#Français de l’actualité

Journal en français facile 07/09/2017 20h00 GMT

Image par défaut des émissions / éditions
RFI
Transcription

 

Aurélien Devernoix : Merci d'écouter RFI, il est 22h à Paris, 20h en temps universel, l'heure de votre journal en français facile. Et à mes côtés ce soir, Zéphyrin Kouadio, bonsoir Zéphyrin...

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir Aurélien, bonsoir à tous.

AD : Toujours à la Une de l'actualité, l'ouragan Irma qui a déjà ravagé une partie des Antilles et dont la trajectoire se rapproche peu à peu de Haïti. Reportage à suivre en tout début de journal.

ZK : La France a de son côté décrété l'état de catastrophe naturelle pour les îles de Saint Martin et Saint Barthélémy, en grande partie détruites. Emmanuel Macron a annoncé qu'il allait se rendre sur place.

AD : Quelle attitude adopter vis-à-vis de la Corée du Nord ? La communauté internationale est toujours divisée entre d'éventuelles sanctions, une intervention militaire ou le dialogue prôné par Vladimir Poutine. Vous entendrez le président russe.

ZK : Nous parlerons aussi de ce raid aérien mené par l'armée israélienne en Syrie : un bâtiment soupçonné d'abriter un site de production d'armes chimiques a été détruit.

-----

ZK : Après son passage meurtrier à Saint-Martin et Saint-Barthélémy, Irma est donc en train de se diriger vers Haïti, Aurélien.

AD : Et l'on ne sait pas encore si l'ouragan va frapper de plein fouet ou pas le pays. Les autorités ont déclaré l'état d'urgence et demandé aux populations vivant au bord de la mer de se mettre à l'abri. Mais ces consignes ne sont pour l'instant pas forcément respectées. Le reportage d'Amélie Baron au cap Haïtien.

Les gradins du gymnasium du Cap haïtien sont déserts : plus de 5.000 personnes peuvent s'y réfugier, mais alors que la pluie a commencé à tomber sur la ville, les scouts haïtiens chargés de l'accueil des familles sont désoeuvrés. Erna Michel fait partie des rares à avoir fait preuve de prudence. Elle se dit prête à passer une journée ou deux sur place avec ses 6 enfants. « J'ai pris la main de ma plus jeune fille et j'ai dit à tous “déplaçons nous avant que l'eau vienne nous envahir.” J'ai verrouillé la porte avec cadenas et je suis partie. Même si des voleurs viennent tout prendre, ça n'est pas important : on sauve nos vies. On est allongé sur du ciment froid c'est notre seul problème. Même si on va avoir faim, on va vivre plutôt que de trouver une horrible mort dans l'eau, que la rivière déborde et nous emporte avec elle. Ceux qui sont bornés et refusent d'évacuer c'est leur problème moi, j'ai fait mon choix. » Dans les zones à risques, en bord de mer et le long de la rivière, les riverains pouvaient constater par eux même la montée du niveau des eaux alors même que les pluies étaient encore limitées. Mais la grande majorité disait encore attendre avant d'éventuellement partir de chez eux, contre donc toutes les consignes des autorités.

ZK : Irma qui avant de prendre la direction d'Haïti, mais aussi de Cuba et de la République dominicaine, est passée tout près de l'île de Porto Rico.

AD : Et si contrairement à Saint Martin et Saint Barthélémy, le coeur de l'ouragan est resté à distance de cet État associé aux États-Unis, les dégâts sont malgré tout importants. 3 personnes seraient mortes et les deux tiers de la population sont privés d'électricité. Le gouverneur de l'Etat, Ricardo Rossello a tenu une première conférence de presse cet après-midi. Je vous propose de l'écouter.

La situation reste encore dangereuse. Des avis d’inondations sont toujours en vigueur dans différentes zones de Porto Rico, particulièrement dans le sud-ouest et le sud de l’île où la pluie va continuer à tomber jusqu’à au moins samedi prochain. Comme je vous l’ai expliqué : notre principal objectif était de sauver des vies. Désormais nous entrons dans la phase d’évaluation, puis celle de reconstruction. J’ai pu parler avec le président des États-Unis Donald Trump qui s’est une nouvelle fois engagé pour aider Porto Rico… il m’a dit et ce sont ces mots : « nous vous soutenons ». Le vice-président des États-Unis Mike Pence avec qui j’ai pu également discuter m’a également renouvelé cet engagement. J’ai aussi pu parler avec le secrétaire à la santé qui a décidé de déclarer l’État d’urgence en matière de santé publique.

AD : Et par prudence, les écoles vont rester fermées jusqu'à lundi à Porto Rico.

ZK : Le Premier ministre français Édouard Philippe a de son côté dressé un premier bilan du passage d'Irma sur les Antilles françaises. Un bilan terrible Aurélien.

AD : Les îles de Saint Martin et Saint Barthélémy seraient en effet détruites à près de 90%. Les images diffusées aujourd'hui sont impressionnantes : les deux îles semblent avoir été bombardées. Selon le chef du gouvernement français, 4 décès ont été confirmés et une cinquantaine seraient blessées. L'état de catastrophe naturelle a été déclaré, des secours supplémentaires ont également été envoyés.

ZK : Et actuellement en voyage en Grèce, Emmanuel Macron a assuré que la France tout entière est mobilisée face aux ravages de l'ouragan Irma.

AD : Le président français devrait se rendre rapidement aux Antilles. Pour l'instant il est donc à Athènes. Une visite d'État de deux jours. Et dans le berceau de la démocratie, Emmanuel Macron a appelé solennellement ce soir à refonder l'Europe. Il a assuré de son soutien la Grèce, toujours en difficulté financière.

ZK : Emmanuel Macron qui a enregistré dune victoire politique ce jeudi.

AD : Le Conseil Constitutionnel français a validé la loi d'habilitation qui va lui permettre de réformer le Code du travail par ordonnances. Les Sages, c'est le surnom des membres du Conseil, avaient été saisis par une soixantaine de députés de gauche qui jugeait la pratique inconstitutionnelle, c'est à dire qui ne correspondait aux règles fondamentales de l'État français.

ZK : L'actualité française toujours, avec l'enquête sur ce laboratoire d'explosifs découvert hier en région parisienne.

AD : Un troisième homme a été arrêté, mais sans lien confirmé avec le laboratoire. Hier deux suspects avaient été interpellés, dont le propriétaire de l'appartement où ont été retrouvés de l'explosif TATP et des produits chimiques servant à la confectionner, à la fabriquer. Les deux hommes arrêtés hier affirment avoir voulu braquer des distributeurs de billets, mais les autorités penchent plutôt vers la piste terroriste.

ZK : Nous parlons de Donald Trump à présent : le président américain a de nouveau évoqué la question de la Corée du Nord ce soir.

AD : Et selon lui, l'option militaire contre Pyongyang n'est pas inéluctable, c'est à dire, qu'elle ne va pas forcément arriver. Mais c'est quelque chose qui peut se produire a continué Donald Trump. La communauté internationale est pour l'instant majoritairement hostile à cette option. Le Japon et la Corée du Sud préfèrent par exemple de nouvelles sanctions. C'est ce que leurs dirigeants ont demandé au Conseil de Sécurité des Nations Unies, mais aussi à Vladimir Poutine. Mais le président russe reste campé sur ses positions : il faut dialoguer avec Pyongyang pour sortir de la crise, et surtout éviter l'escalade militaire. Vladimir Poutine.

Tout ce qui se passe actuellement, bien entendu, c’est une provocation de la part de la Corée du Nord. C’est tout à fait évident ! Ils cherchent à provoquer. Mais s’ils font ça, croyez-moi, ce n’est pas parce qu’ils sont stupides… C’est parce qu’ils s’attendent à une certaine réaction de leurs interlocuteurs ! Et ils arrivent à leurs fins, alors pourquoi jouer leur jeu ? Il n’y aura pas d’autre solution à ce problème qu’une solution diplomatique. Il faut convaincre la Corée du Nord que c’est la meilleure solution pour elle, et l’engager dans une coopération régionale. La Russie a des propositions concrètes pour cela : par exemple le chemin de fer qui reliera le Transsibérien à la Corée du Sud en passant par la Corée du Nord. Il y a les infrastructures, les ports, etc. Nous avons de quoi proposer, nous avons des projets sur lesquels travailler. Et il est contre-productif à mon avis d’ajouter à cette hystérie militaire : cela n’aboutira à rien !

ZK : L'actualité en Syrie où un centre de recherche militaire a été détruit la nuit dernière, apparemment par un bombardement de l'armée israélienne.

AD : L'opération n'a comme d'habitude pas été confirmée par l'État hébreu, mais tout porte à croire qu'il s'agit bien d'une opération israélienne. Et la cible n'est pas anodine, c'est-à-dire qu'elle est importante. Ce centre de recherche était considéré comme un lieu de production d'armes chimiques. A Jérusalem, Guilhem Delteil.

L'aviation israélienne a déjà mené des dizaines de raids en Syrie, mais cette frappe là, si elle émane bien d'elle, ne serait pas une opération de routine. Jusqu'à présent, Israël a visé des lieux de stockage ou des convois entre la Syrie et le Liban, redoutant des transferts d'armes vers le Hezbollah relève l'ancien conseiller à la sécurité nationale de Benyamin Netanyahu, Yaakov Amidror. Cette fois-ci, c'est un lieu de production qui a été visé. Un centre qui développe « entre autres choses des missiles de précision », affirme sur Twitter l'ancien chef du renseignement militaire Amos Yadlin. « Entre autres choses »... car ce site est aussi, aux yeux des Israéliens et des Américains, un centre de production d'armes chimiques. Cette opération intervient alors que le chef du Hezbollah, ennemi du gouvernement israélien, a révélé la semaine dernière s'être rendu récemment à Damas. Aux yeux d'Israël, un possible transfert de ce centre de production vers le mouvement libanais aurait été discuté. En frappant cette infrastructure, l'armée israélienne enverrait ainsi un message clair: un renforcement de l'armement du Hezbollah est pour elle une ligne rouge... une ligne qu'elle, contrairement aux Occidentaux, entend bien faire respecter.

AD : Du tennis ce sont les 1/2 finales dames de l'US Open cette nuit. Demies 100% américaines puisque Vénus Williams affrontera Sloane Stephens et Coco Vandeweghe sera opposée à Madison Keys. 22h10 à Paris, 20h10 en temps universel, c'est la fin de ce journal en français facile, merci à vous Zéphyrin Kouadio.

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Journal en français facile 07/09/2017 20h00 GMT

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.