L’astrophysicien André Brahic est mort
L'astrophysicien André Brahic s’est éteint le 15 mai à 73 ans.
Eric Feferberg / AFP
Заметка

L’astrophysicien André Brahic est mort

Découvreur des anneaux de Neptune, spécialiste du Système solaire, passeur de science, optimiste invétéré, André Brahic s’est éteint le 15 mai 2016 à 73 ans. Le grand public le connaît pour ses interventions médiatiques pétries d’enthousiasme.
По Simon Rozé -

Quand on rencontrait André Brahic, c’est à ce moment-là qu’on pouvait être reconnaissant de faire de la radio et d’avoir un enregistreur avec soi plutôt qu’un calepin pour prendre des notes. Interviewer le découvreur des anneaux de Neptune, c’était s’exposer à déluge de mots, de parenthèses dans les parenthèses, des anecdotes, dont on ne veut rater aucune miette.

André Brahic était passionné. Passionné par la science en général, il pouvait en parler des heures dans des amphithéâtres combles, arpentant la scène en faisant de grands gestes avec les bras, le regard rieur et avec humour.

Car André Brahic était non seulement un scientifique de renom, c’était également un passeur hors pair, à l’enthousiasme contagieux. Il plaidait sans cesse contre la morosité ambiante, fustigeait les homo tristus comme il les appelait, leur préférant homo rigolus, l’homme curieux, fasciné par la découverte, l’œil rieur. « La culture, la culture scientifique, c’est la solution à la violence, au chômage et à l’obscurantisme », avait-il l’habitude de dire, avant de poursuivre :  « Ce n'est pas en restant le nez au ras des pâquerettes qu'on fera avancer les choses, c'est en prenant du recul. Et prendre du recul, c'est faire de l'astronomie ! »

Bonne humeur et humour

Et de l’astronomie, il en a fait. Spécialiste du Système solaire, il avait commencé sa carrière en travaillant sur la formation des galaxies. C’est en 1984, à l’observatoire de Meudon, qu’il lance le programme qui mènera à la découverte des anneaux de Neptune. Cela lui vaudra une réputation mondiale, et poussera la Nasa à lui remettre les clichés des sondes Voyager qui ont survolé les planètes externes du Système solaire. Il travaillera ensuite sur les sondes Galileo, à destination de Jupiter, et surtout Cassini, qui a décollé en 1997 à destination de Saturne et qui aujourd’hui encore est toujours en mission.

Mais André Brahic ne verra pas son grand rêve se réaliser : l’envoi d’une mission dédiée à Neptune, qui se mettrait en orbite autour de la dernière planète du Système solaire et l’une des plus méconnues. Il racontait en souriant espérer la voir en 2057 à l’occasion de ses 115 ans, « je serais peut-être alors en chaise roulante ! ».

Avant ça, il songeait toujours avec humour à la politique pour l’élection présidentielle de 2027, et un programme qui « tient en trois mots : Culture, Recherche, Éducation ». Il voulait que chaque homme politique, chaque directeur de média, chaque patron d’entreprise ait un bagage scientifique, sans lequel « on prend parfois de mauvaises décisions ». Et quand on le taxait de naïveté, il répondait : « La curiosité et la découverte nous tiennent en haleine. Quand vous comprenez la science, vous apprenez le doute et l’humilité ». On pourrait ajouter la bonne humeur et l’humour, mais avec sa disparition il faudra quelques jours à la communauté scientifique pour retrouver le sourire.

→ À (RÉ) ÉCOUTER : l'émission « Autour de la question » de Caroline Lachowsky avec l'invité André Brahic

1. Pourquoi avoir la tête dans les étoiles?  2. Pourquoi avoir la tête dans les étoiles?

Опубликовано 30/05/2016 - Изменено 30/05/2016

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias