À propos du contributeur

Portrait de Isabelle Cros
Isabelle Cros
Expert
Europe
Langue maternelle : Français
Niveau de français : Français langue maternelle
Centre(s) d'intérêt : Culture, Langue française, Littérature
Activité au sein de la communauté :
Membre depuis le 18/11/2015
Publications : 38

Apprendre

le français avec RFI SAVOIRS

Voir plus

CHRONIQUE LEXICALE. À la croisée des mots : "robot" (script)

Vous aimez la chronique d’Yvan Amar Les Mots de l’actualité ? Nous aussi ! Et, à son instar, nous vous emmenons À la croisée des mots ! Vous êtes du genre à vous demander pourquoi une "fourchette" ne s’appelle pas un "zglub", pourquoi il n’est pas bon d’être un "bellâtre" ou pourquoi on va "au boulot" (au lieu de "se la couler douce") ? Alors partez à l’aventure à la croisée des mots avec comme guides les étudiants en traduction de l’Université de la Sorbonne nouvelle (ESIT). Explorez avec eux des contrées philologiques nouvelles comme les territoires linguistiques (mé)connus qui ont dessiné le monde d’hier et façonnent celui d’aujourd’hui. Le temps d’un voyage de quelques minutes, découvrez sans sortir de chez vous les mille et un secrets de la langue française !

Avertissement : transcription grahique de la chronique "Robot" disponible en version audio sur ce blog

ROBOT 

Les robots, nourissant depuis près d’un siècle notre imaginaire et la littérature, occupent une place de plus en plus importante dans notre société. Le Parlement européen se penche actuellement sur la question, avec la proposition d’instaurer une « taxe robot » (une idée également d’actualité en France et défendue par Benoît Hamon) taxant le travail effectué par les machines pour compenser les effets dévastateurs de la robotisation sur l’emploi.  Cette idée de la fin du travail pour l’homme, remplacée par la machine (utopie pour certains, cauchemar pour d’autres) nous ramène aux origines du mot.

En effet, « robot » est un mot d’origine tchèque qui apparaît pour la première fois en 1921 dans la pièce de théâtre de Karel Capek R. U. R. où déjà les robots volaient le travail des humains, pour ensuite se rebeller contre eux. Il est inventé à partir de robota qui veut dire travail ou corvée en tchèque. Rob signifie également esclave en slave ancien, tandis que robotnik signifie ouvrier en polonais et en slovaque. Bien que d’origine slave, « robot » a transité par l'anglais avant d'arriver chez nous. Il est popularisé par un autre auteur de science-fiction, Isaac Asimov, qui consacre de nombreuses nouvelles aux robots avec une approche très différente (et plus scientifique) puisqu’il les envisage non pas comme une menace mais comme un outil pour l’homme.

La fonction première du robot envisagé par Capek est de faire le travail des humains. La définition actuelle de robot selon le Larousse est : « Dans les œuvres de science-fiction, machine à l'aspect humain, capable de se mouvoir, d'exécuter des opérations, de parler ». Bien que la fiction soit en train de devenir réalité avec des avancées comme Jia Jia, le nouvel androïde chinois troublant de réalisme, ce premier sens est assez éloigné de ce que désigne en réalité le mot « robot » dans notre vie quotidienne. Pour cela, il faut se tourner vers le deuxième sens : « appareil automatique capable de manipuler des objets ou d'exécuter des opérations selon un programme fixe, modifiable ou adaptable ». On retrouve dans cette définition aussi bien les robots industriels que ménagers (robot-mixeur, par exemple). Si le signifiant « robot » semble renvoyer à un éventail très large de signifiés, celui-ci peut être plus large encore : on peut inclure les robots virtuels, c’est-à-dire les programmes « bot » informatiques et l’intelligence artificielle. Ils ne peuvent pas manipuler des objets réels mais ils peuvent tenir une conversation (si vous avez contacté un SAV récemment, vous avez sûrement parlé à un robot) ou jouer aux échecs (Kasparov contre Karpov). Ces acceptions variées montrent que le mot a su s’adapter de la fiction à différents domaines de la réalité et évolué avec notre société (la science-fiction lui donne l’avantage d’être toujours en avance sur cette dernière).

Les mots de la même famille correspondent tous au deuxième sens du mot : robotisation, robotiser, robot-mixeur, roboticien(ne) et les néologismes nanorobot, microrobotique, robolution (la révolution de la robotique). Cas intéressant, le mot « robotique », qui désigne l’ensemble des études et des techniques permettant l'élaboration de robots et est, ironie du sort, un mot inventé par Isaac Asimov et rendu célèbre à travers ses romans par « les trois lois de la robotique » et qui se référait donc à la science-fiction avant de devenir une discipline scientifique.

Si « robot » est un mot relativement récent, le concept d’un être humanoïde artificiel est bien antérieur au mot « robot ». On le retrouve dans des mythes et légendes, mais en général ces humanoïdes sont créés par la volonté divine (Galatée, Ganesh), à l’exception de Frankenstein qui soulève une problématique – celle de la responsabilité du créateur vis-à-vis de sa créature – similaire à celles qu’on retrouve pour les robots, et d’autres mots existaient donc déjà pour les désigner. C’est le cas d’« automate » mot apparu au 16e siècle et défini dans l’Encyclopédie de Diderot qui désigne une machine animée par un mécanisme intérieur. Ce mot a mal vieilli et évoque aujourd’hui des jouets et animations pour les enfants (automate de Noël) et une technologie peu avancée. En revanche, le mot « androïde » (ou « droïde », comme on les appelle dans la saga Star Wars) est toujours très utilisé en science-fiction et en robotique (bien qu'« humanoïde » et « anthropomorphique » soit également courant, ainsi que le néologisme « actroïde »). Défini comme ce qui ressemble à l’être humain, il apparaît dans son sens actuel dans l’ouvrage de science-fiction L’Ève future de Villiers de L'Isle-Adam en 1886 (bien qu’il utilise principalement la variation « andreïde »).

Parmi les synonymes de « robot », on trouve également « cyborg » (mélange de « cyber » et d’« organisme », qui désigne un personnage de science-fiction à la fois homme et machine) ; « appareil » (assemblage de pièces ou d'organes réunis en un tout pour exécuter un travail, observer un phénomène, prendre des mesures) ; et « machine » (objet fabriqué, généralement complexe).

Au figuré, « robot » désigne un être froid et mécanique, ou quelqu’un de complètement « conditionné, n'utilisant plus son libre arbitre ». On peut constater que malgré les efforts d’Asimov pour lutter contre l’image malveillante des robots, les associations péjoratives demeurent. Aussi bien sa ressemblance avec l’homme que sa capacité à le remplacer troublent et inquiètent l’humanité, mais elles permettent aussi d’interroger l’homme sur son rôle dans la société et sur sa nature.

5
Moyenne : 5 (2 votes)

Publié le 28/01/2017 - Modifié le 17/03/2017

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

CHRONIQUE LEXICALE. À la croisée des mots : "robot" (script)

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.