#Français de l’actualité

Journal en français facile 19/03 20h00 GMT

Image par défaut des émissions / éditions
RFI
Transcription

RFI 20h TU, 21h à Paris.
Céline Pellarin:
Bienvenue dans votre journal en français facile. Une édition présentée avec Guillaume Cordeaux. Bonsoir Guillaume.

Guillaume Cordeaux:
Bonsoir Céline, bonsoir à tous.

CP :
Dans la vieille ville de Mossoul, les combats font rage entre les forces irakiennes et le groupe État islamique. Mais dans les rues très étroites, les militaires se retrouvent sous les balles des snipers, des tireurs d’élite djihadistes.

GC :
Au Brésil, une affaire de viande avariée – de viande pourrie –, mais tout de même mise en vente est un nouveau scandale lié à de la corruption.

CP :
Nous serons en direct du Parc des princes à Paris pour le dernier match de la trentième journée de Ligue 1 de football. PSG face à l’OL, le match débute à l’instant. Et comme tous les dimanches nous terminerons ce journal avec Yvan Amar et son expression de l’actualité disséquée.

GC :
Nous partons tout de suite à Mossoul où les forces irakiennes tentent de reconquérir cette ville.

CP :
C’est la vieille ville de Mossoul qui est l’objectif actuel des militaires de Bagdad. Les djihadistes du groupe État islamique se sont en grande partie retranchés, dissimulés, dans cette partie de la cité. Une zone où les ruelles sont très étroites ; un quartier où les véhicules militaires, donc les blindés, ne peuvent pas passer. C’est donc un combat au corps à corps, avec très peu de protection. Et pour le lieutenant-colonel Mohamed Salah, la principale menace pour l’armée irakienne, ce sont les tireurs de précisions des djihadistes :

« Regardez bien cette zone où nous sommes, entre le pont qui mène vers la vieille ville et le quartier où on se trouve, il y a des immeubles assez hauts. Les tireurs de Daech se postent dans les étages élevés. La vieille ville c’est leur centre névralgique, et juste à côté c’est le quartier où se trouvaient à l’origine les institutions gouvernementales de Mossoul : le siège du gouvernement et le quartier général de la police. Les combats sont féroces, les djihadistes luttent avec acharnement. Ils ne veulent pas que l’on reprenne cette zone. Ils le savent bien : dès qu’on l’aura reprise, pour eux, ce sera la fin. Ils auront perdu Mossoul. Une fois le quartier de la vieille ville repris, le reste ne sera qu’une simple formalité pour nous. Ce n’est donc pas dans leur intérêt. »

CP :
Le lieutenant-colonel Mohamed Salah, au micro de nos envoyés spéciaux à Mossoul, Sami Boukhelifa et Boris Vichith.

GC :
Autre front militaire dans cette région du monde, la Syrie.

CP :
Des affrontements ont éclaté à proximité de la capitale, Damas. Des djihadistes du front Fatah al-Cham, qui n’est autre que l’ancienne branche syrienne d’Al-Qaïda, avec des combattants rebelles, ont tenté d’avancer vers le centre de Damas. De nouveaux combats entre des rebelles et le régime de Bachar al-Assad alors que des négociations s’ouvrent dans quatre jours à Genève. C’est l’ONU qui supervise, qui joue les arbitres, lors de ces tractations, ces discussions.

GC :
Venons-en à la crise diplomatique entre l’Allemagne et la Turquie.

CP :
Et Berlin hausse le ton. En cause, les propos du président turc Recep Tayyip Erdogan. Il a accusé la chancelière allemande Angela Merkel de « pratiques nazies ». Le chef de la diplomatie allemande est formel, le chef de l’État turc a « dépassé une limite ».

GC :
C’est une affaire sanitaire qui ne va pas améliorer la situation économique au Brésil.

CP :
Ce nouveau scandale concerne de la viande avariée, périmée, impropre à la consommation, mais qui était tout de même vendue. Et derrière cette affaire de santé publique, c’est bien un scandale de corruption, un de plus, qui éclate au Brésil. Marine de La Moissonnière :

De la viande avariée dont on masque l’odeur et la couleur en lui injectant des substances cancérigènes. Ou bien encore des produits périmés réemballés. Les faits révélés par la police fédérale au terme d’une enquête qui a duré deux ans sont particulièrement graves. Pour obtenir les certificats sanitaires, les entreprises mises en cause – parmi lesquelles figurent deux géants du secteur agroalimentaire –, eh bien ces entreprises auraient corrompu des inspecteurs du ministère de l’Agriculture. Cadeaux, argent, prêts à taux particulièrement bas… Des hommes politiques seraient aussi impliqués, et notamment des membres du parti de Michel Temer. Le ministère de l’Agriculture a beau affirmer qu’il ne s’agit que de cas isolés, que les consommateurs n’ont rien à craindre, il n’empêche que c’est tout un secteur-clef de l’économie qui est ébranlé. Les Brésiliens sont de gros mangeurs de viande et le pays est le premier exportateur mondial de volaille et de viande bovine. Lundi, le président ou le ministre de l’Agriculture recevra les ambassadeurs des pays qui importent de la viande brésilienne – la Chine, l’Europe et le Moyen-Orient notamment – pour tenter de les rassurer.

GC :
Marine de La Moissonnière sur RFI. Après l’attaque de ce samedi à l’aéroport d’Orly, le parquet antiterroriste a ouvert une enquête.

CP :
Une enquête en France notamment pour tentative d’homicide et d’assassinat sur personne dépositaire de l’autorité publique. Ce sont en effet des militaires qui ont été visés par l’agresseur qui a finalement été abattu hier. Les trois gardes à vue de ses proches, son père, son frère et son cousin, ont été levées.

Dans la course à l’Élysée – « course à l’Élysée » c’est d’ailleurs l’expression de la semaine qui sera développée dans quelques minutes par Yvan Amar –, le candidat socialiste Benoit Hamon a tenu un grand meeting cet après-midi, un grand rassemblement de ses partisans. Ils étaient à Bercy presque vingt mille personnes. Après avoir détaillé son programme jeudi, et avant de débattre lundi soir à la télévision face à ses principaux adversaires, Benoit Hamon était entouré de ses soutiens cet après-midi.

GC :
Place au football dans le journal en français facile.

CP :
C’est l’heure de retrouver Christophe Diremzsian, vous êtes au Parc des Princes ce soir. S’y joue le dernier match de la trentième journée de Ligue 1. La rencontre oppose, depuis quelques minutes seulement, Christophe, le Paris Saint Germain à l’Olympique Lyonnais.

Direct, transcription indisponible.

CP :
Christophe Diremzsian, en direct donc, du Parc des princes à Paris, avec le support technique de Manu Pochez. PSG-OL un match à suivre sur RFI : Christophe Diremzsian on vous retrouve sur l’antenne de RFI dans une vingtaine de minutes.

CP :
Et c’est l’heure de retrouver Yvan Amar pour l’expression de la semaine : « la course à l’Élysée », qui va durer jusqu’au 7 mai.

On le sait depuis hier : on aura onze candidats à l’élection présidentielle française. Onze concurrents dans « la course à l’Élysée ». La course à l’Élysée c’est comme ça que RFI présentait cette élection, avec une expression qu’on comprend très bien, surtout maintenant parce qu’on sait qui sont les candidats. C’est-à-dire que l’on sait qui est dans la course. « Être dans la course », voilà une autre formule toute faite qui peut expliquer pourquoi justement on parle de course à l’Élysée. La campagne électorale n’est pas ouverte officiellement, mais les inscriptions sont terminées. Donc, on peut dire que la course est commencée, et qu’on connait tous les concurrents.
Alors l’Élysée on sait ce que c’est: c’est le palais du président. Donc c’est le symbole de la présidence de la République française. Cela désigne ce que chaque candidat aimerait bien atteindre. De la même façon, on parle, non pas de « course à l’Élysée » mais de « course au pouvoir », de « course au succès » : on court après le pouvoir, après le succès, on espère rattraper tout ça. De façon un peu différente, on a parlé de « course à l’espace », quand les États-Unis et la Russie, ou plutôt à l’époque ce qu’on appelait l’Union soviétique, essayaient chacun d’être premier dans ce domaine : le premier à envoyer un homme dans l’espace, le premier à atteindre la Lune. On a aussi parlé de « course à l’armement », quand ces deux pays essayaient de mettre au point les armes les plus menaçantes, les plus puissantes. Alors, revenons aux élections présidentielles en France. Si l’on parle de « course à l’Élysée », c’est aussi pour faire penser à une épreuve sportive, et une épreuve longue. Il faut éviter les obstacles, jusqu’à ce qu’on arrive à la ligne d’arrivée. On le voit les expressions d’origine sportives, comme le marathon, sont très nombreuses quand les médias parlent d’élections.

CP :
« La course à l’Élysée », Yvan Amar et l’expression de la semaine comme chaque dimanche sur RFI. Vous écoutez la radio du monde et c’est la fin de ce journal en français facile. Il est 20 h passé de 10 minutes en temps universel.

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Journal en français facile 19/03 20h00 GMT

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.