Une infirmière surveille l'administration de rayons sur la tumeur d'un patient atteint d'un cancer
Une infirmière surveille l'administration de rayons sur la tumeur d'un patient atteint d'un cancer dans la salle de radiothérapie.
Mychele Daniau/AFP
Article

Les inégalités sociales en France provoquent plus de cancers

Les cancers représentent la 8e cause de mortalité dans le monde. Et si les facteurs de risques sont bien connus aujourd’hui comme l’alcool, la sédentarité ou encore les rayons UV, des études sur d’autres facteurs et notamment les impacts environnementaux sont en cours.
Par Michèle Diaz -

►1/3 des cancers évitables dans le monde, 40% en France

Le BEH, Bulletin épidémiologique hebdomadaire de l’agence sanitaire de santé publique France, vient de confirmer, dans une première analyse du genre dans l’Hexagone, que près de 15 000 cas de cancers pourraient être évités chaque année grâce notamment à l’amélioration des conditions de vie et de la santé des personnes défavorisées. Cela permettrait de réduire les risques de la maladie, un peu plus chez les hommes que chez les femmes, et particulièrement pour le cancer du poumon. Chez les hommes, on observe une prévalence des cancers du larynx, de l’œsophage, du pancréas et de la vessie et chez les femmes celui du col.

►Les populations les plus pauvres sans distinction de genre

Les cancers de l’estomac, du foie, des lèvres-bouche-pharynx sont plus fréquents. « La détermination sociale de certains facteurs de risque, comme la consommation de tabac, les expositions professionnelles ou les polluants atmosphériques explique sans doute une partie importante des différences observées », précisent les chercheurs.
Et puis, une nouveauté, l’étude montre que les cancers du foie, de l’estomac, du pancréas et de la vessie peuvent également concerner les plus défavorisés.

►Les populations plus favorisées

Quant aux cancers de la prostate, des testicules, des ovaires, du sein et le mélanome, on les recense plutôt dans les classes aisées. Les résultats montrent une surreprésentation des cancers de la prostate et du sein. Une conséquence certainement liée à une pratique de dépistage plus fréquente dans ces milieux.
Par contre, aucune piste ou explication pour le nombre accru de cancers de l’ovaire, du testicule et du mélanome chez les individus plus riches.

►14 millions de nouveaux cas de cancers chaque année dans le monde

Les spécialistes de la maladie ont plaidé pour la prévention lors de la Journée mondiale le 4 février dernier afin d’enrayer cette évolution à la hausse. La lutte contre les inégalités sociales de santé doit s’appuyer sur des décisions politiques concluent les auteurs de l’étude française. Ils citent l’éducation, l’urbanisation, les transports et l’emploi.
 

►Dans la revue scientifique Nature Biomedical Engineering, des chercheurs américains et chinois ont annoncé en début de semaine, la mise au point d’un nouveau test de détection précoce du cancer du pancréas. Il s’agit d’un cancer très meurtrier en raison notamment de son repérage trop tardif dans l’évolution de la maladie pour lesquels aucun traitement n’est efficace à un stade avancé.

Les chiffres clés des cancers en France métropolitaine : cliquez ici 

 

Publié le 14/02/2017 - Modifié le 14/02/2017

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Les inégalités sociales en France provoquent plus de cancers

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.