#Français de l’actualité

Journal en français facile 12/03/2018 20h00 GMT

Image par défaut des émissions / éditions
RFI
Transcription

 

Céline Pellarin : Vous écoutez RFI et il est 20 h en temps universel, 21 h à Paris. Bonsoir à toutes et à tous. Merci d'être au rendez-vous du Journal en français facile. Ce lundi, c'est Sébastien Duhamel qui est à mes côtés. Bonsoir Sébastien.

Sébastien Duhamel : Bonsoir Céline, bonsoir à tous.

CP : Un ex-espion russe victime d'un poison au Royaume-Uni et c'est la relation entre les deux pays qui est également empoisonnée. La Première ministre britannique accuse la Russie d'être responsable de cet acte. Moscou dément et dénonce une provocation de la part de Londres.

SD : En Colombie, les électeurs vont beaucoup voter cette année. Législatives, primaires, présidentielle. Plusieurs scrutins de grande importance qui vont dessiner le futur politique du pays.

CP : Enfin nous verrons que pour la première fois, un film à Hollywood réalisé et joué avec des acteurs noirs bat tous les records de popularité. À la fois aux États-Unis et dans le monde. Et c'est une pluie de dollars qui accompagne ce film Black Panther.

-----

SD : Le ton grimpe entre le Royaume-Uni et la Russie.

CP : Et ce qui provoque cette tension diplomatique c'est l'empoisonnement, la semaine dernière, d'un ancien espion russe dans le sud de l'Angleterre. Sergueï Skripal et sa fille Ioulia sont à l'hôpital dans une situation critique. Ils ont été victimes d'un agent neurotoxique, c'est un poison.

SD : Une affaire, Céline, que la Première ministre britannique prend très au sérieux.

CP : Ce lundi, elle a pointé du doigt la responsabilité de Moscou dans cette affaire. Theresa May a donné jusqu'à mardi soir aux autorités russes pour fournir des explications. Mais la Russie, lui a répondu, dénonçant, je cite, un « numéro de cirque » et une « provocation ». À Londres, Muriel Delcroix.

Theresa May n'y est pas allée par quatre chemins confirmant ce que beaucoup soupçonnaient depuis huit jours: c'est-à-dire qu'il est hautement probable que Moscou soit impliquée dans cette attaque perpétrée à Salisbury. La Première ministre a expliqué devant les députés britanniques que l'ancien espion russe Sergei Skripal et sa fille Ioulia avaient été empoisonnés par un agent innervant de grade militaire appelé Novichok, une substance neuro-toxique que la Russie a fabriqué dans le passé et aurait encore la capacité de fabriquer. Ce qui signifie que soit l'État russe est directement responsable de leur empoisonnement, soit qu'il a permis à d'autres de se procurer l'agent neurotoxique utilisé à Salisbury. Quoi qu'il en soit, a poursuivi Theresa May, le Royaume-Uni ne tolérera pas que des actes qu'elle a qualifiés d' « odieux et irresponsables » soient commis sur son sol. En conséquence, le gouvernement a demandé à l'ambassadeur russe à Londres de fournir d'ici mardi un rapport complet sur le programme Novichok. Et si la réponse apportée par Moscou n'est pas jugée crédible, de nouvelles sanctions contre la Russie seront annoncées. Mais pas avant mercredi, le temps que Londres obtienne le soutien de ses alliés notamment au sein de l'OTAN afin que ses mesures de rétorsion aient le plus de poids possible.

CP : Les États-Unis viennent d'exprimer leur solidarité avec le Royaume-Uni. Cependant Washington est prudent et ne désigne pas la Russie comme responsable de cet empoisonnement.

SD : Pour la Colombie, 2018 c’est une année électorale cruciale, une année déterminante pour l'avenir du pays.

CP : Premier scrutin, c'était ce week-end. Lors de ces élections législatives, c'est la droite qui s'est imposée. Mais sans pour autant obtenir la majorité absolue, le nombre de ses élus ne dépasse pas celui de la moitié de l'Assemblée Nationale.

SD : Dans le même temps, avant l'élection présidentielle, chaque camp s'organise pour se choisir un candidat.

CP : Ce sont des primaires, des élections au sein de chaque parti pour départager les candidats qui veulent se présenter à la présidentielle du 27 mai. Du côté des conservateurs, pas de surprise, c’est la victoire du sénateur Ivan Duque était attendu. Quant à la gauche colombienne, c'est Gustavo Petro qui devient le candidat pour représenter le parti. Et c'est lui qui serait déjà en tête des sondages pour la présidentielle du mois de mai, selon une partie de la presse colombienne. Romain Lemaresquier.

Gustavo Petro est peut-être une figure politique inconnue à l’étranger, mais en Colombie, cet ancien membre d’un groupe rebelle, âgé de cinquante-sept ans, occupe l’espace médiatique depuis de nombreuses années. Maire très populaire de Bogota entre janvier 2012 et juin 2015, il avait été déchu de son poste et déclaré inéligible pour les quinze prochaines années pour une affaire de santé publique liée à une grève des éboueurs. Une décision invalidée par le tribunal suprême qui lui a donc permis de se présenter aux primaires de deux formations de gauche. Un scrutin largement remporté avec plus de 84% des voix. C’est donc lui qui sera à la tête d’une coalition de gauche qu’il souhaite désormais élargir, puisqu’il appelle les deux autres candidats pro-accords de paix à se joindre à lui. Du côté des conservateurs, c’est l’un des bras droits de l’ancien président Alvaro Uribe qui fera office de candidat. Ivan Duque, tête d’affiche du Centre démocratique, opposé aux accords de paix avec l’ancienne guérilla des FARC, s’est imposé avec plus de 67% des voix. Avocat de profession, véritable filleul politique du très conservateur Alvaro Uribe, Ivan Duque est l’une des figures politiques les plus populaires du pays et est donc à même de remporter l’élection présidentielle. Une élection à laquelle ne participera pas la désormais formation politique des FARC suite au retrait pour raison de santé de son chef Rodrigo Londoño.

SD : En France, il y a un parti qui ne se cherche pas un candidat ou une candidate. Mais un nouveau nom.

CP : Le Front National ne veut plus s'appeler comme ça. Et sa présidente, Marine Le Pen voudrait rebaptiser son parti : le Rassemblement National. Mais ce n'est pas si simple qu'un coup de gomme ou une rature sur un document administratif. En effet, l'affaire se complique. Un homme assure avoir déposé le nom de « rassemblement national » en 2013, c'est-à-dire qu'il l'a déclaré auprès des autorités françaises et que c'est désormais sa propriété. Les explications d'Anne Soetemondt.

« Vous imaginez bien qu’on a tout bordé, nous ne sommes pas des amateurs ». C’est une Marine Le Pen exaspérée qui a répondu à RFI. Exaspérée que l’annonce du nouveau nom soit ternie par cette affaire. La présidente du Front National affirme que l’association en question, a cédé son nom au Front National le 22 février dernier. Par un acte sous seing privé, elle est en voie de dissolution. Il n'y a donc aucun problème juridique, assure Marine Le Pen. Si les adhérents votent pour, dans quelques semaines, le Front National pourra être rebaptisé Rassemblement National. Une réponse au communiqué diffusé hier soir sur Twitter par Igor Kurek, président du Rassemblement National, qui s'étonne de « l'amateurisme » de la présidente du FN et explique que jamais son parti ne pourra devenir le RN. « C'est un mythomane » s'emporte Marine Le Pen qui précise que son parti avait de toute façon déposé le nom « rassemblement national » dès 1986. Ce qui pourrait lui permettre d’entamer des poursuites.

SD : On parle à présent de cinéma et de chiffres dans le Journal en français facile.

CP : Cinq cent soixante-deux millions de dollars pour sa quatrième semaine sur les écrans aux États-Unis. Plus d'un milliard de dollars de recettes, c’est-à-dire de revenus à travers le monde. C'est de Black Panther qu'il s'agit. C'est l’adaptation en film, des aventures du premier super-héros noir de l’univers Marvel, un héros de comics, de bande dessinée. Black Panther continue de pulvériser les records Élisabeth Lequeret.

C’est du jamais vu. À Hollywood, pour qualifier le succès hors-norme de Black Panther, il a d’ailleurs fallu forger un nouveau mot : BlackBuster. Soit la contraction de Noir et de Blockbuster. Ce dix-huitième film de l’univers Marvel, qui réunit un casting presque intégralement composé d’acteurs noirs et signé par un cinéaste afro-américain de trente-et-un ans, Ryan Coogler, vient d’entrer dans l’histoire du cinéma. En quatre semaines, il a récolté plus d’un milliard de recettes dans le monde, ce qui en fait le septième long métrage le plus rentable de tous les temps. En Afrique notamment, au Nigeria au Kenya, en Éthiopie, sa sortie en salles a suscité l’enthousiasme des spectateurs et le sentiment empreint de fierté qu’un vide a enfin été comblé par Hollywood. Car Black Panther est bien plus qu’un succès fulgurant de box-office, il est aussi devenu un véritable phénomène de société. C’est un tournant dans la représentation des Noirs au cinéma. Avant même sa sortie, des campagnes de levées de fonds étaient organisées par des militants dans plusieurs villes des États-Unis pour permettre aux enfants les plus démunis d’aller le voir. Bref, un triomphe populaire qui va bien au-delà des prévisions des as du marketing Disney Marvel et fait mentir avec éclat la règle d’or selon laquelle les films noirs ne pas recette.

SD : Il était un aristocrate, un membre de la noblesse française qui a su, sublimer les femmes avec ses vêtements élégants.

CP : Hubert James Marcel dit Comte Taffin de Givenchy. Il était plus connu sous le nom plus court d'Hubert de Givenchy. Le couturier est décédé samedi à l'âge de quatre-vingt-onze ans. Il s'est fait mondialement connaître avec sa muse, celle qui l'a énormément inspirée: l'actrice américaine Audrey Hepburn. Il lui créa une silhouette et un style qui traverse les années grâce à des films mythiques dont le fameux Breakfast at Tiffany's. Et c'est en robe Givenchy qu' Audrey Hepburn avait reçu son oscar en 1954. On peut méditer cette phrase de ce couturier: « Le secret de l'élégance, c'est d'avoir l'air soi-même ».

CP : Le Journal en français facile, élégant on l’espère, c'est terminé pour ce lundi. On se retrouve même fréquence radio, même heure demain. L'édition du jour était réalisée par Richard Riffonneau. Merci à lui et merci à vous Sébastien Duhamel.

SD : Merci Céline, bonne soirée à tous.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias