#تعلم الفرنسية من خلال الأخبار

Journal en français facile 25/05/2019 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

22h à Paris, 2h de moins en temps universel (TU).

Loïc Bussières : Bonsoir et bienvenue si vous nous rejoignez pour votre Journal en français facile. Zéphyrin Kouadio à mes côtés au micro. Bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir.

LB : À la une : les élections européennes dans leur dernière ligne droite. L’essentiel des pays vote demain dimanche. Les premiers résultats officiels seront communiqués après la fermeture des bureaux de vote italiens à 21h TU.

ZK : Une loi anti-avortement bloquée par la justice dans le Mississippi alors que de plus en plus d’États américains dirigés par les Républicains votent des textes très durs en la matière. Les explications dans ce journal.

LB : Et puis l’auteur présumé de l’attaque au colis piégé toujours recherché à Lyon. Les enquêteurs ont retrouvé des traces d’ADN sur les lieux de l’explosion.

------

ZK : Avant de développer ces titres, on se rend à Cannes où le jury du festival du film a rendu son verdict il y a un peu plus d’une heure.

LB : Une cérémonie de clôture que vous avez pu suivre en direct sur notre antenne avec nos envoyées spéciales sur la Croisette. Justement, nous sommes en ligne avec Isabelle Chenu, en direct de Cannes. Isabelle ce que l’on retiendra tout d’abord de ce 72e festival c’est cette première Palme d’Or remise à un film sud-coréen. 

[Transcription manquante]

LB : Tous les détails du palmarès sur rfi.fr.

ZK : C’est la dernière ligne droite pour les élections les Européennes. Trois nouveaux pays étaient appelés aux urnes aujourd’hui, la Lettonie, la Slovaquie et la République tchèque, avant une vingtaine d’autres, qui voteront demain -c’est le cas de la France notamment.

LB : Une Europe qui s’est construite à travers une intégration économique et monétaire, mais qui tâtonne, qui hésite toujours. D’autres secteurs sont encore à approfondir. Alors faudrait-il davantage ou moins d’intégration européenne au niveau social et professionnel ? Sur ce point, les avis divergents, exemple en Italie avec Pauline Gleize.

Pour une plus grande protection des travailleurs et une réduction des inégalités... ce n’est pas vers Bruxelles que PierPaolo Leonardi, du syndicat italien USB veut se tourner. Ce sont les travailleurs européens qui construisent l’internationalisme et pas les élites. Nous on considère que l’Union européenne, c’est la maladie et pas le remède. Il est absolument nécessaire de se libérer du carcan des traités européens. Avis plus favorable à une intégration européenne du côté de la confédération italienne des syndicats des travailleurs. Mirko Dolzadelli, secrétaire régional, souhaite que la citoyenneté européenne se construise aussi à travers le travail. On peut le faire à travers un dialogue fort au sein de la confédération européenne des syndicats. Créer un système de protection sociale unique, penser à une Europe plus sociale, et à une politique européenne pour le travail... qui uniformise les droits et devoirs des travailleurs dans toute l’Europe. Mais Francesco Daveri, économiste à l’université Bocconi, n’y croit pas vraiment. S’il y a quelque chose que les gouvernements nationaux veulent conserver jalousement, c’est la législation sociale. Parce que les citoyens qui votent sur des bases nationales sont très sensibles à ces questions-là. Il n’exclut pas l’idée de règles communes en termes d’assistance chômage. Mais il faudrait des variantes nationales, les niveaux de vie étant actuellement trop disparates.

LB : Les élections européennes, c’est à suivre, demain dimanche sur RFI, rendez-vous à partir de 19h10 avec un Carrefour de l’Europe spécial ? Suivi, dès 20h, de la grande soirée électorale avec le service politique de RFI, soirée présentée par Philippe Lecaplain.

ZK : Nous vous le disions dans les titres, la justice fédérale du Mississippi, État très conservateur du sud des États-Unis, a décidé de bloquer une loi anti-avortement très restrictive.

LB : Le texte voté il y a deux mois devait entrer en vigueur le 1er juillet prochain. Il prévoyait notamment d’interdire l’IVG à partir de six semaines de grossesse contre 20 semaines actuellement sans exception en cas de viol ou d’inceste. Les explications de Romain Lemaresquier.

C’est un revers qui était attendu par les opposants à l’avortement dans cet État. Comme en Alabama, dans l’Ohio ou encore au Tennessee, de plus en plus d’État aux mains des républicains tentent de forcer la main sur la question de l’avortement en votant des lois très restrictives. Des lois qui vont à l’encontre de la décision de la Cour suprême de 1973 qui légalise l’avortement aux États-Unis. Et c’est là le but avoué de ces démarches, faire en sorte que la Cour Suprême prenne en main ce sujet et espérer qu’elle revienne sur cette décision historique. Après les nominations de deux juges conservateurs au sein de l’instance suprême de la Justice américaine, Donald Trump a donné les armes aux républicains pour tenter de valider des changements drastiques. Désormais les conservateurs sont majoritaires à la Cour Suprême et l’éventualité d’une révision du droit à l’avortement semble plus que jamais envisageable. De nombreuses associations dénoncent devant les tribunaux ces nouvelles lois, très restrictives. Des plaintes nécessaires pour empêcher l’entrée en vigueur de ces lois, mais des plaintes qui ne font qu’accélérer le processus qui doit permettre à la Cour Suprême de statuer sur la question.

ZK : L’actualité en France, ce sont ces nouvelles photos de l’auteur présumé de l’attaque au colis piégé hier, à Lyon.

LB : Des clichés de vidéo-surveillance, diffusés par la police via son compte twitter. Le suspect n’a toujours pas été identifié, l’attaque -qui a fait je le rappelle 13 blessés légers- n’a pas non plus été revendiquée. Du côté de l’enquête, des traces d’ADN ont été retrouvées, on en sait plus également sur la nature de l’explosif, en l’occurrence du TATP, une substance artisanale très instable, notamment été utilisé dans les attentats du 13 novembre 2015 à Paris.

Tout de suite on retrouve Yvan Amar pour son mot de la semaine.

Demain les Français votent pour les élections européennes, donc pour envoyer des députés eu Parlement européen. Ils votent pour l’Europe ? C’est une phrase qu’on entend beaucoup. Et on voit bien que le sens du mot a incroyablement changé en quelques dizaines d’années. L’Europe est au départ un mot géographique qui désigne un continent, le plus petit des cinq. Mais selon le contexte, c’est-à-dire selon la situation, la phrase où emploie le mot, son sens change. Et son sens est aujourd’hui souvent politique ou économique. Au départ, on précisait : l’Europe des cinq, le Marché Commun, dans les années 60, puis des 6, puis elle s’est élargie jusqu’à 28, avant que le Royaume-Uni ne la quitte. Donc lorsqu’on parle de l’Europe, on entend le plus souvent maintenant l’Union européenne. Ce qui amène forcément à des affirmations qui peuvent paraître bizarres : la Suisse n’est pas dans l’Europe ! Géographiquement c’est faux évidemment ! Les hommes politiques qu’on appelle des Européens sont ceux qui sont favorables à une plus grande responsabilité de ces institutions européennes. On parle donc souvent des europhiles, ceux qui « aiment » l’Europe, et des europhobes, qui sont plus méfiants, souvent plus nationalistes. Mais attention : l’Europe a pris aujourd’hui une telle importance que ce mot europhobe n’est utilisé que par ceux qui critiquent cette europhobie. Pratiquement personne ne s’affiche comme europhobe. On dit simplement : l’Europe que je défends n’est pas la même que la vôtre !

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias