#Французский язык в новостях

Acte

mots-actu_a.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

L’acte II du quinquennat d’Emmanuel Macron est commencé ! On en avait parlé au mois de mai, lors l’anniversaire de son élection. On en parle plus encore maintenant, après la déclaration de politique générale du Premier ministre, qui semble donner une direction plus claire à la future action du pouvoir, et d’une certaine façon rompre avec ce qui a précédé. Le sens ne pose pas de problème, il s’agit bien d’une nouvelle période, d’une nouvelle séquence. Et on utilise là une formule particulièrement à la mode : on l’a bien vu avec la façon dont les médias rendaient compte de la crise des gilets jaunes. Tous les samedis depuis l’automne dernier, ils se rassemblent, manifestent, se font entendre. Et on date l’acte I du 17 novembre, première manifestation d’importance. Tous les samedis qui suivaient étaient présentés comme l’acte II, l’acte III, etc. Et ça accrédite le mot pour désigner un épisode. Le mot épisode est d’ailleurs assez à la mode, mais s’est étrangement spécialisé dans le vocabulaire du temps qu’il fait : épisode nuageux, neigeux, caniculaire… Alors on a aussi la saison qui est extrêmement bien vue, et cela grâce à la faveur des séries. Au départ, elles sont proposées au spectateur année par année. On comprend bien donc le mot saison, qui se calque sur la langue des spectacles : la saison correspond à une année scolaire : une période qui commence après les vacances d’été, pour s’arrêter juste avant les suivantes. Mais devant la multiplication de ces productions qui se découpent en épisodes, les saisons se sont raccourcies, et on emploie aujourd’hui le mot pour un ensemble de plusieurs numéros.

Mais l’acte dans cet usage est relativement récent. Dans les mêmes circonstances, on parlait bien plus de chapitres, ou parfois, plus rarement, de scènes.

L’acte dont il est question, c’est au départ une subdivision théâtrale. Le mot lui-même n’est pas si ancien en français : il n’apparaît qu’au 14e siècle, avec des sens différents. On se met à parler en français, en traduisant le latin bien sûr, de l’Acte des Apôtres par exemple, un texte religieux chrétien qui donne le récit de la vie et des actions des apôtres. Il est donc question d’une narration, d’un récit. Ce qui permet de mieux comprendre le glissement d’emploi : un acte a été ensuite une pièce de théâtre, puis un fragment de pièce. Il faut dire que c’est déjà le sens qu’avait actus en latin.

Alors combien d’actes pour une pièce ? Ça dépend ! Dans le théâtre classique français, au 17e, siècle d’or de ce genre, on en souvent trois ou cinq. Mais depuis le nombre est changeant : on peut très bien avoir une pièce en deux actes. Et quand tout se joue d’un seul tenant, on parle de pièce en un acte ! Et chaque acte correspond le plus souvent à une séquence unifiée, qui se distingue des autres : changement de lieu, d’époque, et parfois un rapide baisser de rideau pour marquer le passage de l’un à l’autre.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias