A LIRE. Art contemporain : à la recherche du message perdu

L'art contemporain a ses détracteurs et ses partisans ! Quelques semaines après la FIAC de Paris, mes étudiants se sont - sur ma demande ! - prêtés au jeu de la diatribe contre l'art contemporain. Malgré l'aspect académique de l'exercice, ils l'ont fait avec une certaine délectation, me semble-t-il ! Je vous laisse lire le virulent pamphlet d'Anna, étudiante polonaise, qui s'interroge sur le sens de certaines oeuvres d'art.

Provocateur, moralisateur, « martyr », l’artiste contemporain fait également preuve d’un complexe de supériorité hors du commun. Perché sur son Olympe tel un dieu grec, enfermé dans sa tour d’ivoire, cet être hautain, raffiné et narcissique se contrefiche éperdument des destinataires des œuvres qu’il fabrique. Ces pauvres petits gens ont beau galérer à comprendre son message, souvent, ils n’y arrivent pas. Terrifiés, humiliés à l’idée de révéler leur ignorance crasse devant les yeux méprisants d’un public plus savant, ils prennent les airs des fins connaisseurs d’art et s’accrochent, comme à une bouée de sauvetage, à des expressions abstraites et floues, comme « le concept » , bien utiles pour qualifier une « œuvre » dont la valeur leur échappe.

Or quel serait le message derrière, par exemple, l’urinoir Fontaine de Duchamp ? Сertes, il s’agit d’un objet sanitaire aux courbes gracieuses et aux proportions harmonieuses - on est bien d’accord là-dessus - fabriqué en porcelaine haut de gamme, oui, mais qu’est-ce que l’artiste voulait dire au juste ? « On a la chance, messieurs-dames, de profiter de ce trésor civilisationnel en ce début du xxe siècle » ; « La nation ayant inventé ce bijou est imbattable » ?

Ce fameux message de l’auteur, est-il détectable сhez des artistes contemporains ? Aujourd’hui, des shows provocants appelés « installations » risquent de quelque peu dérouter un spectateur profane et non averti. Ainsi, dans « The Maybe » exposé au MoMa de New York en 2013, l’actrice Tilda Swinton donnait une performance surprise, s’endormant, enfermée dans une boîte de verre, sous les yeux des visiteurs avec, pour seuls accessoires, un coussin, des draps et une jarre d’eau. S’agissait-il de sensibiliser les spectateurs aux effets nocifs du manque de sommeil chez les stars hollywoodiennes occupées sur les tournages jour et nuit ? Quel en était l’enjeu ?

On eût pu se limiter à cette gentille moquerie et infliger à ces artistes peu consciencieux la rédaction de brochures explicatives qu’ils distribueraient par la suite au public à l’entrée des salles d’exposition pour l’apaiser. Tout humaniste qu’il est, ce projet ne saurait pour autant régler un autre problème bien plus important, celui des objets d’art prêtant à une mauvaise interprétation (сf. La Nona Ora de Maurizio Cattelan). 

Et vous, êtes-vous plutôt un fervent amateur d'art contemporain ou partagez-vous l'avis d'Anna ?

5
Moyenne : 5 (1 vote)

Publié le 08/12/2015 - Modifié le 20/12/2015

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias