#Français de l’actualité

Journal en français facile 08/04/2019 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

 

Andréane Meslard : Vous écoutez RFI, il est 22 heures à Paris, 20 heures en temps universel. Bienvenue dans votre Journal en français facile. Avec moi pour vous le présenter Zéphyrin Kouadio, bonsoir Zéphyrin !

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir Andréane, bonsoir à toutes et à tous.

AM : À suivre dans ce journal : les électeurs israéliens votent pour élire leurs députés demain. Les Gardiens de la Révolution iraniens placés sur la liste américaine des organisations terroristes par Donald Trump. Puis en football féminin, les joueuses de l’équipe de France affrontent le Danemark en ce moment. Match amical. Les bleus qui mènent 1 à zéro.

------

ZK : Et d’abord cette question pour commencer : qui sera le prochain Premier ministre israélien. Les 6 millions d’électeurs israéliens vont renouveler les députés au sein de la Knesset, c’est le nom de leur parlement. Le scrutin a lieu demain.

AM : Et le résultat de cette élection entraînera la nomination du Premier ministre. Le Premier ministre sortant Benyamin Netanyahu est candidat à sa propre réélection, ce serait son cinquième mandat. Pour le moment, il est en avance dans les sondages. Mais face à lui, Benny Gantz, un ancien chef d’état-major a rallié une partie de l’électorat. Ce lundi a donc mis fin à la campagne. Notre correspondant à Jérusalem Guilhem Delteil a suivi cette campagne. Dans celle-ci, les débats ont beaucoup tourné autour de la personnalité de Benyamin Netanyahu.

Lorsqu’il a convoqué des élections législatives anticipées en décembre dernier, Benyamin Netanyahu espérait une réélection assez aisée : il reste le responsable politique le plus populaire du pays. Mais Benyamin Netanyahu s’est retrouvé dans cette campagne face à un ancien chef d’État-major allié à deux de ses prédécesseurs. Ensemble, ces trois généraux cumulent 117 ans de service dans l’armée : une expérience leur permettant de rivaliser avec celui qui se présente comme le « Monsieur sécurité » du pays... Dès lors, Benny Gantz a cherché à capitaliser sur les déçus de Netanyahu et martelé comme un slogan : « merci pour ces dix années, nous allons prendre le relais désormais ». L’ex-militaire a mis en avant la longévité du chef du gouvernement, la perspective de sa mise en examen dans trois affaires de corruption. Et dénonçant une politique qui accroît les divisions au sein de la société israélienne, il l’a accusé de dérive monarchique. Face à un adversaire au centre sérieux sur le plan sécuritaire, Benyamin Netanyahu a lui cherché à mobiliser la droite dans toute sa diversité. Il a tout d’abord pesé pour que des petits partis s’allient, quitte à faire entrer une formation raciste à la Knesset. Puis il a attaqué son rival le décrivant comme un gauchiste qui gouvernerait avec les partis arabes israéliens. Créer un épouvantail pour faire passer le message : « c’est moi ou le chaos ». Guilhem Delteil, Jérusalem, RFI.

ZK : Et justement, Benyamin Netanyahu, le Premier ministre israélien, qui a commenté ce lundi la décision de Donald Trump de placer les Gardiens de la Révolution iraniens, sur la liste américaine des organisations terroristes.

AM : Et il remercie Donald Trump Benyamin Netanyahu. Dans un tweet, il dit que cette décision sert les intérêts d’Israël et des pays de la région, fin de citation. Des gardiens de la Révolution Iraniens qui sont donc désormais inscrits sur la liste américaine des organisations terroristes. Ces gardiens de la révolution sont un corps d’armée idéologique, ils défendent la révolution islamique. Ils font partie de l’armée iranienne et c’est la première fois que les Américains, par une telle mesure, visent une entité gouvernementale. Cette mesure entrera en vigueur le 15 avril. Précisions avec notre correspondante à Washington Anne Corpet.

Les gardiens de la révolution mettent en œuvre la campagne terroriste mondiale du gouvernement iranien » peut-on lire dans le communiqué de la maison blanche et la présidence prévient : « Faire affaire avec le corps des gardiens de la révolution islamique, c’est financer le terrorisme ». Lors d’une conférence de presse, le secrétaire d’État américain Mike Pompéo a appelé toutes les entreprises et banques du monde à couper tout lien financier avec cette entité de l’armée iranienne. Il a qualifié les responsables du régime de mafieux et a déclaré : « avec cette désignation nous disons clairement que non seulement l’Iran soutient le terrorisme, mais qu’il est lui-même directement impliqué dans le terrorisme. » Concrètement, cette mesure permet de qualifier de crime fédéral tout soutien matériel aux gardiens de la révolution. Un crime passible d’une peine pouvant aller jusqu’à vingt ans de prison. La liste noire des Américains comprenait déjà 67 organisations considérées comme terroristes, mais c’est la première fois qu’elle intègre l’ensemble d’un corps militaire étranger. Il s’agit selon le département d’État d’une étape décisive dans la campagne de pression maximale menée par les Américains contre le régime iranien.

AM : En tout cas, les réactions n’ont pas tardé. Mohamad Javad Zarif, le ministre iranien des Affaires étrangères a répondu. Il exhorte son pays à classer comme terroristes les forces américaines au Moyen-Orient.

ZK : On l’a appris ce soir, un attentat à la voiture piégée a fait 4 morts en Afghanistan.

AM : Le véhicule piégé a frappé un convoi militaire américain. C’est la mission de l’OTAN en Afghanistan a fait l’annonce ce soir. L’attentat a été revendiqué par les talibans, et cela porte à 7 le nombre de soldats américains tués dans le pays depuis le début de l’année.

ZK : Après deux mois de consultation, le Premier ministre français a fait aujourd’hui un premier bilan du grand débat national.

AM : Dans un discours d’une vingtaine de minutes, le chef du gouvernement a appuyé sa détermination. Plusieurs exigences ressortent de ce grand débat national : d’abord une profonde exaspération fiscale puis un besoin de proximité avec le pouvoir politique, une démocratie plus représentative, et enfin une urgence climatique qu’il faut prendre en compte. C’est à Paris qu’a eu lieu ce discours d’Édouard Philippe. La capitale française où est attendue Theresa May. La Première ministre britannique qui doit aussi aller à Berlin, à la veille d’un nouveau sommet européen extraordinaire sur le Brexit. Le Brexit je vous le rappelle, c’est la sortie du royaume uni de l’Union européenne. Aujourd’hui, le royaume uni a d’ailleurs fixé au 23 mai la date des élections européennes sur son sol.

ZK : Et comme on parle des élections européennes, ce lundi c’est Matteo Salvini qui a lancé sa campagne électorale.

AM : Le vice-président du Conseil italien, et ministre de l’Intérieur d’extrême droite a choisi Milan, la capitale économique, pour lancer cette course aux Européennes. Elles auront lieu, je vous le rappelle au mois de mai, et Matteo Salvini compte bien sur une alliance des nationalistes. Anne Le Nir.

Le patron de la Ligue Matteo Salvini a prononcé un discours assez bref et nébuleux pour lancer son projet d’alliance des nationalistes. À ses côtés, des représentants d’Alternative pour l’Allemagne, des Vrais Finlandais et du Parti populaire danois. Trois forces d’extrême droite sur la vingtaine qu’il espère réunir. Parmi elles : Le rassemblement national de Marine Le Pen et le Fidesz du 1er ministre hongrois Victor Orban. Salvini a affirmé que « l’Europe n’a de sens que si elle respecte les identités de chaque pays ». Il a souligné que « le projet d’alliance des souverainistes s’inspire du rêve européen de Saint Jean- Paul II qui reconnaissait la diversité des cultures et des nations ». « Notre volonté », a-t-il précisé, est de réaliser des objectifs communs. » Renforcement des contrôles aux frontières, lutte contre le terrorisme, mais aussi lutte contre une Europe de l’austérité et de la bureaucratie ». Créditée de 35 % des intentions de vote, la Ligue pourrait arriver en tête aux élections européennes qui se tiendront le 26 mai, en Italie. Anne Le Nir Rome RFI.

ZK : En football féminin, dans deux mois c’est la coupe du monde, elle aura lieu en France. Et dans le cadre de leur préparation à la compétition, les joueuses de l’équipe de France affrontent le Danemark ce soir.

AM : Un match amical, et pour l’instant ce sont les bleues qui mènent 2 à zéro. On retrouve tout de suite Eric Chaurin, dans le stade de l’est français, à Strasbourg. Eric, le match a commencé depuis une heure maintenant et les Françaises sont devant.

[Transcription manquante]

AM : Eric Chaurin, en direct de Strasbourg avec nous ce soir. C’est ainsi que se termine ce journal en français facile, merci à vous de l’avoir suivi. Il est 22h10 à Paris.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias