Аудио

L’avenir de la presse écrite est sur l’écran

L'application du New York Times.
L'application du New York Times.
Andrew Harrer/Bloomberg via Getty
Les nouvelles formes de distribution de la presse sur les écrans sont de plus en plus massivement adoptées dans le monde.

02'29" - Première diffusion le 26/09/2015

C’est le 28 septembre 2015 qu’un nouveau plan social sera annoncé dans la presse française, celui du groupe L’ Express, qui a été racheté avant l’été par Altice Média et qui devrait licencier pas moins de 125 salariés. Après 115 départs volontaires attendus dans le cadre d’une clause de cession, le repreneur s’apprête ainsi à tailler dans les coûts en vue de ramener le groupe de presse à l’équilibre en 2016. Reste maintenant à savoir s’il va profiter des tuyaux de son propriétaire Patrick Drahi, qui possède Numéricable et SFR, pour diffuser sur les écrans mobiles les journaux du groupe L'Express ou Libération, qui appartiennent au même groupe Altice Media. C’est en tout cas ce qu’imagine Alain Weill, le futur patron de cette branche médias, qui vient d’y associer ses chaînes, BFMTV ou RMC. Convaincu que l’heure est à la convergence entre les télécoms et les médias, Alain Weill pense que les opérateurs mobiles pourront demain fidéliser leurs clients avec ces contenus exclusifs que sont les abonnements aux journaux. C’est le modèle que vient de montrer Amazon en offrant aux abonnés de son offre premium six mois d’abonnement gratuit au Washington Post.

Il est vrai que la presse est de plus en plus sur un écran. En France, 44 % des lectures de journaux se font aujourd’hui à travers l’ordinateur, le mobile ou la tablette. C’est cette dimension multi-écrans qui a poussé le quotidien de Montréal La Presse à renoncer au papier, à partir de janvier 2016, pour se concentrer exclusivement à une édition gratuite sur tablette qui compte 500 000 abonnés. Là encore, cela a un coût puisque cette conversion se fait au prix de 158 licenciements. En Amérique du Nord, sans renoncer encore au papier, tous les grands quotidiens investissent sur leurs éditions numériques. En août, le New York Times a atteint un million d’abonnés sur son offre digitale, soit presque autant que le nombre de ses abonnés papier.

La prochaine bataille se jouera sur les réseaux sociaux. Facebook propose Instant Articles aux éditeurs de presse ; cela permet de diffuser des articles directement sur le flux d’actualité du réseau. Alors que le New York Times n’offre qu’une petite sélection, le Washington Post a décidé de diffuser l’intégralité de ses articles sur Facebook. En France, le réseau cherche à conclure des partenariats du même type avec plusieurs médias. Certains tablent aussi sur Google et Twitter qui auraient des projets similaires sur mobile, ou sur Apple News qui doit être lancé dans les prochaines semaines. Mais là, Apple devra vaincre les réticences des médias qui redoutent son opacité.

Опубликовано 16/01/2018 - Изменено 05/02/2018 - По Amaury de Rochegonde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias

Logo RFI

L’avenir de la presse écrite est sur l’écran

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.