mots-actu_p.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Qui va contrôler le pactole pétrolier au Venezuela, de Nicolas Maduro, président en place, ou de Juan Guaido, qui s’autoproclame, se proclame tout seul président du pays, en mettant en cause la légitimité de Maduro. Qui va donc avoir la main sur ce qui fait la grande source de revenus du pays, la manne pétrolière ? La manne, on sait bien ce que c’est : une prospérité providentielle et inattendue qui vous tombe du ciel : un souvenir de l’Ancien Testament. Mais sur RFI, on n’a pas parlé de manne, tout au moins pas ces derniers temps, mais de pactole. Est-ce la même chose ? Pas exactement. Et l’origine des mots n’est pas la même non plus, bien que tous deux nous rappellent une Antiquité lointaine. Ce mot de pactole évoque en effet une fortune très importante, une ressource merveilleuse et hors de proportion avec ce qu’on gagne habituellement : on touche un pactole si on gagne à la loterie, si l’on mise sur le tiercé gagnant, si l’on découvre un trésor enterré au fond de son jardin. On a donc toujours l’idée d’une opulence soudaine, et presque imprévisible : ça tient quasiment du miracle…

Mais pourquoi donc ce mot de Pactole ? Au départ ce n’est que le nom d’une rivière. Oh bien modeste : un cours de quelques dizaines de kilomètres, avant de se jeter dans un fleuve qu’on appelle de nos jours le Gediz. Et tout cela se trouve dans notre actuelle Turquie, dans cette partie qu’on appelle en français d’aujourd’hui pour nommer une géographie ancienne l’Asie Mineure. Mais au 5e siècle, avant Jésus-Christ, cette région s’appelle la Lydie, et son roi, Crésus. Crésus, celui-là même sont les biens immenses sont restés célèbres : encore aujourd’hui on dit « riche comme Crésus », pour dire riche à millions. Comment Crésus était-il donc entré en possession d’une telle fortune ? Grâce à notre Pactole justement, ce ruisselet dont le premier nom était Chrysorrhoas, c’est-à-dire ce qui charrie de l’or, qui porte de l’or, qui amène de l’or. En effet, d’après la légende – mais toute légende n’est pas illusion – ce Chrysorrhoas renommé Pactole était une rivière fortement aurifère où l’on pouvait ramasser de l’or à pleines brassées ou presque. Ce n’est pas impossible : on dit que c’était le cas, lors de la célèbre Ruée vers l’or en 1849 : les paillettes d’or dans certains cours d’eau étaient, paraît-il, visibles à l’œil nu.

Mais revenons à notre Pactole : qu’est-ce qui lui valait cet heureux destin ? Pourquoi tant d’or dans son lit ? On pourrait alléguer le simple hasard géologique… mais la mythologie se méfie du hasard : il faut toujours qu’elle trouve des raisons et invente des histoires. On raconte donc que le roi Midas s’était vu accorder une faveur par le roi Dionysos. Et ce naïf qui veut être riche demande que tout ce qu’il touche soit transformé en or. Marché conclu. Et Midas ne peut plus rien manger ni boire… Il implore donc d’être délivré de son vœu… et le dieu finit par accepter : il faut pour cela qu’il se lave les mains dans les eaux du Pactole… qui par la même hérite de cette bénédiction !

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

 

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias