était bien plus vieille - il y aussi le motoriste britannique Rolls Royce et puis deux autres encore, non identifiés. Alors comment les pirates ont-ils fait concrètement ? Eh bien c’est simple en apparence : pour collaborer, Airbus et ces entreprises ont mis en place un VPN, un réseau privé virtuel et c’est ce réseau que les pirates ont réussi à pénétrer en se faisant passer pour les sous-traitants, auprès des serveurs d’Airbus. Là, ils ont ciblé des documents techniques de certification, il s’agit de documents indispensables à la commercialisation des avions, car c’est en quelque sorte un cahier des charges relatif à la sécurité des appareils. On comprend donc leur importance, mais qui a cherché à les dérober ? Aucune confirmation pour l’heure, on parle au conditionnel, mais les sources de l’Agence France-Presse pensent à des pirates pilotés depuis la Chine.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias