À propos du contributeur

Portrait de Isabelle Cros
Isabelle Cros
Expert
Europe
Langue maternelle : Français
Niveau de français : Français langue maternelle
Centre(s) d'intérêt : Culture, Langue française, Littérature
Activité au sein de la communauté :
Membre depuis le 18/11/2015
Publications : 53

Apprendre

le français avec RFI SAVOIRS

Voir plus

#Français général

CHRONIQUE LEXICALE. À la croisée des mots : sur le fil du rasoir (script)

Vous aimez la chronique d’Yvan Amar Les Mots de l’actualité ? Nous aussi ! Et, à son instar, nous vous emmenons À la croisée des mots ! Vous êtes du genre à vous demander pourquoi une "fourchette" ne s’appelle pas un "zglub", pourquoi il n’est pas bon d’être un "bellâtre" ou pourquoi on va "au boulot" (au lieu de "se la couler douce") ? Alors partez à l’aventure à la croisée des mots avec comme guides les étudiants en traduction de l’Université de la Sorbonne nouvelle (ESIT). Explorez avec eux des contrées philologiques nouvelles comme les territoires linguistiques (mé)connus qui ont dessiné le monde d’hier et façonnent celui d’aujourd’hui. Le temps d’un voyage de quelques minutes, découvrez sans sortir de chez vous les mille et un secrets de la langue française !

Sur le fil du rasoir

« La présidence Trump commence sur le fil du rasoir », titre le Figaro. Le fil du rasoir... On utilise cette expression pour indiquer que l’on se trouve dans une situation instable, délicate ou à risque. Cette instabilité conduit inéluctablement à une situation peu confortable.

« Rasoir » vient du verbe raser, issu du latin radere qui signifie « raser », « gratter », « polir » ou « ratisser ».

Pour comprendre le sens de l'expression, il faut d'abord se rappeler à quoi ressemblaient les rasoirs d'antan. Oubliez le récent rasoir mécanique avec sa pile pour faire vibrer la tête à 5 lames. Pensez plutôt à ces rasoirs d'autrefois, pliants, à une seule grande lame parfaitement aiguisée.

Maintenant, prenez une lame extrêmement tranchante de ce type de rasoir, tenez-la à l'horizontale le tranchant a- dessus. C'est justement ce tranchant qu'en français on appelle le fil, depuis le milieu du XVIe siècle, mais cette notion est en fait apparue au XIIe. Le mot fil a pour origine le latin filum qui désignait déjà aussi bien un « fil » ou « filament » – une matière étirée en longueur – que le « tranchant d'une lame ». Le fil est donc une lame acérée. On retrouve ce sens de tranchant d'un instrument coupant dans la locution « donner le fil » qui signifie rendre le fil d'un outil plus aiguisé. On peut donner le fil à un couteau, à une épée ou à ... un rasoir justement. Il est également possible d'ôter le fil, c'est-à-dire de passer sur la pierre un objet acéré pour enlever l'excédent de métal qui subsiste sur le tranchant d'un outil que l'on vient d'affûter, ce qu'on appelle le morfil. 

Pour en revenir à notre rasoir et ne pas perdre le fil de cette chronique, il convient d'ajouter que ce n’est qu’au XVIe siècle que cette notion de fil prit définitivement le sens de tranchant.

Il existe alors deux manières de comprendre la métaphore du fil du rasoir.

Imaginez d'abord que vous vous tenez debout sur le fil de ce rasoir. Là où un funambule a déjà du mal à tenir en équilibre sur un câble qui est pourtant d'une largeur certaine, vous, debout sur le fil extrêmement fin de ce rasoir, vous allez à coup sûr être très vite déséquilibré et tomber d'un côté ou de l'autre.

Lorsque vous êtes sur le fil du rasoir, c'est donc figurément que les choses vont probablement mal se terminer pour vous.

Ensuite, maintenez délicatement un fruit posé sur le tranchant de la lame, un kiwi par exemple. Vous constaterez alors qu'une simple pression suffit pour que la lame pénètre le kiwi. Autrement dit, lorsque vous êtes imaginairement debout sur le fil d'un très grand rasoir, vous risquez fort de vous faire couper en deux.

Dans les deux cas, vous êtes figurément dans une situation instable, dangereuse et faibles sont vos chances d'échapper à la catastrophe qui s'annonce. D’où la locution qui convient pour se rapporter à une situation critique, sans issue favorable.

L'expression « être sur le fil du rasoir » peut aussi beaucoup plus rarement être utilisée dans le sens de « de justesse », par allusion à la très petite dimension (aussi fine qu'une lame de rasoir) de ce qui a permis d'aboutir à une situation plutôt qu'à une autre. On évoquera par exemple une élection qui a été gagnée (ou perdue) sur le fil du rasoir.

Le mot « rasoir » a donné naissance à une autre expression : être rasoir, qui signifie être ennuyeux ou agaçant.

Cette expression nous vient d'un précepte de Guillaume D'Ockham, philosophe franciscain qui disait " Pluralitas non est ponenda sine necessitate ", ce qui veut dire que les multiples ne doivent pas être utilisés sans nécessité. Cet adage est connu sous le nom du rasoir d'Ockham, et lorsqu'un discours a été dépouillé de ses entités superflues, de ce qui n'est pas nécessaire, il est abstrait donc les personnes qui n'y sont pas habituées ont tendance à s'ennuyer en l'écoutant, ce qui les pousse à dire "c'est rasoir".

Mais saviez-vous qu'on peut exprimer la même idée « d'être barbant » avec l'expression « être de Birmingham » ? Depuis le XIXe siècle, on dit en effet de quelqu'un d'ennuyeux qu'il est rasoir. Or, figurez-vous que Birmingham était connue à l'époque pour être la capitale de la métallurgie. Capitale où l'on trouvait des rasoirs de particulièrement bonne facture d'où l'expression « être de Birmingham » pour « être rasoir ».

Je conclus cette chronique linguistique sur ces bonnes paroles. En espérant ne pas avoir été trop rasoir.

0
Aucun vote

Publié le 13/03/2017 - Modifié le 13/03/2017

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

CHRONIQUE LEXICALE. À la croisée des mots : sur le fil du rasoir (script)

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.