#Français de l’actualité

Journal en français facile 08/03 20h00 GMT

Image par défaut des émissions / éditions
RFI
Transcription

RFI 20 h TU, 21 h à Paris.
Céline Pellarin:
Bienvenue dans votre journal en français facile. Une édition présentée avec Sylvie Berruet. Bonsoir Sylvie.

Sylvie Berruet:
Bonsoir Céline, bonsoir à tous.

CP :
A la une de cette édition, l’attaque en Afghanistan d’un hôpital militaire. Six heures de combats et plus de trente morts. Le groupe État islamique revendique l’assaut.

SB:
Nous sommes le 8 mars, c’est la journée internationale du droit des femmes. Une journée pour faire avancer la lutte de l’égalité homme-femme.

CP :
Et nous nous rendrons à la fin de ce journal à Barcelone où le PSG veut confirmer son ticket, sa qualification pour les quarts de finale de Ligue des champions.

SB:
En Afghanistan, une attaque contre le principal hôpital militaire de la capitale fait plus de trente de morts.

CP :
Durant six heures aujourd’hui, l’hôpital a vécu un assaut d’une grande violence. Selon les autorités afghanes, ce sont des combattants islamistes déguisés en médecins qui sont entrés dans l’établissement. L’attentat est revendiqué par le groupe État islamique. A Kaboul, Sonia Ghezali.

Des silhouettes agenouillées sous les fenêtres au deuxième, troisième, quatrième étage. Des femmes et des hommes, apeurés, plaqués contre les murs extérieurs de l’hôpital, tenant en équilibre sur une mince bordure de béton. Ces images tournent en boucle sur les chaines d’informations afghanes et sur les réseaux sociaux. Ces personnes ont enjambé les fenêtres de l’hôpital militaire, pour échapper aux tirs des trois assaillants retranchés dans les couloirs de l’établissement médical du centre de Kaboul. L’attaque a commencé vers 9 h heure locale ce mercredi. Un kamikaze se fait exploser devant l’une des entrées. Trois autres se faufilent à l’intérieur. Des hommes armés de grenade et kalachnikovs mais dissimulés dans des blouses médicales. Les forces spéciales les encerclent rapidement mais les échanges des tirs vont durer plusieurs heures avant que les trois assaillants ne soient abattus. Cette attaque est la onzième perpétrée par l’organisation État islamique depuis la présence attestée sur le sol afghan du groupe terroriste, en 2015. Dans les médias locaux : politiques, journalistes et analystes ne cachent pas leur lassitude et leur colère face à, je cite, les failles flagrantes d’un système sécuritaire qu’ils jugent inefficace.

SB:
Direction le Sénégal. La justice reproche au maire de Dakar d’avoir détourné de l’argent.

CP :
Effectivement Sylvie. Selon une enquête, le maire de la capitale sénégalaise depuis 2009 aurait détourné, c’est-à-dire dérobé, de l’argent public. Près de trois millions d’euros. Khalifa Sall dément être coupable. Il a été inculpé et mis en détention. Le maire de Dakar pourrait être un concurrent du chef de l’État Macky Sall à la présidentielle, ce sera 2019.

SB:
La tension continue de grimper entre la Chine et la Corée du Nord.

CP :
Et ce qui est en cause c’est le bouclier antimissile THAAD. Avec ce dispositif militaire déployé en Corée du Sud, la Chine a peur pour sa propre sécurité. Hier, les radars de ce bouclier ont encore énervé un peu plus Pékin. Aujourd’hui, c’est le ministre chinois des Affaires étrangères qui a critiqué ce projet mené par la Corée du Sud et les États-Unis dans le but de se protéger contre les tirs de missiles de la Corée du Nord. Le chef de la diplomatie chinoise Wang Yi lance un avertissement :

« La Corée du Sud s’obstine à coopérer avec les États-Unis pour accélérer le processus du déploiement très controversé du système antimissile THAAD. Cela porte actuellement gravement atteinte à nos relations. Dès le début, nous avons pourtant exprimé notre plus ferme opposition au déploiement du THAAD. Il est connu de tous que ce système d’alerte permet une surveillance qui dépasse largement la frontière de la péninsule coréenne – au détriment de la sécurité stratégique de la Chine. Donc, clairement, déployer ce bouclier antimissile est un mauvais choix. Ce n’est pas la façon dont des voisins devraient se traiter. Cela pourrait porter atteinte à la sécurité de la Corée du Sud. Nous recommandons donc vivement aux parties sud-coréennes concernées de ne plus s’obstiner à continuer sur cette voie. Dans le cas contraire, elles risquent de devoir assumer les conséquences. La Chine appelle la Corée du Sud solennellement à cesser le déploiement du THAAD. »

CP :
Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi. 

SB:
Relation difficile également entre l’Allemagne et la Turquie. L’Allemagne qui veut désamorcer, calmer la crise diplomatique.

CP :
Après une semaine de tension entre les deux pays, Berlin veut enrayer le malaise en invoquant l’amitié qui existe avec Ankara. Une main tendue qui n’est pas saisie par la Turquie. Les autorités turques estiment que cette crise est de la responsabilité de l’Allemagne. On rappelle que l’origine de cette brouille, c’est l’annulation par les autorités allemandes de meetings, de réunions électorales, en faveur du président turc.

SB:
La Hongrie violente-t-elle les migrants qui tentent d’entrer sur son territoire ?

CP :
C’est en tout cas l’accusation portée par Médecins sans frontières. L’ONG dénonce l’usage de gaz lacrymogène, et de chiens par les forces de l’ordre. Mais également des coups de matraque ou encore cette punition : confisquer, retirer, les chaussures des pieds des migrants alors qu’on est en hiver. Un porte-parole du gouvernement a vigoureusement rejeté ces allégations, assurant que les migrants ne sont « pas maltraités ». Outre ces pratiques, les députés hongrois ont à nouveau rétabli la détention systématique, pour chaque demandeur d’asile. Une mesure qui avait pourtant été supprimée en 2013 sous la pression de l’Union européenne et du Haut commissariat de l’ONU aux réfugiés.

SB:
Mauvaise nouvelle sur le front des échanges. C’est une première en France, le déficit commercial s’est très fortement creusé en janvier.

CP :
Pour atteindre le niveau « jamais atteint » de presque huit milliards d’euros selon un communiqué des douanes françaises. Les exportations reculent de 7,7 % en janvier. Un plongeon dû en partie au niveau très bas des ventes d’Airbus. Anne Verdaguer :

Si les chiffres impressionnent, près de huit milliards d’euros de déficit, les raisons ne datent pas d’aujourd’hui et démontrent encore la dépendance de la France vis-à-vis de son secteur aéronautique : la contre-performance d’Airbus à l’export en ce début d’année, avec une baisse des livraisons en Asie – seulement deux avions livrés en janvier –, mais aussi au Moyen-Orient et en Grande-Bretagne, pèse beaucoup dans la balance. La dépendance énergétique vient faire le reste, la remontée des prix du pétrole et la hausse des achats d’hydrocarbures ont aggravé la facture énergétique de la France. Enfin, un phénomène ponctuel, l’importation de certains produits pharmaceutiques en provenance d’Autriche, n’a pas arrangé les choses. A cette dégradation des échanges de biens, vient s’ajouter le déficit de la balance des transactions courantes et notamment des services. Le commerce extérieur est le talon d’Achille de l’économie française et l’année à venir offrira un défi supplémentaire avec le Brexit : le Royaume-Uni est l’un des rares pays avec lequel la France a un excédent commercial, proche de dix milliards d’euros par an.

SB:
Place au football dans ce journal en français facile.

CP :
On se rend à Barcelone. C’est dans le stade du Camp Nou, à domicile que le Barça affronte le PSG. Les footballeurs du Paris Saint Germain veulent confirmer leur qualification en quarts de finale de Ligue des champions. Hugo Moissonnier, vous êtes dans le stade pour RFI et la rencontre a débuté il y a un peu plus de vingt minutes maintenant.

Direct, transcription indisponible.

CP :
Hugo Moissonnier en direct de ce stade de Barcelone où le Barça se bat pour sauver au moins l’honneur et peut être une qualification si le miracle opère.

SB:
Nous sommes le 8 mars, Céline, et c’est comme chaque année depuis 1977, la journée internationale des droits des femmes.

CP :
Durant ces 24 h sont mises en avant ces luttes pour que toutes les femmes aient le même salaire que les hommes. Mais c’est également une journée pour dénoncer le sexisme, le harcèlement dans la rue et au travail, ainsi que les violences faites aux femmes. Seuls cinquante-sept pays dans le monde autorisent l’avortement sans condition. Et les citoyennes des pays du Golfe et de certains pays du Sahel ne peuvent pas divorcer, se séparer de leurs époux, sans l’autorisation des maris. Et puis on a appris qu’aujourd’hui, à Moscou, un groupe de féministes a été brièvement interpellé par la police après avoir manifesté dans l’enceinte du Kremlin, qui est le palais présidentiel. Elles ont réclamé davantage de droits pour les femmes en Russie.

21 h 10 heure de Paris, c’est donc la fin de ce journal en français facile présenté avec Sylvie Berruet. Merci à vous de l’avoir suivie. Et retrouvez le script de ce journal sur le site internet RFI Savoirs.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias