#Français de l’actualité

Journal en français facile 11/01/2018 20h00 GMT

Image par défaut des émissions / éditions
RFI
Transcription

Gilles Moreau : 21h à Paris et 20h en temps universel. Bonsoir à toutes et tous, et bienvenue dans votre Journal en français facile, présenté ce soir avec Sylvie Berruet, bonsoir !

Sylvie Berruet : Bonsoir Gilles, bonsoir à tous !

GM : Dans l'actualité : les combats dans la province syrienne d'Idleb, province que les forces du régime tentent de reprendre à des groupes de l'opposition. Ces combats se concentrent actuellement autour d'un aéroport stratégique.

SB : En Tunisie, on assiste à un retour au calme après 3 nuits consécutives de heurts entre policiers et manifestants qui ont entraîné l'arrestation de plus de 600 personnes.

GM : En France, le gouvernement a demandé que des sanctions soient prises dans l'affaire Lactalis, à l'origine d'une contamination à la salmonelle de lait pour bébé. Le ministre de l'Économie a convoqué la direction du groupe et les représentants de la grande distribution.

-----

SB : En Syrie, de violents combats se poursuivent dans la province d'Idleb, la seule qui échappe totalement au régime de Bachar Al Assad.

GM : Ces combats se concentrent actuellement dans une base militaire stratégique : l'aéroport d'Abou Douhour, tenu par un groupe djihadiste, mais où l'armée syrienne a réussi à entrer hier soir, avec l'appui de l'aviation russe. La reconquête de la province d'Idleb a été lancée le 25 décembre dernier. Alliés sur le terrain, les groupes de l’'opposition et des groupes djihadistes opposent une farouche résistance. Mais selon Fadi Al Maari, militant de l'opposition syrienne, ces groupes sont maintenant très affaiblis. Il explique pourquoi :

« Durant ces dernières semaines, le combat a été unilatéral. Seul le régime a mené une offensive. Ses troupes ont avancé sans rencontrer aucune résistance de la part des révolutionnaires et des autres factions combattantes. Les groupes armés avaient mis en place une stratégie. Elle consistait à laisser les forces du régime pénétrer en profondeur dans les zones libérées d'Idleb, puis les encercler, couper leur route d'approvisionnement et les éliminer. Un peu comme une embuscade. Mais rien ne s'est passé comme prévu. Les forces du régime ont bien pénétré en profondeur dans ces zones libérées, mais elles ont avancé sur plusieurs axes. Cinq ou six axes. La stratégie des rebelles est tombée à l'eau et le régime a pu s'emparer de plusieurs régions. Le régime n'en espérait pas tant. »

GM : Un militant de l'opposition syrienne, contacté dans la province d’Idleb par Sami Boukhélifa. Ajoutons dans ce dossier syrien que le président turc Edorgan a demandé à Vladimir Poutine d'intervenir pour mettre fin aux combats dans la province d'Idlib et la Ghouta orientale, condition indispensable, selon lui, à la réussite du processus d'Astana qui vise à rétablir la paix en Syrie.

SB : Au Proche-Orient, Israël a autorisé la construction de plus de 1 100 nouveaux logements de colons en Cisjordanie occupée. Par ailleurs, deux adolescents palestiniens ont été tués aujourd'hui par des tirs israéliens dans la bande de Gaza et en Cisjordanie occupée.

GM : En Tunisie, on assiste au retour au calme, après 3 nuits consécutives de heurts dans plusieurs villes entre policiers et manifestants, des manifestants en colère contre la vie chère et la politique d'austérité. Ces heurts ont entraîné l'arrestation de plus de 600 personnes.

SB : Le fondateur de Wikileaks Julian Assange a obtenu la nationalité équatorienne. Il n'en reste pas moins toujours bloqué dans les locaux de l'ambassade d'Équateur à Londres. Explications de notre correspondant à Quito d'Éric Samson :

1729926483, voilà le numéro de carte d'identité équatorienne de Julian Assange qui s'est affiché sur son compte Twitter portant le maillot de l'équipe équatorienne de football. Selon la ministre des Affaires Étrangères et de la Mobilité Humaine, Maria Fernanda Espinosa, le fondateur de Wikileaks a fait sa demande de naturalisation le 16 septembre dernier et a obtenu la nationalité le 20 décembre. La date n'est pas neutre. Ce même jour, le ministère a demandé aux autorités britanniques d'accepter un statut de personnel consulaire pour Julian Assange. Cela aurait permis au journaliste équatoriano-australien de quitter l'ambassade où il est reclus depuis 5 ans grâce à son statut diplomatique. Cette demande a été refusée par Londres dès le 21 décembre, confirmant ainsi les informations publiées récemment par le quotidien britannique The Guardian. Même si la plainte pour supposés délits sexuels a été archivée par la justice suédoise, les autorités britanniques reprochent à Assange d'avoir violé les termes de sa libération conditionnelle en se réfugiant dans les locaux de l'ambassade équatorienne à Londres. Elles lui demandent de se rendre alors que la ministre Espinosa qualifie la situation d'Assange d'humainement insoutenable.

SB : Des milliards d'euros d'investissements au Cambodge, c'est ce qu'a promis le Premier ministre chinois Li Keqiang, en visite à Phnom Penh.

GM : La Chine a notamment offert à son allié une autoroute, un hôpital et un aéroport. L'annonce a eu lieu en marge de la réunion du forum "Lancang Mekong", nouvel outil de coopération qui réunit les pays traversés par le fleuve Mékong, devenu un enjeu économique et politique majeur dans la région. Les explications de Juliette Gheerbrant :

Il n'est pas rare que Pékin s'assure de la loyauté de ses voisins et alliés grâce à des investissements massifs et des prêts avantageux. Et les promesses faramineuses faites à Phnom Penh jeudi sont à la hauteur de l'enjeu : l'exploitation des eaux du Mékong par la Chine pour la production d'électricité. Lors de la réunion du forum auquel participaient le Cambodge, le Vietnam, le Laos, la Birmanie et la Thaïlande, Li Keqiang a expliqué que son pays souhaitait agir dans l'intérêt de tous, et faciliter de bonnes relations entre les pays situés en amont et en aval du fleuve. La Chine a déjà construit 6 barrages sur le haut du Mékong, et a investi dans 11 autres constructions prévues plus en amont selon l'association International Rivers. Le Mekong, qui est la plus riche réserve mondiale de poissons d'eau douce, contribue à nourrir près de 60 millions de personnes. Des habitants des bassins inférieurs et des défenseurs de l'environnement se sont inquiétés de voir diminuer les ressources poissonneuses du fleuve, ils craignent que les barrages perturbent les éco-systèmes, et que les populations s'appauvrissent. La maîtrise du fleuve donne également un grand pouvoir à la Chine. Il y a deux ans, elle avait procédé à des lâchers de barrages pour aider le Vietnam à réduire les effets d'une grave sécheresse.

SB : Plus de huit ans après le crash du vol Rio-Paris, l'équipage d'Air France est mis en cause dans une nouvelle contre-expertise judiciaire.

GM : Les experts désignent comme « cause directe » de l'accident, la « perte de contrôle » de l'appareil qui « résulte des actions inadaptées en pilotage manuel » de l'équipage (ce mode manuel avait été rendu nécessaire par le givrage de sondes). L'accident, au large du Brésil, avait tué les 228 passagers et membres de l'équipage. La compagnie Air France et l'avionneur Airbus avaient été inculpés en 2011 pour « homicides involontaires ».

SB : Le gouvernement français a demandé que des sanctions soient prises dans l'affaire Lactalis, à l'origine d'une contamination à la salmonelle de lait pour bébé.

GM : Lactalis, géant français de l'agroalimentaire, il a renouvelé ses excuses aux parents des bébés contaminés. « Cette affaire est grave », a déclaré de son côté le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire qui a convoqué ce soir les représentants de la grande distribution, et demain la direction de Lactalis. Cinq enseignes de la grande distribution ont reconnu avoir vendu des lots de lait contaminé, alors qu'ils auraient dû être retirés de la vente. David Baché :

Premier responsable, loué au pilori par le ministre de l'Économie, Lactalis n'aurait pas pris les mesures nécessaires pour retirer de la vente les boîtes de lait contaminé. Bruno Le Maire pointe un désaccord avec le fabricant sur le volume et sur les dates de fabrication des produits concernés, qui l'a conduit à ordonner lui-même ce retrait : « L'État s'est donc substitué à une entreprise défaillante, seule responsable de la qualité et de la sécurité des produits mis sur le marché. Et ce sera à la justice d'établir les faits en la matière ». Des inspections ont été lancées le mois dernier par le ministère, dans les lieux de distribution : grandes surfaces, pharmacies, hôpitaux... 2 500 contrôles ont permis de repérer 91 établissements en faute. Des procès-verbaux seront transmis à la Justice, sur les cas décelés par ces enquêtes, comme sur les cas récemment avoués par les grandes enseignes de la distribution. 2500 nouveaux contrôles seront lancés la semaine prochaine. Le ministre demande aux distributeurs de prendre leurs responsabilités, et de retirer en urgence tous les lots contaminés. S'il vante le « travail exceptionnel » mené par les services nationaux d'inspection pour s'en assurer, Bruno Le Maire refuse de commenter les révélations faites cette semaine dans le journal Le Canard enchaîné, sur les défaillances des contrôles sanitaires effectués avant le déclenchement de cette crise.

GM : ... crise qui a jusqu'à présent frappé une trentaine de nourrissons dont la moitié ont été hospitalisés. Ils sont maintenant hors de danger.

SB : Le projet de loi « asile et immigration » a été au centre d'une réunion à l'hôtel Matignon, en présence du 1er ministre Édouard Philippe et des associations.

GM : Des associations très remontées contre la politique migratoire du gouvernement. À leur sortie, elles ont fait part de leur « déception » sur ce texte « qui leur paraît déséquilibré ». C'est la fin de votre Journal en français facile, à retrouver sur notre site à la page RFI Savoirs. Bonsoir à tous ! 

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias