#Français de l’actualité

Journal en français facile 14/07/2019 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Hugo Lanoë : 22h à Paris à l’écoute de RFI, 20h en temps universel. Bonsoir à toutes et à tous et bienvenue dans votre Journal en français facile. Pour m’accompagner ce soir : Zéphyrin Kouadio, bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir Hugo.

HL : Au sommaire de cette édition : la fête nationale en France, le défilé militaire et bientôt le traditionnel feu d’artifice, le 14 juillet c’est aujourd’hui. Un jour de commémoration placé sous le signe de la coopération européenne. Une fête à laquelle ont participé quelques Gilets Jaunes. On revient sur les moments clés de cette journée dans un instant.

ZK : Nous irons ensuite à Hong Kong. Avec ce 5e dimanche consécutif de mobilisation. Les militants pro-démocratie comptent bien maintenir la pression sur le gouvernement local soutenu par la Chine.

HL : La Chine Zéphyrin, il en a été question hier à Port-au-Prince. La capitale haïtienne a reçu la présidente de Taïwan. Compte rendu de cette visite officielle dans ce journal. Enfin on se quittera avec Yvan Amar et l’expression de la semaine. Voilà pour le programme. Bienvenue à tous !

-----

ZK : Du bleu, du blanc et du rouge dans le ciel de Paris, le traditionnel feu d’artifice du 14 -juillet sera tiré dans une heure devant la tour Eiffel.

HL : C’est un incontournable de la fête nationale qui vient ponctuer une journée de commémoration et de célébration. Autre incontournable Zéphyrin : le défilé militaire sur l’avenue des Champs-Élysées. C’était ce matin. Une parade placée cette année sous le signe de la coopération, de la collaboration européenne. Pour l’occasion, le président Emmanuel Macron a convié une dizaine de dirigeants de l’Union. Présente également, une foule d’anonymes, tous curieux de voir passer sous leurs yeux chars, soldats au pas et avions de combat. Antoine Geneste était avec eux sur la plus belle avenue du monde : reportage.

[Transcription manquante]

HL : Le 14 juillet, une fête populaire. Une partie du peuple a d’ailleurs manifesté son mécontentement. Des dizaines de Gilets Jaunes sont venus siffler Emmanuel Macron et dénoncer sa politique. Les forces de l’ordre ont interpellé 175 personnes en marge du défilé. Des heurts ont d’ailleurs eu lieu près de l’arc de triomphe entre policiers et manifestants.

ZK : Des affrontements ont également eu lieu aujourd’hui à Hong Kong Hugo.

HL : Des violences entre militants pro-démocratie et policiers. Pour le 5e dimanche consécutif, les manifestants anti-gouvernementaux - c’est-à-dire hostiles la politique de la cheffe de l’exécutif Carrie Lam - ont protesté contre un projet de loi. Un texte qui autoriserait les transferts de prisonniers de Hong Kong vers la Chine Continentale. Le récit de cette nouvelle journée de mobilisation avec Simon Leplâtre

Ils sont à nouveau des dizaines de milliers à avoir battu le pavé ce dimanche à Hong Kong : les promesses de Carry Lam, la cheffe de l’exécutif de Hong Kong, n’ont pas suffi à apaiser les habitants, en début de semaine dernière, elle a déclaré que la loi d’extradition était « morte de vieillesse », mais elle a refusé de s’engager à un retrait du projet de loi laissant planer le doute sur ses intentions. Citation, vieux monsieur, qui parle cantonnais : « Elle refuse d’utiliser le terme “retirer”, un mot qui a des conséquences légales, alors que l’expression qu’elle utilise, “morte de vieillesse”, c’est juste une expression chinoise, elle joue sur les mots ». Derrière cette loi, plus généralement c’est l’influence de la Chine qui inquiète, car les Hongkongais sont informés, ils savent bien qu’ils ont encore beaucoup plus de libertés que les Chinois, écoutez ce jeune commercial, 30 ans présent à la manifestation. Citation trentenaire : « Comme vous le savez, il se passe beaucoup de choses terribles en Chine, très inhumaines, on le voit avec les événements au Xinjiang et au Tibet actuellement. C’est de ça qu’on a peur, perdre nos libertés ». Pour l’instant, la Chine appelle le gouvernement de Hong Kong à la fermeté ce qui ne devrait pas aider à trouver des concessions, en tous cas, les manifestants eux, sont déterminés à revenir, tous les week-ends s’il le faut. Simon Leplâtre, Hong Kong, RFI.

ZK : Autre territoire sous l’influence de la Chine : Taïwan. D’ailleurs sa présidente est en visite officielle en Haïti.

HL : Un séjour dans la Caraïbe. En Haïti, qui est l’un des 17 pays à encore reconnaître officiellement Taïwan comme République de Chine. Mais ce choix diplomatique exceptionnel n’est guère exploité par Port-au-Prince. Résultat : la rencontre entre les deux présidents hier s’est révélée plutôt infructueuse, c’est-à-dire : inefficace. C’est ce que nous explique sur place Amélie Baron.

C’est la première fois depuis sa prise de fonction en février 2017 que Jovenel Moïse recevait un homologue étranger en visite officielle. Pour Taïwan, Haïti est un partenaire clé. L’an dernier, plusieurs pays dont la République dominicaine voisine ont rompu les relations avec Taipei au profit de Pékin. Les 63 ans de fidèle amitié haïtiano-taïwanaise, salués par les deux chefs d’État samedi, n’ont pour autant pas été récompensés par un accroissement de la coopération bilatérale : aucune annonce n’est sortie de la rencontre entre Jovenel Moïse et Tsai Ing-Wen. Il faut dire que le prêt de 150 millions de dollars accordé par Taiwan à Haïti en mars 2018 n’est pas encore débloqué, car le parlement haïtien n’a toujours pas ratifié le texte. Les deux pays veulent favoriser les investissements privés taïwanais en Haïti, mais l’insécurité grandissante dans le pays freine considérablement tout éventuel projet industriel. Signe fort de cet handicap majeur : sur une tournée de neuf jours dans la Caraïbe, la présidente taïwanaise ne sera restée que 4h en Haïti, alors qu’il s’agit désormais de son allié le plus grand géographiquement et démographiquement. Amélie Baron, Port-au-Prince, RFI.

ZK : Et comme tous les dimanches Hugo, on referme cette édition avec l’expression de la semaine.

HL : Fête nationale française oblige, Yvan Amar nous parle de l’expression 14 -juillet.

[Transcription manquante]

HL : On se quitte avec un mot de football avec la dernière demi-finale de la Coupe d’Afrique des Nations. Elle oppose en ce moment l’Algérie au Nigéria : 1-1 on joue la 52e minute de jeu. Merci Zéphyrin Kouadio.

ZK : Merci Hugo. Merci à tous !

HL : Restez fidèles à l’écoute de la radio du monde.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias