Un soldat israélien monte la garde durant une opération militaire à Naplouse en 2002.
Un soldat israélien monte la garde durant une opération militaire à Naplouse en 2002.
Israel Defense Forces/CC BY-SA 2.0
Références

Quand on parle d'Israël et de la Palestine

Il faut savoir choisir ses mots pour évoquer le conflit israélo-palestinien. Chacun d'entre eux est lourd de sens et susceptible de créer une polémique. Pour un meilleur dialogue et savoir de quoi on parle, voici quelques définitions.
Par RFI -

Arabe israélien : Le terme désigne les Palestiniens qui sont restés en Israël après la fin du mandat britannique, en 1947.

Colonies israéliennes (ou juives) : Les colonies israéliennes désignent les communautés de peuplement établies par Israël dans les territoires occupés. Majoritairement en zones rurales. L'expression «colonies israéliennes (ou juives)» est utilisée par les Palestiniens et les Israéliens. Ces colonies regroupent uniquement des Israéliens juifs. En 2005, les 22 colonies situées à Gaza ont été démantelées. La Cisjordanie compte 122 colonies, selon Israël. Fin janvier 2009, le journal Haaretz a publié les extraits d'une étude sur les colonies juives en Cisjordanie, implantées depuis 2004. Cette étude révèle que 75% des colonies se sont étendues de façon illégale, en s'appropriant les terrains privés des Palestiniens.

État hébreu : État où l'on parle hébreu.

État juif : Israël est un État juif. Les lois constitutionnelles (Israël n'a pas de Constitution) instaurent une religion officielle le Judaïsme. Il n'y a pas de séparation entre l'État et la religion. Un immigré juif, doté des preuves de sa pratique, obtient la nationalité israélienne dans un délai relativement court. Un immigré non juif doit attendre au minimum 3 ans.

État de Palestine :  Le 15 novembre 1988, le Conseil national palestinien proclame un État palestinien avec Jérusalem comme capitale. L'Assemblée générale des Nations unies reconnaît l'État palestinien, un mois plus tard. Cet État revendiqué par les Palestiniens a été reconnu par plus d'une centaine de pays (les chiffres oscillent entre 110 et 116 pays) et il dispose d'une vingtaine de représentations diplomatiques dans d'autres pays. C'est le cas de la France.

Frontières : Les frontières d'Israël sont fluctuantes et nécessitent des réactualisations régulières. (cartes de l'organisation Peace Now et de l'OCHA -Bureau de l'ONU des affaires humanitaires pour les Territoires occupés).

Israélien(ne) : Une personne nationalité israélienne. Il y a des Israéliens juifs, des Israéliens musulmans, des Israéliens chrétiens...

Jérusalem : Selon Israël, Jérusalem est la capitale d'Israël et ce, depuis 1949. Aucun pays au monde, aucune institution internationale n'a reconnu de capitale à Israël. Le gouvernement israélien et le Parlement ont leur siège à Jérusalem. Les ambassades étrangères sont installées à Tel Aviv-Jaffa, sur la côte.

Le Mur : Le Mur, dont la création a été décidée par le gouvernement israélien en 2002, a été déclaré illégal par la Cour internationale de Justice de La Haye, deux ans plus tard. Construit en partie en béton, il peut atteindre jusqu'à 8 m de haut et devrait courir sur près de 700 km de frontières d'Israël. Désigné comme «Le Mur de sécurité» ou «le Mur anti-terroriste» par les Israéliens. «Le Mur raciste», «Le Mur de l'apartheid» ou «le Mur de Berlin» par les Palestiniens. Les Israéliens ultra-orthodoxes sont contre le Mur car il empêche la reconquête de la Terre d'Israël. Deux autres «murs» existent : des clôtures électriques autour de Gaza, côté israélien et côté égyptien. Régulièrement, les Israéliens évoquent la constuction d'un «mur sous-marin» au large des côtes de Gaza.

Palestine : Le mot vient du nom des habitants, les Pelesets ou Pelastai (en français, les Philistins) qui vécurent sur cette partie de la côte méditerranéenne entre 2500 et 400 avant J.C. Dans l'histoire, il désigne les terres situées entre la bande côtière jusqu'au fleuve Jourdain. Le sens géographique disparaît au fil des administrations romaine, chrétienne, ottomane et britannique pour devenir politique. Pour certains Israéliens, la Palestine est un déni de l'État d'Israël.

Territoires occupés : Les territoires palestiniens occupés par Israël depuis la Guerre des Six-jours (1967): la Cisjordanie, Gaza et la partie est de Jérusalem. Les Israéliens ultra-nationalistes parlent de «territoires libérés». Les juifs ultra-orthodoxes désignent la Cisjordanie comme la Judée-Samarie. Les diplomates israéliens parlent de «territoires disputés».

 

Publié le 17/02/2016 - Modifié le 17/02/2016

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Quand on parle d'Israël et de la Palestine

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.