#Français de l’actualité

Journal en français facile 08/03/2018 20h00 GMT

Image par défaut des émissions / éditions
RFI
Transcription

 

Namouri Dosso : Vous écoutez Radio France Internationale. Il est 21h à Paris,20h en temps universel. Soyez les bienvenus dans le Journal en français facile. À mes côtés pour vous informer.Sylvie Berruet.Bonsoir Sylvie.

Sylvie Berruet : Bonsoir Gilles, bonsoir à tous !

ND : À la une : la Syrie et les bombardements qui se poursuivent sur la Ghouta Orientale. Les convois d'aide Humanitaire ont dû faire marche arrière pour des raisons de sécurité. Le Conseil National Palestinien se réunira en avril...pour la première fois depuis plusieurs années. Correspondance à suivre. La guerre commerciale de l'acier et de l'aluminium aura-t-elle lieu ? Le président américain Donald Trump a confirmé des taxes sur les importations tout en ménageant le Canada et le Mexique. Enfin nous entendrons la chancelière allemande, en cette journée internationale des droits des femmes, Angela Merkel l'affirme, beaucoup de chemin reste à faire pour l'égalité.

-----

SB : On débute ce journal avec la situation en Syrie où la trêve dans la Ghouta Orientale semble être une illusion.

ND : 400.000 civils assiégés attendent toujours l’aide humanitaire. Un premier convoi de camions chargés de nourriture a pu entrer dans l’enclave en début de semaine. Mais la seconde livraison prévue aujourd'hui a été reportée pour des raisons de sécurité. Selon Oussama Al Omari, militant de l’opposition syrienne la violente offensive du régime de Bachar Al Assad empêche l’accès des humanitaires dans la Ghouta.

« Il y a eu durant ces dernières 24h, plus d’une centaine de frappes aériennes, contre les villes et les localités de la Ghouta Orientale. Le nombre des victimes est très important. Il y a plus d’une cinquantaine de cas de suffocation parmi les habitants de Saqba et Hamouriyé, deux villes de la Ghouta. Du chlore a été utilisé. Des bombes incendiaires, des bombes au phosphore blanc ont été également tirées sur Saqba et Hamouriyé. Ce sont des armes prohibées. Faire preuve d’un tel degré de sauvagerie contre les civils de la Ghouta est juste épouvantable. Voilà ce que font régime de Bachar Al Assad et ses alliés. C’est catastrophique. Il faut absolument que la communauté internationale fasse quelque chose ».

ND : Oussama Al Omari, militant de l’opposition syrienne contacté dans la Ghouta orientale, par Sami Boukélifa. Des centaines de juifs ultra-orthodoxes ont manifesté aujourd'hui à Jérusalem contre le service militaire obligatoire. Le rassemblement a provoqué des affrontements avec les forces de l'ordre. Le service militaire en Israël est obligatoire, sauf exception, à partir de 18 ans. Il est de deux ans et huit mois pour les hommes et de deux ans pour les femmes.

SB : On reste dans la région. L'OLP, l'Organisation de libération de la Palestine va réunir le Conseil national palestinien le 30 avril prochain.

ND : Il s'agit du parlement de cette organisation qui dirige la vie politique palestinienne. Dans des territoires qui n'ont pas connu d'élections depuis 12 ans et où les dirigeants n'ont plus de mandat légitime, l'annonce de cette réunion est un événement politique très important. Mais elle marque aussi un peu plus les divergences, c'est à dire, les désaccords entre les deux grandes factions palestiniennes : le Hamas et le Fatah. À Jérusalem, pour RFI Guilhem Delteil.

La dernière fois que le Conseil national palestinien était rassemblé, c'était il y a 8 ans... pour une réunion d'urgence. Cette fois-ci, il doit tenir une session dite « ordinaire ». Mais malgré le nom, ce type de réunion est tout sauf ordinaire admet Mohamed Shtayyeh, l'un des proches conseillers du président Mahmoud Abbas. « La dernière réunion a eu lieu en 1996. Quand Yasser Arafat était en vie et que Bill Clinton était en visite dans la bande de Gaza. » Cette réunion sera donc une première en 22 ans... et un événement politique majeur, pour Mohamed Shtayyeh. « Avoir cette réunion du Conseil National Palestinien est une étape très importante pour remettre de l'ordre dans notre maison. » Mais cette « maison » n'est pas celle de toutes les factions palestiniennes. Le Hamas notamment n'est pas membre de l'OLP. Pour autant, Mohamed Shtayyeh réfute l'idée que cette réunion exclut des parts importantes de la classe politique palestinienne. « Tout membre du Conseil législatif palestinien est automatiquement membre du Conseil national palestinien. Le Hamas a 74 membres au conseil législatif. Donc le Hamas peut venir à la réunion s'il le veut vraiment. » Mais le Hamas, qui souhaite négocier son adhésion à l'OLP, se dit exclut de cette rencontre décidée sans son assentiment. Et il dénonce « une opportunité manquée d'élire un nouveau comité représentant tous les Palestiniens » : cette réunion souligne aussi l'impasse dans laquelle se trouve aujourd'hui la réconciliation palestinienne.

ND : C'est un procès qui tient en haleine tout le royaume du Danemark. Peter Madsen est jugé pour le meurtre dans son sous-marin de la journaliste suédoise Kim Wall, le 10 août 2017. Présent à l’audience au tribunal de Copenhague l'accusé a plaidé non coupable. Peter Madsen a affirmé que la jeune femme de 30 ans avait succombé à des gaz toxiques lors d'une Dépressurisation du submersible. L'inventeur a toutefois reconnu avoir décapité, démembré et jeté en mer le corps de la journaliste. Mais il nie l'avoir violentée, agressée sexuellement et tuée intentionnellement.

SB : Au Royaume-Uni la question reste pour le moment sans réponse.

ND : Qui se cache derrière l'empoisonnement de l'ancien espion russe, Sergueï Skripal et de sa fille dimanche dernier dans le sud-ouest de Londres ? Aujourd'hui le gouvernement britannique a tenu a faire savoir qu'il répondra de façon appropriée et ferme si l’enquête démontre que la Russie est impliquée. Réfugié au Royaume-Uni, Sergueï Skripal et sa fille sont actuellement dans un état critique et soignés pour une exposition présumée à une substance toxique c'est ce qu'indiquait la police londonienne.

SB : Nous sommes le 8 mars journée internationale des droits des femmes de nombreuses manifestations se sont déroulées dans le monde.

ND : En Espagne cette journée a été marquée par une grève générale des femmes. En Allemagne, la chancelière Angela Merkel a pris la parole afin de souligner que beaucoup restait à faire au sujet de l'égalité entre les femmes et les hommes.

Beaucoup de femmes avant nous ont combattu résolument pour leurs droits. Cela fait un siècle que nous avons obtenu le droit de vote dans notre pays. Mais cela ne nous suffit pas. Nous voulons aussi être aux responsabilités, dans la vie politique, dans la famille, au travail. Le prochain gouvernement constituera de ce point de vue une avancée. Mais il reste encore beaucoup à faire. Dans notre pays d'abord, pour améliorer l'égalité des droits pour les femmes, mais aussi pour de nouvelles missions pour les hommes. Mais des progrès majeurs sont encore plus urgents dans d'autres pays où les femmes ne bénéficient pas de droits élémentaires. C'est pourquoi cette journée ne doit pas être uniquement l'occasion de tirer un bilan de ce qui a été fait jusqu'à présent. C'est aussi une journée où nous affirmons que le combat pour l'égalité des droits pour les femmes continue.

ND : Angela Merkel. La chancelière allemande, propos recueillis par Pascal Thilbault. Dans les prochaines minutes Donald Trump, le président américain annoncera les mesures au sujet des Taxes controversées sur les importations d'Acier et d'aluminium. Ces taxations entreront en vigueur dans les 16 prochains jours. Cela de façon généralisée et pour une durée indéterminée à tous les pays qui vendent de l'acier ou de l'aluminium aux Américains. Néanmoins une exception est prévue pour le Canada et le Mexique respectivement premier et quatrième exportateurs aux États-Unis.

SB : Rex Tillerson est en Éthiopie. Le chef de la diplomatie américaine a entamé à Addis-Abeba une tournée qui le mènera ensuite au Kenya, à Djibouti au Tchad et au Nigeria.

ND : L'occasion pour le président de la Commission de l'Union africaine Moussa Faki Mahamat, d'appeler à tourner la page après les propos outranciers du président américain Donald Trump qui avait qualifié Haïti et certaines nations africaines de "pays de merde".

SB : En Colombie, la FARC se retire de l'élection présidentielle, prévue fin mai.

ND : Cette formation politique issue de l'ancienne guérilla des FARC n'a plus de candidat, son leader Rodrigo Lodoño a dû abandonner la course pour des raisons de santé. Les explications avec Stefanie Schüler.

Après avoir subi un infarctus, la semaine dernière, Rodrigo Lodoño, alias Timochenko, a dû se soumettre ce mercredi à une opération du cœur. Un pontage coronarien qui, selon ses médecins, s'est bien déroulé. Mais si l'état de santé du leader de la FARC est satisfaisant, l'homme de 59 ans doit rester sous « thérapie respiratoire intensive » en raison de complications dues au tabagisme. Poursuivre la course à la présidence n'est plus possible, a annoncé un autre poids lourd de la FARC, Ivan Marquez ce jeudi. « L’opinion publique connaît parfaitement la situation de notre candidat Timochenko qui est en rétablissement après avoir subi ce mercredi une intervention chirurgicale. Ajoutons à cela les circonstances de la campagne électorale que nous avons déjà soulevée, tout cela nous amène à renoncer à notre ambition présidentielle ». Suite à plusieurs manifestations violentes à son encontre, Rodrigo Lodoño n'avait tenu aucun meeting électoral public depuis le 9 février. Il arrivait en dernière position dans les intentions de vote. Ivan Marquez, lui aussi ancien guérilléro et candidat au Sénat, a souligné que la FARC maintenait sa présence aux législatives de dimanche prochain.

SB : Les sports, le Foot avec la huitième de finale allé de la Ligue Europa.

ND : Le club français de Lyon s'est imposé 1-0 contre le CSKA Moscou. Marseille affronte en ce moment l'Athletic Bilbao, les Marseillais mènent 1-0. Dans les autres matchs, les Anglais d'Arsenal se sont imposés sur la pelouse de l'AC Milan 2-0. Victoire sur le même score pour l'athletico de Madrid face au Lokomotiv Moscou.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias