#Français de l’actualité

Silence

mots-actu_s.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Salah Abdeslam s’enferme dans le silence, se mure dans le silence, se barricade dans son silence. Il ne veut pas parler lors de son procès, et explique même que sa défense, c’est son silence. Pour adopter cette attitude, on voit donc que plusieurs verbes sont utilisés : s’enfermer, se murer, se barricader. Le silence est donc considéré comme un espace, où l’on se tient, sans vouloir en sortir. S’enfermer est un mot très courant ; se murer l’est beaucoup moins. On se mure, c’est-à-dire qu’on monte un mur, qu’on le construit. Mais on le bâtit sans être à l’extérieur, on l’édifie comme une protection et on reste à l’intérieur d’un lieu clos. Le verbe murer n’est pas fréquent, et ne veut pas dire exactement monter un mur. Il signifie qu’on va fermer l’accès à un espace. Murer c’est remplacer une porte par un mur ; on peut murer une cave, une pièce… et la forme réflexive « se murer » ne se trouve que dans ces emplois expressifs, imagés et très évocateurs : position de repli, mais en même temps position butée, qui interdit le dialogue et l’évolution de la situation. Tout cela pour se défendre, se protéger : le verbe se barricader va bien dans le même sens.

Alors comment parler de celui qui se mure ainsi dans le silence : il est silencieux, il est muet, il est mutique. Mais des adjectifs ont des valeurs un peu différentes. On est silencieux quand on parle peu : on est comme on dit avare de paroles. Et de toute façon l’adjectif a bien d’autres sens, et il peut évoquer l’absence de bruit plus que l’absence de paroles ; une machine, une voiture peuvent être silencieuses, quand elles font peu de bruit en fonctionnant. Mutique est un terme qui s’applique aux humains. Et son sens est assez fort: on est plus proche déjà de cette idée d’enfermement ; on imagine quelqu’un qui ne se livre pas, qui parle peu et par monosyllabes. Dira-t-on aussi bien qu’il est muet ? Ce dernier mot a plusieurs sens selon le contexte. Littéralement il nous renvoie à celui qui ne peut pas parler, qui n’a pas l’usage de la parole. C’est une infirmité, souvent liée à une autre : on parle des sourds-muets. Mais on peut dire aussi que quelqu’un est resté muet pendant toute une soirée, ou pendant un interrogatoire : c’est simplement qu’on ne l’a pas entendu, qu’il n’a pas ouvert la bouche. Ou simplement il ne s’est pas expliqué sur un point particulier : il est resté muet sur cette question. Motus et bouche cousue ! Silence radio ! dit-on aussi, mais de façon familière !

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo CANOPE

 

Coproduction du réseau CANOPÉ.
www.reseau-canope.fr

 

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Silence

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.