#تعلم الفرنسية من خلال الأخبار

Expectative

mots-actu_e.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Après les élections allemandes, l’Europe dans l’expectative. L’un des titres qui résumai hier sur Rfi l’attitude de plusieurs pays d’Europe, et de l’Union européenne. Wait and see. Si je me permets de citer cette phrase anglaise, c’est qu’elle est sinon courante, du moins régulièrement entendue en français : attendre et voir, on attend et on voit. Sous-entendu, il est trop tôt pour prendre une décision ou même parfois ses faire un opinion une situation. Et on entend parfois dire, en matière de plaisanterie, « il est urgent d’attendre ». Paradoxe : ce qui est urgent, c’est en général de ne pas attendre, de faire. Mais on peut retourner la phrase, pour faire sourire, ou pour faire un effet.

Être dans l’expectative, c’est un peu la même chose, comme si l’on restait suspendu pendant un certain temps, en attendant qu’une situation se décante ou évolue.

Ce mot d’expectative a une position assez étonnante en français. Sa phonologie, sa prononciation et sa graphie l’indiquent clairement, il vient du latin. Mais dans d’autres langues de naissance européenne, il a eu une descendance bien plus importante. Et pas uniquement dans des langues latines, mais par exemple en anglais les dérivés expect, expectant, expectation sont très courants avec des sens nombreux. Expectation, expectant, expectation ont existé en français, mais ne sont pratiquement plus en usage dans la langue moderne. Mais leur sens provenait bien du latin expectatio qui signifie attente. Et c’est ce dernier terme et tous ses dérivés qui ont occupé ce champ de significations en français.

Ce verbe attendre porte bien en lui l’idée centrale d’une immobilité, d’une inaction provisoire, liée à quelque chose qui doit arriver.

Mais il y a une grosse différence de sens entre les deux verbes attendre et s’attendre, qui se construit toujours avec une suite : s’attendre à ce que.

Quand on attend, on peut savoir ce qui motive cette immobilité, souvent on sait ce qu’on attend : j’attends l’autobus, j’attends d’aller mieux, j’attends la fin de l’année pour partir en vacances, j’attends d’être payé pour commencer les travaux… Parfois on ne sait pas, on attend tout simplement !

Mais lorsqu’on s’attend à ce que quelque chose arrive, on présuppose son arrivée. On peut l’espérer ou pas, mais en tout cas, on l’anticipe, on la devine. Et c’est bien le sens qu’on aperçoit dans cette racine expectore.

Alors que justement lorsqu’on est dans l’expectative, c’est qu’on ne sait pas vraiment sur quel pied danser : on ne sait pas ce qu’on attend. Et on dit même parfois, on ne sait pas ce qui nous attend. Étrange renversement du verbe : ce n’est plus nous qui attendons quelque chose, mais c’est elle qui nous attend. Être dans l’expectative, c’est donc se tenir dans cette position souvent inconfortable : on est vaguement sur ses gardes, il ne faut pas s’endormir, rester vigilant, guetter ce qui pourra déterminer notre action, mais ne rien faire en attendant.

Avertissement !  
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias