#تعلم الفرنسية من خلال الأخبار

Gardien

mots-actu_g.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

On sait que la grande chanteuse malienne Rokia Traoré a des ennuis en ce moment, avec la justice belge et avec la justice française, et qu’elle a quitté la France fort précipitamment pour repartir au Mali. À l’origine des procédures judiciaires qui la visent, un conflit avec son ancien compagnon à propos de la garde de leur fille. Et souvent les conflits entre ex-conjoints tournent autour de ce sujet : qui aura la garde de l’enfant ou des enfants ? Quand ils se séparent mais s’entendent correctement, on peut envisager une garde conjointe ou une garde alternée : une semaine chez l’un, une semaine chez l’autre par exemple. Ou bien un droit de visite réglé. La garde de l’enfant c’est donc le fait qu’on s’en occupera, qu’on l’élèvera. Le mot porte souvent une idée de responsabilité, et même d’une mission qu’on vous a confiée et qui vous rend responsable. Si l’on a la garde de quelqu’un, il nous incombe de le préserver : on a cette charge, puisqu’on en est le gardien.

Mais dans quelle situation parle-t-on de gardien ? Dans le cadre d’un musée par exemple. On a des conservateurs et des gardiens ! Leur rôle n’est pas le même, ni leur place dans la hiérarchie. Mais à des degrés différents, leur tâche est presque la même : ils gardent, ils conservent ! De façon figurée, on dit joliment que le rêve est le gardien du sommeil : il empêche qu’on se réveille. Je dois bientôt me lever pour aller au travail… mais voilà ! je rêve que je suis déjà tout prêt, et même en route. En rêvant cela, je peux continuer à dormir quelque temps.

Le musée et le sommeil ne sont pas les seuls lieux sur lequel veille un gardien : on a aussi la prison bien sûr. Et on voit le sens qui glisse : le gardien de prison empêche surtout que les prisonniers ne s’évadent. Et ils ne s’évadent pas s’ils sont sous bonne garde, c’est-à-dire si on les a à l’œil. 

On parle aussi du gardien du temple, et le mot prend là une signification un peu ironique. Le gardien du temple est celui (ou celle…  car il peut s’agir d’une gardienne…) qui se croit responsable de quelque chose, s’en pose presque comme propriétaire. Le soin qu’il y met est comme un dit, jaloux ! En tout cas un peu intolérant. Et là l’expression est utilisée au figuré : la veuve d’un artiste par exemple peut-être appelée gardienne du temple si elle veut avoir l’œil sur tout ce qu’on peut faire avec l’œuvre de son défunt mari : il faut son accord pour adapter un roman à l’écran, elle s’oppose à ce qu’on change quoi que ce soit à la maison où ils habitaient, comme si toute sa vie était alors consacrée à cette tâche : gardienne du temple, ou même parfois vestale, pour reprendre un mot de l’antiquité latine : les vestales, interdites de mariage et d’amour, se devaient entièrement au culte de la déesse Vesta.

Alors celui qui garde, est-ce toujours un gardien ? Le verbe garder a deux dérivés, gardien et garde. Garde est plus vague, et plus militaire. Il sert souvent à désigner un genre de soldat, et cela depuis longtemps (les gardes du cardinal de Richelieu étaient les rivaux des Mousquetaires…). Mais le mot est très souvent utilisé en composition : garde-côte, garde-chasse, garde-pêche… mais aussi garde-malade, garde-fou, garde-manger… des mots où l’idée de conservation est évidente.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias