Alzheimer: une étude bouscule les idées reçues
Une étude britannique semble bousculer les idées reçues sur les personnes âgées et la maladie d’Alzheimer.
IB
Заметка

Alzheimer: une étude bouscule les idées reçues

La recherche sur la maladie d’Alzheimer était sur la sellette lors de la Conférence internationale de l’association Alzheimer qui s'est déroulée du 13 au 18 juillet 2013 à Boston. Jusqu’alors, les personnes âgées semblaient plus exposées à ce risque de pathologie. Mais voilà qu’une étude britannique semble bousculer les idées reçues.
По Michèle Diaz -

Deux groupes de candidats - quelque 7000 personnes - ont été comparés dans deux mêmes régions d’Angleterre et du Pays de Galles à presque vingt ans d’écart. Les chercheurs ont constaté la baisse d’un tiers du taux de prévalence chez le second groupe.

Une meilleure prévention et un traitement précoce des maladies cardiovasculaires, l’un des facteurs de risque de la maladie, ainsi qu’une meilleure éducation, expliqueraient ces bons résultats.

Au Royaume-Uni, les personnes de plus de 65 ans atteintes de la maladie d'Alzheimer seraient moins nombreuses. En l'espace de deux décennies, le pourcentage aurait baissé d'un quart. Il serait passé de près de 8,5% à 6,5%, selon une étude britannique.

Les personnes âgées plus alertes

Les plus de 90 ans seraient plus alertes mentalement qu'il y a une décennie, selon une autre étude danoise. A l’heure où nombre de gouvernements mettent sur pied différents programmes afin de lutter contre la maladie, la nouvelle est d’autant plus surprenante. En mars dernier, un projet européen de coopération sur Alzheimer présentait déjà à la baisse les estimations du nombre de malades de plus de 65 ans d’ici 2040.

Selon la responsable d’une étude française, présentée également lors de la conférence de Boston, « l’âge tardif de retraite est associé à une diminution hautement significative du risque de démence ». En effet, le risque d'être atteint par la maladie serait réduit de 3% selon ces résultats, pour chaque année travaillée après l'âge de 60 ans. Une étude réalisée sur 429 000 assurés cotisant à une caisse d'assurance vieillesse et une caisse maladie concernant artisans et commerçants.

Maintien d'un réseau social

Bienfait du travail et bonne hygiène de vie, des résultats qui devraient rassurer tous les dirigeants prônant l’allongement du temps de travail. « L'hypothèse la plus souvent évoquée est que les stimulations contribueraient à préserver la réserve cognitive et à retarder ainsi les conséquences cliniques d'anomalies cérébrales », a rappelé la chercheuse française.

« Un risque de démence diminué » encore grâce à l'activité professionnelle qui permet le maintien d'un réseau social. Reste qu’il faut avoir une bonne hygiène de vie et des conditions de travail gratifiantes, rappelle une autre spécialiste française, présidente du Centre international sur la longévité.

Опубликовано 02/02/2016 - Изменено 02/02/2016

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias