#Français de l’actualité

Journal en français facile 17/07/2017 20h00 GMT

Image par défaut des émissions / éditions
RFI
Transcription

 

Marie Casadebaig : Bienvenue dans votre Journal en français facile, présenté avec Céline Pellarin. Bonjour Céline.

Céline Pellarin : Bonjour Marie, bonjour à tous.

MC : À la une, le troisième anniversaire de l'explosion du vol MH17. Il avait quitté Amsterdam pour Kuala Lumpur, mais avait été touché par un missile au-dessus de l'est de l'Ukraine. Nous ferons le point sur l'enquête dans ce journal.

CP : De nouvelles personnalités syriennes vont être sanctionnées pour avoir participé à la fabrication d'armes chimiques ou pour en avoir utilisé contre la population. L'Union européenne les a ajoutées à sa liste déjà longue.

MC : Emmanuel Macron demande aux collectivités locales de faire des économies, mais annonce aussi quelques mesures pour leur développement

CP : Et puis la mort d'un spécialiste des films de zombies. Georges Romero a inspiré beaucoup de réalisateurs.

-----

MC : Il y a trois ans, exactement, le vol MH17 s'écrasait dans l'est de l'Ukraine, en guerre, faisant 298 morts. Il était parti d'Amsterdam, avant d'être touché par un missile. Aujourd'hui, près de 2 000 personnes, des proches des victimes, se sont retrouvées à l'aéroport de la ville pour découvrir un monument du souvenir.

CP : Du côté de l'enquête, aucun auteur présumé n'a été arrêté. Mais on connaît les circonstances du drame, Anastasia Becchio.

Les recherches de l’équipe d’investigation conjointe se concentrent sur l’identification des responsables du drame, mais le processus traîne en longueur. L’enquête officielle conduite par les Pays-Bas et à laquelle participent l’Australie, la Belgique, la Malaisie et l’Ukraine, a conclu que le Boeing 777 avait été touché par un missile sol-air de type BUK acheminé de Russie. Il a été tiré d’une zone de combats contrôlée par les pro-russes. Le lendemain du crash, le système de lancement avait été vu à Lougansk, avec un missile en moins. Il avait ensuite été rapatrié en Russie. Reste à déterminer qui a lancé le projectile et quelles sont les personnes qui en ont donné l’ordre. Au début du mois, les autorités néerlandaises ont annoncé que les auteurs présumés seraient jugés aux Pays-Bas, mais aucune identité n'a jusque-là été dévoilée. La perspective d’un procès semble donc bien lointaine. De son côté, le site d’investigation Bellingcat, avance les noms d’une 20aine de militaires russes de la 53e brigade antiaérienne stationnée à Koursk, qui seraient impliqués dans la destruction du vol MH17. Une enquête, très documentée, que la Russie rejette en bloc. De son côté, le président ukrainien affirme que Moscou devra répondre de ses actes : "c'était un crime éhonté écrit Petro Porochenko, qui aurait pu être évité s'il n'y avait pas eu d'agression russe, d'équipement russe et de missile russe.

MC : Le Cameroun a ouvert une enquête après le naufrage, hier, d'un bateau militaire entre Douala et la péninsule de Bakassi. Le navire a coulé, sûrement à cause de la mauvaise météo. 34 soldats sont toujours portés disparus. Seuls trois ont pu être secourus.

CP : Au Mali, en revanche les huit militaires qui avaient disparu, le 9 juillet, dans le nord du Mali après une attaque djihadiste ont été retrouvés, mais morts. Ils auraient été capturés puis tués par balle.

MC : L'Union européenne a ajouté seize noms à sa liste des personnes ou organisations, développant ou utilisant des armes chimiques en Syrie. Il s'agit de huit militaires haut placés et de huit scientifiques, qui vont être sanctionnés. Les précisions de Toufik Benaïchouche.

Cette décision porte à 255 le nombre total des personnes soumises à une interdiction de pénétrer sur le territoire de l'UE et à un gel de leurs avoirs pour être tenus responsables de l'utilisation d'armes chimiques à l'encontre de la population civile en Syrie. Auparavant, 67 "entités" syriennes sont déjà ciblées par un gel des avoirs. Ils sont responsables d'attaques chimiques en Syrie. Le 30 juin, les experts onusiens de l'Organisation internationale pour l'interdiction des armes chimiques avaient confirmé dans un rapport d'enquête que du gaz sarin avait bien été utilisé lors d'un bombardement sur la localité syrienne de Khan Cheikhoun le 4 avril dernier. Cette attaque, qui avait fait 87 morts, dont de nombreux enfants, a été attribuée par les Occidentaux au régime de Bachar Al-Assad. Ce dernier, soutenu par son allié russe, a démenti en être à l'origine. Ces mesures, qui ont été prolongées le 29 mai dernier, doivent rester en vigueur jusqu'au 1er juin 2018.

CP : À Raqa, le fief syrien de l'État islamique, sa capitale en Syrie, les combats d'aujourd'hui ont été les plus importants depuis une semaine. Les forces soutenues par Washington ont repris un nouveau quartier, celui de Yarmouk. Cela fait huit mois maintenant que les FDS tentent de reprendre la ville. Ils y sont finalement entrés il y a dix jours.

MC : À Jérusalem, des musulmans ont refusé de se rendre sur l'esplanade des mosquées, en signe de protestation. Israël a décidé de mettre, à l'entrée de ce lieu saint, des détecteurs de métaux, des appareils qui signalent si quelqu'un porte une pièce métallique. La décision a été prise après l'attaque qui a provoqué la mort, vendredi, de deux policiers israéliens. Or l'esplanade des mosquées se trouve à Jérusalem-Est, la partie palestinienne de la ville.

CP : L'opposition au Venezuela appelle à une grève générale jeudi, au lendemain d'un vote symbolique. L'opposition a demandé dimanche aux Vénézuéliens s'ils étaient d'accord avec le président Nicolas Maduro pour réécrire la constitution. Plus de sept millions de personnes ont participé et la grande majorité a exprimé son désaccord avec la politique du chef de l'état. La présidence américaine salue ce soir ce vote symbolique.

MC : Le gouvernement et le président Emmanuel Macron ont réuni aujourd'hui des élus locaux au Sénat pour leur présenter leurs projets pour les collectivités locales c'est-à-dire les régions, les départements ou encore les communes.

CP : Les collectivités vont devoir faire plus d'économies que prévu, 13 milliards d'euros sur 5 ans. Pierre Firtion, le chef de l'État a fait aussi quelques annonces plus positives.

Pour lutter contre la fracture territoriale, le chef de l'État a détaillé cet après-midi toute une série de mesures, comme le doublement des maisons de santé et la fin des fermetures de classe primaire en milieu rural, l'internet haut ou très haut débit sur l'ensemble du territoire d'ici fin 2020 et non 2022 comme annoncé initialement, ainsi que la création d'une agence nationale de la cohésion des territoires. Des mesures bien accueillies par les sénateurs et les représentants des collectivités. Ces derniers ont en revanche beaucoup moins goûté le projet du président de réduire le nombre d'élus locaux. Sur l'aspect budgétaire, là aussi la pilule a du mal à passer. Les collectivités territoriales devront faire 13 milliards d'économies sur 5 ans, soit 3 milliards de plus qu'annoncée durant la campagne électorale. Le président maintient ainsi son objectif de suppression de la taxe d'habitation pour 80 % des ménages. Or cet impôt est la principale source de revenus des communes. Pour compenser, une part d'impôt national pourrait être attribuée auxdites communes. Pas de quoi néanmoins rassurer des élus locaux, qui n'avaient eu de cesse de dénoncer la baisse des dotations sous le précédent quinquennat. Pierre Firtion, au palais du Luxembourg, RFI.

MC : La deuxième étape des négociations sur le Brexit a commencé aujourd'hui à Bruxelles. Elle va durer quatre jours. L'Union européenne et le Royaume-Uni vont entrer dans le vif du sujet, aborder les changements concrets de la sortie du pays de l'organisation. Et notamment ce que ça va coûter à Londres.

CP : Une légende du cinéma d'horreur est décédée. George Romero avait 77 ans.

MC : Le réalisateur américain a laissé derrière lui une quinzaine de films, qui ont marqué de nombreux autres auteurs de cinéma, comme La Nuit des Morts vivants. Il avait relancé le mythe haïtien du zombie en 1968, le mort vivant. Son portrait par Nathan Chaudet.

Pendant plus de 50 ans, caché derrière ses énormes lunettes, George Romero a posé son regard sur la société américaine à travers ses films d'horreur. Racisme, surconsommation, impérialisme américain : pour lui chaque film était l’occasion d’être subversif et d’aborder une mutation, un travers de cette société, aussi pourrie que la chair de ses morts vivants. À 28 ans à peine il réalise La nuit des morts-vivants, qui connaîtra un immense succès. À partir de là, il ne se séparera jamais vraiment de ces zombies qu'il a ancrés dans la culture populaire. Au total il a écrit ou réalisé une dizaine de films sur ces monstres qui se mettent à attaquer les vivants pour les dévorer. Pas tous des chefs-d’œuvre, mais Romero restera à jamais un des maîtres de l’horreur avec Dario Argento ou John Carpenter. Un génie de cette époque ou les effets spéciaux n’existaient pas. Ou il fallait créer de toute pièce le monstre. L'homme a influencé un nombre immense de cinéastes. Depuis 15 ans des films comme Shawn of the dead ou des séries comme The Walking Dead font vivre son héritage et réinvente sans cesse la figure du zombie. Si Romero est mort, son cinéma lui est bien vivant.

MC : Les cyclistes du Tour de France se sont reposés. Demain, ils reprendront la route pour la 16e étape de la compétition entre Le Puy-en-Velay à Romans-sur-Isère, dans le sud-est du pays. Les 165 km seront plus favorables aux sprinteurs avant d'attaquer les montagnes des Alpes. Le Britannique Chris Froome portera une nouvelle fois, le maillot jaune.

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Journal en français facile 17/07/2017 20h00 GMT

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.