#Français de l’actualité

Le torchon brûle

mots-actu_t.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Le torchon brûle entre Donald Trump et les sportifs américains. En effet, le président américain a écrit un message particulièrement haineux contre les sportifs américains qui posent le genou à terre pendant l’hymne national pour protester contre les violences raciales. Et beaucoup d’athlètes, depuis un peu plus d’un an, surtout des athlètes noirs, ont ainsi exprimé leur inquiétude et leur colère face à ces violences. Une bonne partie de la communauté sportive a donc violemment réagi aux propos de Trump : le torchon brûle entre la Maison-Blanche et le sport américain.

Le torchon brûle, c’est une expression assez ancienne, plutôt familière, qui dit bien que les choses vont mal entre deux personnes, ou parfois deux institutions. Et la plupart du temps, elle fonctionne comme un deuxième temps : on dit que le torchon brûle lorsqu’une entente se disloque : ceux qui s’entendaient bien, ceux qui s’aimaient même parfois, se supportent mal, se heurtent, se brouillent. L’expression donne l’impression d’un conflit qui éclate. Il ne s’agit pas d’une querelle sourde, qui couve, qui est latente et grossie en silence. Au contraire, c’est une explosion, c’est bien le moment où ça éclate. Et l’affaire est chaude puisque le torchon brûle !

Mais quand même l’image est étrange ! Pourquoi un torchon brûlerait-il ? On a, a priori, l’impression qu’il s’agit d’une querelle domestique, une dispute de cuisine : c’est là qu’on trouve les torchons, ces serviettes un peu grossières qui servent à essuyer par exemple la vaisselle. En fait, du point de vue de l’histoire de la langue, on fait fausse route en pensant cela, même si c’est l’explication qui rôde dans le cerveau de chacun.

Car ce torchon est à comprendre dans son sens d’origine : non pas un morceau de tissu, mais une petite torche. Alors que la torche brûle, c’est normal. Mais qu’elle brûle entre deux personnes, cela symbolisait l’animosité qui régnait entre eux.

D’autres expressions portent à peu près le même sens : il y a de l’eau dans le gaz par exemple. Encore qu’avec cette autre image on ait l’image d’un conflit moins ouvert, moins bruyant. Et pourtant, on ne s’entend plus, on est bien près de se séparer. De nouveau une comparaison domestique : s’il y a de l’eau dans le gaz, il ne sortira pas du tuyau de manière égale. Et donc le bec de gaz, ou la cuisinière risque de s’éteindre. D’autant plus que tout cela est agrémenté de quelques gargouillis du plus mauvais effet : on voit bien que cela ne fonctionne pas comme ça devrait !

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

 

Canopé

Coproduction du réseau CANOPÉ.
http://www.reseau-canope.fr/

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias