Brexit Raab accord technique frontière irlandaise
Le ministre britannique chargé du Brexit Dominic Raab sort du 10 Downing Street, à Londres, le 13 novembre 2018.
Tolga Akmen / AFP
Article

Brexit: Londres annonce un accord technique sur la frontière irlandaise

Un projet d'accord sur le Brexit a été conclu par les négociateurs britanniques et européens et sera examiné mercredi 14 novembre en conseil des ministres, a annoncé le gouvernement britannique ce mardi soir. La question de la frontière entre la République d'Irlande et l'Irlande du Nord aurait été réglée, ce qui permettrait d'éviter le retour à une frontière physique. Selon plusieurs médias britanniques, les ministres ont été convoqués individuellement ce mardi soir à Downing Street, avant le conseil des ministres de demain.
Par Muriel Delcroix -

Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

Tout est encore provisoire et ce sont les subtilités techniques du texte de l’accord sur lesquelles les négociateurs se sont entendus et notamment sur la question de la frontière entre les deux Irlandes.

On ne connaît pas encore les détails de ce texte et les ministres de Theresa May non plus, car Downing Street a fait savoir dans un communiqué que les membres du cabinet étaient rappelés dans le bureau de la Première ministre un par un pour prendre connaissance de ce document. Ils auront ainsi la possibilité de l’étudier avant une réunion spéciale du gouvernement, convoquée le mercredi 14 novembre à 14h (heure de Londres), durant laquelle le cabinet va discuter du texte et l’approuver. Ce qui permettrait à Bruxelles d’organiser à son tour un sommet extraordinaire fin novembre afin que Londres et les 27 signent enfin un accord de divorce.

Mais d'ores et déjà certains ministres, mais aussi plusieurs députés ardents brexiters, ont fait part de leurs « profondes inquiétudes » devant un texte qui pourrait d’après eux « piéger » le Royaume-Uni dans une union douanière avec l’UE.
 

signe plus

 Boris Johnson, ancien ministre des Affaires étrangères et député conservateur :

 « Si ces informations se confirment, on a là, la plus mauvaise des solutions. Qu’est-ce qu’on obtient ? Non seulement le Royaume-Uni va rester dans l’union douanière pour une éternité, ce qui est une catastrophe pour ce pays, mais en plus nous n’avons pas réussi à protéger l’union entre la Grande-Bretagne et l’Irlande du nord. »

Boris Johnson, l’ex-chef de la diplomatie a d’emblée déclaré ce soir qu’il voterait contre le texte lorsqu’il serait présenté devant le Parlement britannique dans quelques semaines. Quant aux unionistes nord-irlandais, ils rejettent également ce texte provisoire qui, d’après plusieurs fuites, semble conserver la proposition initiale de Bruxelles de maintenir l’Irlande du Nord alignée avec la réglementation européenne, le fameux « backstop » et donc sous un régime différent du reste du Royaume-Uni. C’est pour cela que du côté de Bruxelles la prudence reste de mise et qu’on tempère en disant que les négociations ne sont pas encore conclues.
 

signe plus

 Simon Usherwood, politologue à l’université de Surrey et directeur du think thank « The UK in a Changing Europe » : 

« On va avoir des discussions très longues, très difficiles. Il y a beaucoup d'incertitudes sur les détails. Il n'y a pas de ministre qui ont déjà dit qu'ils étaient contre le "deal". »

Publié le 16/11/2018 - Modifié le 22/11/2018

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias