#تعلم الفرنسية من خلال الأخبار

Endémique

mots-actu_e.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Passerait-on d’une pandémie à une forme endémique du Covid ? C’est l’interrogation qu’on peut lire à la Une de RFI. Et serait-ce une bonne nouvelle ? À moitié ! Bien sûr, c'est moins tragique qu’une épidémie, mais ça montre bien que la maladie est là pour longtemps, et que le risque d’être contaminé n’est pas écarté pour tout le monde.

Endémie, on le sent bien est un mot qui appartient à la même série qu’épidémie ou pandémie.

L’origine est grecque est le mot est formé sur le radical dérivé de démos. Un mot grec qui a plusieurs sens, et dont les rejetons en français sont fabriqués à partir de plusieurs de ces sens.

Démos on sait bien que ça représente le peuple. Et c’est bien cette signification qui est à l’œuvre dans des mots comme démocratie ou démagogie : le pouvoir au peuple ou l’action subreptice, souterraine pour agir sur l’opinion populaire. Mais on peut glisser d’une notion à une autre. Démos c’est aussi la population, ce qui permet de comprendre le mot démographie : étude de la répartition et de la reproduction des humains.

Et puis démos, c’est également le territoire, ce qui nous rapproche des mots qu’in nous intéressent. Ainsi une épidémie est une maladie qui se répand un peu partout sur un territoire. Epi est un préfixe dont les sens sont divers, et qui entre autre évoque une idée de circulation et de dissémination. L’épidémie circule donc, s’accroit et se répand. On a compris que les notions de propagation et de contagion étaient prééminentes. Si on remplace épi par pan, ce qui nous met face à la pandémie, on a une idée de totalité : la planète entière est menacée. Le mot n’est pas récent, mais il a été infiniment plus employé depuis quelques mois, depuis que la menace du covid s’est généralisée.

Mais l’endémie est un terme dont nous sommes familiers depuis bien longtemps. On l’emploie à propos de maladies qu’on n'arrive pas à éradiquer, c'est-à-dire à déraciner, à vaincre une fois pour toutes. Et l’usage de ce terme montre bien qu’on n’est pas face à une phase particulièrement aigüe de la maladie, mais qu’elle rôde toujours, et qu’elle frappe. On parle parfois ainsi du SIDA : les pics épidémiques sont passés, des traitements sont disponibles, on en meurt moins qu’avant, mais le mal est encore présent. Et on parle également du paludisme de cette façon : le risque est là et cette pathologie tue encore.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias