L'appel de cancérologues pour réduire le coût des traitements
Siège du géant pharmaceutique Sanofi.
Eric Piermont/AFP
Заметка

L'appel de cancérologues pour réduire le coût des traitements

Ils sont 110 à s'attaquer à l'une des industries les plus puissantes du monde. Celle des médicaments. Ces cancérologues français ont lancé mardi 15 mars 2016 un appel contre le prix jugé exorbitant de certains médicaments de lutte contre cancer, parfois jusqu'à 100 000 euros par an et par patient. Selon ces médecins, l'immense majorité du prix de vente ne serait en fait que du pur bénéfice pour les laboratoires.
По RFI -

L'industrie des médicaments rapporterait encore plus de bénéfices que l'industrie du luxe. C'est ce qu'affirme le professeur d'hématologie Jean-Paul Vernant, l'un des 110 pontes de la médecine à dénoncer le prix du traitement des cancers : « Il n'y a pas d'industrie au monde qui génère plus de bénéfice que l'industrie pharmaceutique. En 2012, LVMH a fait 11,5% de son chiffre d'affaires en bénéfice. Sanofi a fait 23%... »

Pour leur défense, les laboratoires invoquent des coûts importants de recherche et développement pour créer un nouveau médicament. Faux, selon le professeur Vernant. Ce serait même les Etats qui financeraient la plus grande partie des découvertes : « Grâce aux progrès des techniques de biologie moléculaire et de séquençage, les laboratoires de recherche publics, académiques, étudiant les cellules de cancer, ont trouvé une anomalie génétique, moléculaire. Cette connaissance est reprise par l'industrie pharmaceutique qui, connaissant l'anomalie à cibler, va trouver la flèche atteignant cette anomalie. Donc ce ne sont plus des recherches aveugles, c'est une recherche orientée, beaucoup plus simple. »

Et donc beaucoup moins coûteuse. Pourtant, le prix de vente, lui, ne cesse d'augmenter. Les cancérologues veulent désormais jouer carte sur table avec les laboratoires pour trouver un juste prix.

→ Lire la tribune sur Le Figaro

Опубликовано 20/04/2016 - Изменено 20/04/2016

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias