#Французский язык в новостях

Journal en français facile 07/06/2019 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Andréane Meslard : Vous écoutez RFI. Il est 20 heures en temps universel (TU) 22 heures à Paris. Bonsoir et bienvenue dans votre Journal en français facile.

À la une de ce vendredi :
Au moins 101 combattants morts en Syrie. Ce sont des ONG qui ont donné l’information aujourd’hui alors que les combats s’intensifient dans le nord-ouest, au niveau de la province d’Idlib. Des affrontements qui continuent ce soir.
J’espère que nous nous rencontrerons un jour, a dit aujourd’hui Vladimir poutine, le président russe. Il parle du nouveau président ukrainien Volodymyr Zelensky.
En football, c’est en ce moment le match d’ouverture de la coupe du monde féminine. Cela se passe en France et les Françaises mènent 3-0 contre la Corée du Sud.

-----

AM : En Syrie, au moins 101 combattants sont morts ces dernières 24 heures. Ils sont morts dans des combats entre les forces du régime syrien, et des groupes jihadistes et rebelles islamistes. Ces affrontements se déroulent près de la province d’Idlib dans le Nord-ouest syrien. Informations dévoilées par une ONG. La province d’Idlib, déjà fortement touchée par les combats connaît de nouvelles violences depuis le mois d’avril. Les forces du régime de Bachar al Assad, aidée des avions russes qui bombardent la zone. Depuis jeudi, jihadistes et rebelles islamistes répliquent. Selon Fadi Al Maari militant de l’opposition syrienne, ces groupes ont tenté de prendre de court les forces de Damas, résultat elles ont été laminées par l’aviation russe, alliée du régime.

« Les affrontements sont très violents dans la campagne de Hama. Les groupes rebelles et d’autres factions combattantes ont lancé quatre offensives contre les positions du régime. Les forces gouvernementales ont d’abord subi ces attaques, mais très vite les aviations de guerre syrienne et surtout russe, ont riposté. Les fronts ont été violemment bombardés et comme à chaque fois des civils se sont retrouvés sous les bombes. Et comme si ces bombardements ne suffisaient pas, le régime a lancé une contre-offensive terrestre dans les provinces d’Idlib et de Hama. L’armée syrienne a perdu plusieurs soldats, mais il y a eu surtout beaucoup de morts dans les rangs des rebelles et des jihadistes qui se sont alliés durant cette bataille. Ce vendredi soir, les affrontements se poursuivent toujours ».

AM : Fadi Al Maari, militant de l’opposition syrienne, contacté dans la province d’Idlib par Sami Boukhelifa.
Le début aujourd’hui de la médiation du Premier ministre éthiopien et président de l’IGAD, l’autorité intergouvernementale pour le développement. Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, arrivé ce matin à Khartoum. Il est le médiateur, cela signifie qu’il doit faire en sorte que le dialogue reprenne entre le conseil militaire de transition et les représentants du mouvement de contestation. Sur place, les négociations sont au point mort. Il y a quelques heures, Abiy Ahmed a appelé à une transition démocratique, je le cite, rapide.

En Russie, Vladimir Poutine a eu quelques mots pour le nouveau président ukrainien aujourd’hui. « C’est une chose de jouer un rôle, c’en est une autre d’être quelqu’un », voilà comment le président russe a averti en quelque sorte le nouveau dirigeant ukrainien. Vladimir Poutine qui s’exprimait, lors de la réunion publique du forum économique de Saint-Pétersbourg. La ville de Saint-Pétersbourg située dans le nord-ouest de la Russie. Volodymyr Zelensky, ancien acteur et humoriste, élu à la tête de l’Ukraine en avril. Il n’avait jamais fait de politique avant son élection. Une fois élu, il a promis de relancer le processus de paix pour régler le conflit en cours dans l’est de l’Ukraine. Il a promis aussi d’ouvrir la discussion avec Moscou. Vladimir Poutine laisse en tout cas planer le doute.

[Transcription manquante]

AM : Vladimir Poutine, le président russe qui s’exprimait au forum économique de Saint-Pétersbourg. Propos recueillis par Daniel Vallot. 
Un forum qui s’est tenu, en présence d’une importante délégation chinoise menée par le président chinois Xi Jinping. Les deux dirigeants ont affiché leur bonne entente. Vladimir Poutine a notamment condamné les tentatives, je cite, de chasser des marchés mondiaux le géant chinois Huawei, ce dernier soupçonné d’espionnage par les autorités américaines.

À la une également une perquisition controversée, c’est à dire qui suscite des discussions et des oppositions en Australie cette semaine. Une demi-douzaine de policiers se sont présentés dans les locaux de ABC, la radio-télévision publique australienne. C’est l’équivalent local de la BBC. Sur ordre de la justice, ces policiers ont saisi des milliers de documents, des mots de passe, des emails, mais aussi les carnets de notes des journalistes qui avaient enquêté sur les dérives des soldats australiens postés en Afghanistan. Une première dans le pays et ça ne doit pas recommencer, prévient le président du syndicat des journalistes d’Australie, Marcus Strom.

« Ces perquisitions sont le résultat d’une série de modifications de nos lois sur la sécurité nationale. Elles ont entravé le travail des journalistes au nom de la sécurité nationale et réduit la transparence gouvernementale. On se retrouve avec la police qui va fouiller le domicile des journalistes et les bureaux de l’audiovisuel public pour intimider la presse et les lanceurs d’alerte afin qu’ils ne couvrent plus ce genre de dossiers. Le problème, c’est que ni le gouvernement conservateur ni l’opposition travailliste ne veulent paraître trop coulants en matière de sécurité nationale. Donc ces lois sont passées sans véritable contestation. Mais il y a quelque chose à faire. Parce que ces perquisitions sont inadmissibles et parce que la population est choquée que la police puisse s’en prendre aux journalistes. C’est l’occasion de pousser pour un changement de législation. Nous allons faire le tour des parlementaires afin de changer la loi et nous espérons être entendus ».

AM : Marcus Strom, président du syndicat des journalistes d’Australie, il était interrogé par Vincent Souriau.
Au Royaume-Uni, Theresa May a quitté aujourd’hui la tête du parti conservateur. Elle reste tout de même la Première ministre britannique jusqu’à ce que son successeur soit désigné. Un successeur qui aura la lourde tâche de poursuivre le délicat dossier du Brexit, comprenez la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Les négociations entre les députés conservateurs, les tories, commenceront donc lundi.

Une première place pour la France dans la production de déchets plastiques en Méditerranée. La France, à l’origine de plus de 10 000 tonnes de détritus qui se retrouvent ensuite dans l’eau. Des chiffres rendus publics aujourd’hui par l’ONG WWF. Un rapport qui nous dit également que la pêche, l’aquaculture et le transport maritime sont responsables de 9 % de cette pollution en méditerranée. Aram Mbengue.

Sur les 24 millions de tonnes de déchets plastiques générées en 2016 par tous les pays de la région méditerranéenne, la France en a produit à elle seule 4,5 millions. Si la quasi-totalité de cette production est collectée, incinérée ou enfouie, 22 % seulement de ces déchets sont recyclés. Un taux de recyclage inférieur à celui de l’Espagne, de l’Italie ou de la Slovénie. Au final, le reste de déchets non collectés finit dans la nature, et ce sont plus de 11 000 tonnes de plastique en provenance de France qui se retrouvent en mer Méditerranée. Comme l’industrie de l’emballage, les activités côtières telles que la pêche, l’aquaculture et le transport maritime sont les plus gros pollueurs. Outre des sacs ou bouteilles en plastique, on retrouve dans la Méditerranée des conteneurs, des casiers à crabes, ou des filets à moules. Les plus fortes concentrations de débris ont été relevées non loin de Marseille et de la Corse, deux endroits où l’on retrouve des décharges à ciel ouvert.

AM : Un mot de sport pour terminer ce journal. Ce vendredi c’est le début de la coupe du monde de football féminin. Une coupe du monde qui a lieu en France jusqu’au 7 juillet. Les Françaises affrontent en ce moment les Sud-Coréennes, en match d’ouverture. Pour le moment, les joueuses de Corine Diacre mènent 30. Un but d’Eugénie Le Sommer à la 9e minute et deux autres de Wendie Renard dont un juste avant la mi-temps. Cette rencontre, on en reparle évidemment dans nos prochaines éditions. RFI, il est 22 heures 10 à Paris.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias