#تعلم الفرنسية من خلال الأخبار

Grand Public

mots-actu_g.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

La production de masques est intensive en ce moment ce qui se comprend aisément. Mais attention, tous les masques ne se valent pas. Et tous ne sont pas équivalents. Ainsi dans son propos, le Premier ministre français distinguait entre les masques chirurgicaux et les masques grand public. Le masque chirurgical est à usage unique. C’est donc un masque médical dont la fabrication en série ne remonte pas au début de l’épidémie. On sait qu’on a également des masques filtrants très performants, et enfin ceux qu’on appelle les masques grand public, qu’on peut fabriquer soi-même, chez soi, éventuellement laver et réutiliser. Et leur utilité n’est pas du tout à mépriser, même si on ne doit pas leur reconnaitre les capacités de masques plus sophistiqués.

On voit donc grâce à cet exemple que « grand public » s’oppose à spécialisé. Et cette expression, on la trouve dans des situations bien différentes, qui évoquent cette idée qu’on peut satisfaire le plus grand nombre. Prenons par exemple le cas du cinéma : on parle souvent de films grand public quand il s’agit de productions qui vont attirer un des spectateurs très nombreux : le cinéma grand public n’est pas loin du cinéma populaire. A quoi est-ce que ça s’oppose ? A ce qu’on appelle des films d’auteurs bien souvent, ou même des films d’art et d’essai. Alors il y a parfois une nuance un peu condescendante lorsqu’on parle de grand public : on sous-entend qu’il s’agit des films les plus faciles, qui captivent ou qui font rire avec les effets attendus, presque démagogiques. Et on distingue cela des productions plus ambitieuses, qui n’emportent pas le spectateur du premier coup. Il s’adresse au courant principal si l’on veut reprendre l’image de l’expression anglaise correspondante, qu’on entend parfois en français ou en franglais.

Le public va donc se répartir en fractions différentes : on parle de films pour public averti. Averti de quoi ? On ne sait pas trop…. Parfois cela implique simplement que certaines scènes sont un peu lestes, et qu’il ne faut pas laisser les enfants voir ça. Et les enfants justement constituent souvent un public à part : jeune public. Les spectacles réservés au jeune public sont pour les enfants. Et quand on vous présente un spectacle « tout public », cela signifie à peu près la même chose : c’est pour les enfants, mais les grands peuvent les accompagner, ils ne s’ennuieront pas. Cela différencie seulement de ce qu’on indique quand on spécifie « public adulte ».

Mais pourtant on peut s’interroger sur ce mot du public tout simplement : terme étonnant, qui désigne d’abord ce qui appartient à tous, ce qui se montre dans un espace ouvert à tous : public s’oppose à privé, comme l’espace public à l’espace privé. Et le public, c’est d’abord… tout le monde, la population, avant de désigner ceux qui sont conviés à une représentation particulière : l’assistance. Et parfois ce mot sert d’ailleurs à préciser ceux et celles qui le constitue : on parle d’un public de spécialistes, d’un public d’amateurs, d’un public d’aficionados, c’est-à-dire particulièrement passionné et à même de juger la qualité de ce qui lui est présenté.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias