La terre a une nouvelle fois tremblé à Norcia en Italie le 30 octobre 2016.
La terre a une nouvelle fois tremblé à Norcia en Italie le 30 octobre 2016.
Remo Casilli / Reuters
Article

Pourquoi la terre ne cesse-t-elle pas de trembler en Italie ?

La terre a une nouvelle fois tremblé en Italie, dans le centre du pays dimanche 30 octobre 2016. Un séisme d'une magnitude de 6,5 sur l'échelle ouverte de Richter, qui n'a fait aucune victime. Il s’agit du plus intense tremblement de terre qu’a connu l’Italie depuis plus de trente ans. Ses effets ont été ressentis jusqu'à Rome, et c'est le troisième séisme en quatre jours. La terre avait également déjà tremblé en août de la même année. Pour autant, il reste difficile d’expliquer pourquoi l’Italie est si régulièrement touchée.
Par RFI -

La région la plus frappée par ces séismes à répétition est surtout celle des Apennins en Italie centrale. La terre y a tremblé à 6,5 sur l'échelle ouverte de Richter le dimanche 30 octobre 2016, 6,1 quelques jours auparavant et 6,2 en août, ce séisme avait fait plus de 250 morts.

La croute terrestre est composée de grandes plaques tectoniques qui se déplacent les unes par rapport aux autres. C'est le cas de l'Afrique, qui est en train de remonter vers le Nord, vers la plaque européenne qui se trouve au-dessus des Alpes. Cette dernière est assez stable, et entre les deux, il y a des micros plaques qui sont comme prises en tenaille...

Des séismes imprévisibles

La région des Apennins, elle, se trouve en plein sur la frontière entre deux de ces micro-plaques, l'adriatique et la tyrrhénienne. Tout cela se passe à un rythme très lent, quelques millimètres par an tout au plus. Mais depuis une cinquantaine d'années, les séismes se font de plus en plus fréquents, il reste toutefois compliquer d’en expliquer les raisons.

« Il y a eu quatre tremblements de terre qui se sont succédés sur les derniers mois. Cela aurait très bien pu se produire sur une période de temps plus longue comme plusieurs années. Cela peut donc continuer. Cela peut aussi s’arrêter et reprendre dans quelques mois ou quelques années, analyse Lucilla Benedetti, sismologue au CNRS. Il est sûr qu’il y aura d’autres séismes dans cette région. Il y a d’autres systèmes de failles actives qui n’ont pas encore rompus. Dans tout le massif des Apennins, il y a beaucoup de failles qui vont rompre les unes après les autres ».

Il est par exemple envisagé qu'un séisme puissant, comme celui de l'Aquila en 2009, génère tellement d'énergie qu'il a fragilise les failles de la région. Des failles qui rompent ensuite de manière régulière. La sismologie est une science complexe et malgré toutes ces données, on ne peut toujours pas prédire les séismes.

Publié le 22/09/2017 - Modifié le 22/09/2017

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias