#تعلم الفرنسية من خلال الأخبار

Journal en français facile 21/03/2018 20h00 GMT

Image par défaut des émissions / éditions
RFI
Transcription

Céline Pellarin : Vous écoutez RFI et il est 20 h en temps universel, 21 h à Paris. Bonsoir à toutes et à tous. Merci d'être à l'écoute du Journal en français facile. Et c'est Mehdi Meddeb qui est à mes côtés, ce soir. Bonsoir Mehdi.

Mehdi Meddeb : Bonsoir Céline, bonsoir à tous.

CP : Un ancien président français mis en examen. Nicolas Sarkozy venait d’être interrogé deux jours par la justice française. Une garde à vue pour une enquête sur de l'argent qu'il aurait peut-être reçu de la Libye pendant qu'il faisait campagne en 2007.

MM : Nous irons également en Israël où une jeune Palestinienne de dix-sept ans est jugée par un tribunal militaire. Elle vient d'être condamnée pour avoir frappé des soldats. C'est Marie Normand qui va nous expliquer cette affaire dans quelques minutes.

CP : Goût de France, c'est le nom d'une opération culinaire pour faire connaître la cuisine française à travers le monde. On ira faire un tour par le Mexique.

-----

MM : L'actualité française marquée par cette mise en examen. La mise en examen de l'ancien chef de l'État Nicolas Sarkozy.

CP : Une mesure prise par les juges après une garde à vue de deux jours qui s'est donc terminée ce mercredi en début de soirée. Pendant presque deux jours, Nicolas Sarkozy a dû répondre aux questions de la justice.

MM : Des questions sur l'enquête sur des soupçons de financement de sa campagne pour la présidentielle de 2007 par la Libye.

CP : Ce que veulent savoir les juges c'est si Nicolas Sarkozy a reçu illégalement de l'argent de l'ancien dirigeant libyen Mouammar Kadhafi pendant la période pré-électorale qui l'a ensuite porté au pouvoir en 2007. Julien Chavanne vous nous avez rejoints en studio. Quelles vont être les conséquences de cette mise en examen pour Nicolas Sarkozy et pour sa famille politique ?

Et bien d’abord pour Nicolas Sarkozy, c’est un coup dur, sa troisième mise en examen. L’ancien président est renvoyé à ses affaires, lui qui se glissait depuis quelque temps dans la peau du vieux sage à droite. Vous savez, on l’a vu à la télévision parler de ses passions de livres, de sports. On l’a vu dans ses bureaux recevoir tous les ténors de la droite. Et bien cette image reprend un coup. Il est rattrapé par le bruit de ses casseroles judiciaires. Quant à sa famille, évidemment pour l’opération reconquête de Laurent Wauquiez ça tombe plutôt mal. On a pu noter évidemment que sa famille l’a défendu. Critiquant l’acharnement de la justice. Mais certains l’ont fait un peu de loin. En ne voulant pas tomber dans la victimisation. Laurent Wauquiez lui-même le chef du parti Les Républicains s’est contenté d’un communiqué de son parti et de quelques tweets pour défendre l’ancien président une nouvelle fois mis en examen ce soir.

CP : Julien Chavanne du service politique de RFI, vous étiez en direct sur la radio du monde.

MM : On va parler à présent d'une adolescente qui est devenue une icône, un symbole de la cause palestinienne.

CP : Elle s'appelle Ahed Tamimi. Elle est dans une prison israélienne depuis plusieurs mois. Son crime: avoir été filmée en train de gifler et de donner des coups de pieds à des soldats israéliens qui étaient dans la cour de sa maison. La vidéo a été tournée avec un téléphone portable par un membre de sa famille le 15 décembre à Nabi Saleh, c’est en Cisjordanie occupée. Une vidéo devenue virale, c'est à dire qu'elle s'est propagée sur internet qu'elle a été très regardée dans le monde entier.

MM : Après plusieurs mois de détention, Ahed Tamimi est jugée en ce moment par un tribunal militaire israélien, à huis clos, malgré l'opposition de son avocate.

CP : Un huis clos c'est quand la presse et le public sont interdits d'assister à un procès. Dans le cas d'Ahed c'est parce qu'elle est mineure, elle vient en effet d'avoir dix-sept ans. Un anniversaire qu'elle a passé en détention préventive. Marie Normand, Ahed Tamimi vient d'être condamnée ce soir à huit mois de prison. C'est moins que prévu.

« Oui, car un peu plus tôt aujourd’hui un accord a été trouvé avec le procureur. Ahed Tamimi a accepté de plaider coupable contre une peine raccourcie, une peine de huit mois de prison seulement. Elle sera donc libérée cet été. Car la Cour prend en compte, Céline, le temps qu'elle a déjà passé en prison, c’est-à-dire en détention provisoire. Cette peine sera assortie enfin d'une amende de cinq mille shekels, ce qui équivaut un peu moins de mille deux cents euros. Un plaider coupable pour quatre seulement des douze charges retenues contre elle. Notamment agression, incitation et obstruction à la mission des soldats. C’est-à-dire qu’elle a fait obstacle à leur travail. » Un tel accord n'était pas forcément attendu, Marie ? « Non, car cela a été un procès très médiatisé, qui faisait figure d'exemple pour les Israéliens et qui a été aussi très suivi par les Palestiniens. Et par la communauté internationale. Plusieurs observateurs s'attendaient donc à un procès beaucoup plus long. Signe de la tension qui entoure cette affaire depuis des mois, l’Agence France Presse raconte qu’un militant a frappé l’un des procureurs à la tête alors qu’il quittait la salle d’audience. Il a été arrêté. »

CP : Marie Normand, vous étiez en direct sur RFI, vous êtes du service international et vous étiez dans le Journal en français facile.

MM : Kaboul, la capitale de l'Afghanistan a nouveau frappée par un attentat.

CP : Une attaque kamikaze, un homme s'est fait exploser devant l'université. Une violence marquée également par la date choisie par le terroriste. Ce mercredi 21 mars, on célèbre Norouz, le Nouvel An perse. Les autorités afghanes ne donnent pas de chiffre du bilan humain, mais ce sont plusieurs dizaines de personnes qui sont mortes. Et il y a parmi les victimes beaucoup de jeunes. Ces musulmans chiites étaient réunis pour faire la fête. C'est l'organisation État islamique, qui se revendique sunnite, qui a revendiqué cet attentat. Les précisions de notre correspondante à Kaboul, Sonia Ghezali.

Aux abords de l’entrée principale de l’université de Kaboul, et bien de nombreuses personnes, les yeux rougis, la tête baissée hâtent le pas en direction de l’hôpital Istiqlal qui se trouve juste à côté. C’est là qu’ont été transportées les victimes de cet attentat meurtrier. La plupart des victimes sont chiites. Parmi elles des hommes des femmes et des enfants qui rentraient à pied chez elle après avoir participé à la cérémonie Tchāhār Shanbe Sûri qui s’est tenu près de l’université de Kaboul. Près de l’hôpital Ali Abad. Cérémonie au cours de laquelle les fidèles élèvent un mât sacré, selon eux, et orné d’un drapeau vert en mémoire d’Ali le gendre du prophète musulman Mohamed. C’est à l’issue de ces célébrations que des dizaines de familles quittaient les lieux de ce quartier a minorité Hazarat, la minorité chiite du pays, qu’un kamikaze s’est fait exploser. De nombreux corps sans vie gisaient au sol, racontent des témoins de l’explosion, entendue dans tout le quartier. Le secteur est quadrillé par la police. « Nous ne sommes pas en sécurité dans notre pays », me disait un jeune de dix-neuf ans vivant dans ce quartier. À Kaboul la sécurité a pourtant été renforcée à l’occasion de Norouz, le Nouvel An persan, qui est considéré comme une célébration impie par les extrémistes religieux du pays.

MM : Hier sur RFI, on fêtait la Francophonie, la langue française, aujourd’hui c'est plutôt de bouche dont il est question pour clore ce journal.

CP : De la gastronomie française, de la cuisine. Parce que ce mercredi c'est la quatrième édition du Goût de France. Et on va vous faire saliver et vous ouvrir l'appétit on en est sûr, avec le mariage des cuisines française et mexicaine. Le Mexique célèbre la gastronomie française aujourd’hui. Ses chefs cuisiniers la mettront en valeur dans plusieurs restaurants du pays. Ce sera une nouvelle fois l'occasion pour les cuisiniers français et mexicains de se rencontrer dans leurs cuisines. Des savoir-faire que l'UNESCO a déclarés patrimoine culturel immatériel de l'humanité. À Mexico c'est Patrick John Buffe qui s'est mis à table.

De Mexico à Veracruz et de Puerto Vallarta à Merida, vingt-huit restaurants mettront les petits plats dans les grands durant cette nouvelle édition du Goût de France. Les chefs de ces établissements offriront à leurs convives un menu gastronomique issu du mariage entre ces deux cuisines, comme le souligne Mélanie Belin, la directrice au Mexique de l'Agence de développement touristique Atout France : « L’idée est également de pouvoir voir comment les techniques françaises ou les produits français peuvent être inclus dans des menus un peu plus fusion. Donc on a des chefs mexicains. On a des restaurants avec une tendance plutôt mexicaine qui participe à Goût de France parce que c’est l’occasion de créer ce lien et de faire un peu de fusion entre le Mexique et la France ». Et en matière de fusion, le jeune chef mexicain Indra Carrillo est un expert, lui qui tous les jours marie ces deux cuisines dans le restaurant qu'il vient d'ouvrir à Paris. Profitant de son passage à Mexico où il est venu lancer cet événement, RFI a demandé à cet ancien élève de Paul Bocuse d'évoquer une recette où se rencontrent la France et le Mexique : « On a fait récemment une poularde qui est tout simplement rôtie avec différentes variétés de betteraves. Une émulsion a la fleur d’hibiscus. Et un jus de viande qui était infusé avec du piment fumé ». De quoi vous mettre l'eau à la bouche !

CP : Et on espère que Patrick John Buffe a pu bénéficier d'une dégustation.

MM : Et après avoir salivé, on va s’envoler. Le vaisseau spatial russe avec à son bord deux astronautes, un cosmonaute a décollé ce soir du cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan, pour un vol de deux jours vers la Station spatiale internationale.

CP : La véritable vedette de ce voyage dans l'espace se nomme Telstar 18 : c'est le ballon officiel du Mondial-2018 de football, organisé du 14 juin au 15 juillet en Russie. Avant de fouler les pelouses, ce ballon va donc faire un petit tour dans l'espace. Merci beaucoup à Carmen Petelot qui a réalisé ce Journal en français facile.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Journal en français facile 21/03/2018 20h00 GMT

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.