#Français de l’actualité

Journal en français facile 08/01/2018 20h00 GMT

Image par défaut des émissions / éditions
RFI
Transcription

Jeanne Bartoli : Vous écoutez RFI, 21 heures à Paris, 20 heures en temps universel. Bonsoir et bienvenue dans votre Journal en français facile. Bonsoir Mehdi.

Mehdi Meddeb : Bonsoir Jeanne.

JB : À la une ce soir, de violents bombardements de l'armée syrienne sur la région rebelle de la Ghouta orientale. Ils ont fait une vingtaine de victimes civiles. Le régime tente notamment de reprendre le contrôle d'une base militaire encerclée par des groupes rebelles.

MM : Aux États-Unis, il a traité le fils de Donald Trump de « traître ». L'ancien conseiller du président américain Steve Bannon a présenté des excuses après ses déclarations.

JB : Nous serons également en Inde où la Cour suprême accepte de réétudier la validité de la loi qui criminalise l'homosexualité.

Et puis la démission surprise d'une rédactrice en chef de la BBC. Elle dénonce les inégalités salariales entre hommes et femmes au sein du groupe public.

-----

MM : C'est une nouvelle journée meurtrière dans la région de la Ghouta orientale en Syrie.

JB : Des bombardements de l'armée syrienne et de son allié russe ont fait une vingtaine de victimes civiles. C'est ce que rapporte l'observatoire syrien des droits de l'homme. Le régime syrien a lancé une offensive pour reprendre cette région rebelle située tout près de Damas. Depuis le 31 décembre, des djihadistes et des rebelles encerclent notamment une importante base militaire de l'armée syrienne. Le régime syrien affirme ces dernières heures l'avoir libérée. C'est faux répond l'opposition. Les précisions de Sami Boukhelifa.

L’agence officielle du régime syrien, Sana, est catégorique. Après un peu plus d’une semaine d’encerclement, l’armée a réussi à briser le siège et libéré cette caserne où sont stationnés des véhicules blindés. Mais selon Akrama Al Ahmad, directeur du Syrian média center, une ONG, créée par des opposants pour couvrir le conflit, Damas, tente toujours de reprendre cette position. « Les batailles sont violentes, mais d’après nos informations la base militaire est toujours assiégée. Le régime envoie énormément de renforts pour reprendre le contrôle de cette région. Cette base, c’est le bras armé du régime dans la Ghoutta orientale. » La Ghouta orientale est considérée comme le talon d’Achille du régime. Le pouvoir n’arrive toujours à en reprendre le contrôle. Et le siège de cette base militaire est d’autant plus embarrassant, que le Ghouta, est situé aux portes de Damas. « Le régime a affirmé que 200 de ses hommes étaient encerclés dans cette base. Parmi eux il y a des hauts gradés. Mais selon les rebelles, il y en aurait plus de 300. De plus, dimanche le régime a envoyé un contingent pour libérer cette base... mais beaucoup de soldats ont été capturés et emprisonnés par les rebelles. » Malgré ce revers, le régime de Bachar Al Assad, enchaîne les victoires. Il a repris plus de la moitié du pays aujourd’hui. Depuis le 25 décembre, il mène une offensive pour reconquérir le sud-est d'Idlib, seule province à échapper entièrement à son contrôle.

MM : Sami Boukhelifa. Le vice-président américain se rendra finalement au Proche-Orient à partir du 20 janvier prochain.

JB : Oui, déplacement à très haut risque pour Mike Pence. La tournée initiale avait d'ailleurs été reportée après la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël par les États-Unis. Reconnaissance qui avait déclenché une vague de manifestations dans le monde arabe. Mike Pence se rendra donc en Égypte, en Jordanie et en Israël.

MM : Aux États-Unis Steve Bannon tente de calmer la colère de Donald Trump.

JB : Les déclarations de l'ancien conseiller de Donald Trump, cité dans le livre Feu et Fureur, livre polémique sur la présidence Trump, ont provoqué la colère du président. Steve Bannon y qualifie le fils de Donald Trump de « traître ». Devant le tollé, le scandale, provoqué par ses déclarations, il a donc présenté ses excuses. À Washington, Anne Corpet.

« Mes déclarations ont été mal interprétées. Donald Trump junior est un patriote et homme bien. Il n'a pas ménagé ses efforts pour aider son père à remettre le pays en ordre », assure Steve Bannon dans un communiqué. Il dit aussi regretter avoir mis tant de temps à réagir à la publication du livre à l'origine de sa disgrâce et qualifie l'enquête du procureur Mueller sur les ingérences russes de chasse aux sorcières. C'est donc bien un mea culpa en bonne et due forme de l'ancien conseiller de la Maison-Blanche, mais il serait arrivé trop tard pour calmer la colère présidentielle. Après la sortie de Feu et Fureur, Donald Trump a estimé que Steve Bannon avait perdu la tête : il n'évoque plus son ancien conseiller que pour le dénigrer, et l'appelle désormais « Steve le débraillé » sur Twitter. D'après plusieurs médias américains, Donald Trump a demandé à ses amis de choisir entre lui et son ancien conseiller. Steve Bannon a déjà perdu un appui essentiel : celui de la famille Mercer, des milliardaires qui ont soutenu plusieurs de ses projets. Et sa place à la tête de Breitbart News, un site d'extrême droite, serait également menacée. Anne Corpet Washington RFI.

MM : Relancer la bataille climatique. Relancer la relation entre l'Europe et la Chine. Voilà quelques-uns des objectifs d'Emmanuel Macron en visite depuis ce matin en Chine.

JB : Le président français a tout d'abord visité la ville de Xian ancienne capitale de l'empire et point de départ de la route de la soie. Il a ensuite rejoint Pékin où il a été reçu par son homologue Xi Jinping. Un entretien « très positif » selon l'Élysée. Le sommet officiel entre les deux chefs d'État aura lieu demain.

MM : En Inde, c'est un nouvel espoir à la communauté LGBT, lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres.

JB : Oui, la Cour suprême a accepté aujourd'hui de réexaminer, de réétudier, la validité de la loi qui criminalise l'homosexualité. En Inde, les pratiques homosexuelles sont punies par la prison à vie. La justice continue en fait d'appliquer un article du Code pénal datant de l'époque coloniale. Correspondance de Sébastien Farcis.

C'est la 3e fois en neuf ans que la justice se penche sur cet article très controversé du Code pénal indien, qui punit de la prison à vie tout acte homosexuel. En 2009, la cour d'appel de New Delhi l'avait jugé contraire à la constitution, mais cette décision a été annulée en 2013 par la Cour suprême, qui a estimé que c'était au Parlement de statuer sur cette question. La plus haute cour du pays accepte maintenant de se ressaisir de cet épineux débat, après avoir entendu les histoires de harcèlement de nombreux plaignants homosexuels. Ce réexamen sera réalisé par un plus grand nombre de juges, et il y a des chances que ces derniers légalisent enfin les relations entre personnes de même sexe, car les magistrats prendront en compte un autre jugement qui a récemment élevé le droit à la vie privée, et donc la liberté sexuelle, au statut de droit fondamental. Cette dépénalisation de l'homosexualité rendrait donc caduque cet article de loi, qui date de 1861, une époque à laquelle les Indes étaient sous la férule de l'Angleterre victorienne et pudibonde

MM : Au moins 10 morts et plus de 50 disparus ce week-end au large de la Libye.

JB : C'est ce que révèlent plusieurs organismes qui ont interrogé des survivants. Parmi les disparus figurent au moins six enfants. Elle veut dénoncer l'inégalité salariale entre femmes et hommes au sein du service public audiovisuel britannique. Une rédactrice en chef de la BBC en Chine a annoncé aujourd'hui sa démission. Les détails avec Béatrice Leveillé.

Cette journaliste qui est à la BBC depuis 30 ans a démissionné de son poste pour dénoncer les discriminations entre hommes et femmes en matière salariale. La publication par la BBC en juillet dernier des salaires de plus 200 personnes qui gagnent plus de 150 000 livres soit plus de 169 000 euros a montré qu'un tiers seulement d'entre elles étaient des femmes. Carrie Gracie gagne 135 000 livres ce qu'elle considère comme suffisant elle a d'ailleurs refusé une augmentation de 45 000 livres, mais elle n'accepte pas qu'il y ait un si grand écart avec les salaires de ses collègues masculins. Elle est soutenue par 130 de ses collègues femmes du groupe BBC women. La BBC a pris l’engagement d’atteindre la parité des salaires en 2020 actuellement l’écart entre les salaires des hommes et des femmes est de presque 10% contre 18% en moyenne dans les entreprises britanniques. 500 entreprises britanniques ont révélé les salaires de leurs employés. Trois d'entre elles seulement ont plus de 15% d'écart. Une femme gagne 52% de moins qu'un homme sur la compagnie aérienne Easyjet.

MM : Béatrice Leveillé. En France, c'est la première application de « rupture conventionnelle collective » depuis la réforme du Code du travail.

JB : La direction de la marque Pimkie a présenté un projet de 208 suppressions de poste sous forme donc de « ruptures conventionnelles collectives ». Pas besoin de plan social. Le dispositif permet des départs volontaires en cas d'accord majoritaire avec les syndicats. Le groupe automobile PSA Peugeot Citroën doit également ouvrir des négociations prochainement.

MM : Les sports avec du football ce soir. Dernier match des 32e de finale de la Coupe de France.

JB : Le coup d'envoi a été donné il y a quelques minutes. Le RC Lens reçoit Boulogne pour une place en 16e de finale. Le score, 0 à 0 à la 9e minute. RFI 21h10 à Paris. C'est la fin de ce Journal en Français facile. Journal que vous pouvez retrouver sur notre site rfi.fr. 

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Journal en français facile 08/01/2018 20h00 GMT

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.