#تعلم الفرنسية من خلال الأخبار

Journal en français facile 09/04/2021 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Merci d'écouter Radio France internationale en direct de Paris où il est 22 heures.

François Bernard : Bonsoir à tous, merci de nous rejoindre pour votre Journal en français facile. C'est Sébastien Duhamel qui va le présenter avec moi, bonsoir Sébastien.

Sébastien Duhamel : Bonsoir François, bonsoir à tous.

FB : Dans l’actualité de ce vendredi 9 avril 2021, le Royaume-Uni en deuil. Le prince Philip, le mari de la reine Elizabeth II pendant plus de sept décennies, est mort ce vendredi matin à l'âge de 99 ans au château de Windsor, près de Londres.

SD : L’Inde connait sa pire vague de contamination depuis le début de la pandémie. Plus de 130 000 cas ont été enregistrés hier et environ 120 décès.

FB : Au Danemark, la controverse s'amplifie concernant un plan d'expulsion de Syriens de Damas, nouvelle marque d'une politique migratoire de plus en plus restrictives.

SD : L'équipe de France féminine de football dispute contre l'Angleterre un match test à Caen où nous rejoindrons Frédéric Suteau en fin de journal.

-----

FB : Le prince Philip, époux de la reine d'Angleterre depuis 1952, est mort ce vendredi. Philip Mountbatten, époux d'Elizabeth II, s'est éteint à l'âge de 99 ans, à deux mois de son centième anniversaire. Il a accompagné la reine d'Angleterre pendant plus d'un demi-siècle.

SD : La nouvelle a été annoncée sur le compte Twitter officiel de la famille royale. « C'est avec un profond chagrin que sa majesté la reine annonce la mort de son époux bien-aimé le prince Philip, duc d'Edimbourg », dit le message.

FB : Le communiqué précise que le prince Philip, qui avait été hospitalisé récemment, est mort « paisiblement ce vendredi matin au château de Windsor ». Les hommages continuent à affluer devant les résidences royales et notamment à Buckingham Palace où s'est rendue cet après-midi Muriel Delcroix.

Malgré les appels des autorités à ne pas se rassembler devant Buckingham ou le château de Windsor à cause du Covid, une foule de plus en plus nombreuse a quand même tenu à venir devant les grilles du palais où flotte désormais le drapeau britannique en berne. La police a tenté de canaliser cet hommage spontané et a organisé une queue à sens unique pour déposer des fleurs, parfois accompagnées de messages comme cette grande pancarte où on peut lire en lettres majuscules : « Merci Prince Philip ».On sent beaucoup d’émotion et énormément de respect pour le travail accompli par un homme, grand amoureux de la nature dont les gens retiennent le tempérament fougueux, le sens de l’humour et surtout la dévotion indéfectible à la fois à Elisabeth II, mais aussi à la fonction parfois ingrate de prince consort, toujours dans l’ombre de la souveraine. Le palais n’a pas encore finalisé tous les détails de son enterrement. Le duc d’Edimbourg aurait eu droit à des funérailles d’État, mais il ne le souhaitait pas. À la place, les funérailles auront lieu dans l’intimité de la chapelle Saint-George au château de Windsor. Et en attendant les cloches de l’abbaye de Westminster ont sonné 99 fois jeudi soir pour rendre hommage à celui que la reine appelait son roc. Muriel Delcroix, Londres, RFI.

FB : Deux ex-présidents américains qui rendent hommage à Philip.

SD : Donald Trump déclare que son décès représente une perte « irremplaçable » pour le Royaume-Uni, tandis que Barack Obama salue le départ d'un homme qui « a montré au monde comment être un mari dévoué ».

FB : En Birmanie, des civils birmans exigent du Conseil de sécurité de l’ONU qu’il prenne des mesures fortes contre les militaires en Birmanie qui ont refusé une nouvelle fois de recevoir son émissaire en tournée en Asie.

SD : Christine Schraner Burgener, qui doit se rendre en Chine, alliée traditionnelle de l'armée birmane et catégoriquement opposée à toute prise de sanctions à son égard, a débuté sa tournée dans la région par la Thaïlande.

FB : Des ONG et une rescapée ouïghoure ont déposé plainte en France contre quatre multinationales de l'habillement, accusées de tirer profit du travail forcé, imposé à la minorité musulmane des Ouïghours en Chine.

FB : L’Inde connait, ces derniers jours, sa pire vague de contamination depuis le début de la pandémie, avec plus de 130 000 cas enregistrés hier, pour environ 120 décès.

SD : Résultats, les autorités ont accéléré la campagne de vaccination, administrée à plus de 4 millions de personnes par jour.

FB : Mais c’est maintenant la production qui ne suit pas, et plusieurs centres de vaccination ont dû fermer par manque de vaccins. Sébastien Farcis est sur place pour RFI.

C’est l’État du Maharashtra qui tire la sonnette d’alarme. Cette région qui a pour capitale Bombay compte plus de 120 millions d’habitants, est la plus durement touchée par cette vague de contaminations au Covid-19. Les autorités y vaccinent donc à tour de bras : 400 000 doses sont administrées chaque jour, un record dans le pays. Mais les autorités régionales manquent de doses maintenant, et des dizaines de centres ont dû fermer depuis ce jeudi. Le gouvernement fédéral tient à rassurer : il dispose de 24 millions de doses, dont 2 millions doivent être envoyées bientôt au Maharashtra. Cela montre toutefois que même l’Inde, deuxième producteur du monde de vaccins anti-Covid après les États-Unis, peut manquer de vaccins. Le plus grand fabricant du pays a également averti qu’il n’était pas tenable de continuer à vacciner 4 millions de personnes par jour. Sébastien Farcis, New Delhi, RFI.

FB : En France, après une légère baisse jeudi, le nombre de malades en réanimation est reparti à la hausse, dépassant 5 750 patients.

SD : Le ministre de la Santé Olivier Véran estime que la pression sur les réanimations continuera « encore à monter pendant au moins quinze jours ». En 24 heures, 301 nouveaux décès ont été enregistrés dans les établissements hospitaliers.

FB : Le Danemark estime que la région de Damas est aujourd'hui stabilisée. Il a donc décidé de suspendre les titres de séjour temporaires de plusieurs centaines de Syriens.

SD : Ainsi le Danemark est le premier pays européen à ordonner le retour des réfugiés syriens dans leur pays d'origine.

FB : La province de Damas reste pourtant sous l'autorité du régime dictatorial de Bachar el-Assad. La situation a récemment été illustrée publiquement par l'histoire d'Aya que nous rappelle Oriane Verdier.

Aya a 19 ans. C'est une « élève brillante » selon le directeur de son lycée de la petite ville danoise de Nyborg. Ses deux frères qui ont fui le service militaire syrien, ont obtenu le statut de réfugié au Danemark. Après avoir subi pressions et menaces, le reste de la famille a été forcée de les rejoindre en 2015, mais ils n'ont cependant obtenu qu'un permis de séjour temporaire. Il y a dix jours, Aya a donc reçu un mail de l'office des migrations lui informant que ce permis expiré ne lui serait pas renouvelé. Selon les chiffres de l'office des migrations, 170 réfugiés syriens auraient ainsi perdu leur titre de séjour l'année dernière. Ils sont déjà 84 dans ce cas uniquement sur les mois de janvier et février 2021. Un message lancé sur les réseaux sociaux par le directeur du lycée d'Aya, partagé 10 000 fois a rendu cette situation publique. Malgré la polémique, le ministre danois de l'Immigration maintient sa position : de son point de vue, il n'y a aucun incident de sécurité majeur dans la région de Damas. Le Conseil danois des réfugiés rappelle, lui, les graves risques toujours encourus par la population sous l'autorité de Bachar el-Assad.

FB : Oriane Verdier.

Football. L'équipe de France féminine joue ce soir un match amical contre l'Angleterre. Cela se passe dans la ville de Caen où l'on retrouve Frédéric Suteau. Ce sera un match test pour les Françaises face à une des meilleures équipes du monde, les Anglaises.

Des Françaises qui tiennent le choc et même mieux que ça puisqu’elles mènent 1 à 0 à la mi-temps de ce match. Un but inscrit à la 32e minute par la jeune Sandy Baltimore. Un très joli but dans sa construction avec un mouvement mené par Marie-Antoinette Katoto, puis Kadiatou Diani qui a pris de vitesse la défense anglaise avant de servir en retrait Sandy Baltimore. Il s’agit là des trois attaquantes du Paris Saint-Germain. Elles permettent à l’équipe de France de mener au score, mais tout n’a pas été simple en première période face à cette équipe d’Angleterre qui avait atteint les demi-finales lors de la dernière Coupe du monde en France en 2019. L’Angleterre qui accueillera l’Euro de foot féminin en juillet 2022. Les Anglaises ont eu plusieurs occasions très nettes, des frappes cadrées, mais Pauline Peyraud-Magnin a été parfaite dans les buts. Cette équipe de France qui est privée de plusieurs joueuses, notamment les joueuses lyonnaises, avec une hécatombe de Covid-19 dans l’effectif des Lyonnaises. On va voir si les Françaises vont continuer sur cette lancée sachant qu’elles ont un autre rendez-vous mardi, autre match amical face là aux Américaines, championnes du monde en titre.

FB : Merci Frédéric Suteau.
C'est la fin de ce Journal en français facile. Merci de l'avoir suivi et rendez-vous demain pour une nouvelle édition.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias