#Français de l’actualité

Journal en français facile 07/03/2018 20h00 GMT

Image par défaut des émissions / éditions
RFI
Transcription

 

Gilles Moreau : 21 h à Paris, 20 h en temps universel. Bonsoir et bienvenue dans votre Journal en français facile présentée ce soir avec Sylvie Berruet, bonsoir Sylvie !

Sylvie Berruet : Bonsoir Gilles, bonsoir à tous !

GM : Dans l'actualité : le régime syrien a maintenant repris le contrôle de plus de la moitié de l'enclave rebelle située dans la Ghouta orientale.

SB : À propos de la Syrie, mais aussi des Rohingyas en Birmanie, un rapport accablant du Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'Homme. À suivre dans un instant.

GM : La police britannique annonce que l'ex-agent russe Sergueï Skripal et sa fille ont bien été victimes d'une tentative de meurtre.

SB : En France, à la veille de la Journée pour les droits des Femmes, le gouvernement annonce une mesure en faveur de l'égalité salariale. Les entreprises de plus de 50 salariés pourront être sanctionnées financièrement.

-----

GM : C’est un rapport terrible, un de plus, qu'a publié le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'Homme.

SB : Alors que l'ONU célèbre cette année les 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l'Homme, le Jordanien Zeid Ra'ad al Hussein désigne deux pays en particulier : la Syrie, accusée de massacrer ses civils et la Birmanie, où l'ONU continue de parler de génocide de la minorité Rohingya. Les précisions à Genève de Jérémie Lanche :

Depuis sa prise de fonction en 2014, le Haut-Commissaire n'a cessé de dénoncer les exactions du régime de Bachar al Assad. En particulier, dans la banlieue assiégée de la Ghouta, près de Damas, où il parle d'apocalypse. Les affirmations par le gouvernement syrien qu'il prend toutes les mesures pour protéger les civils sont, dit-il, franchement ridicules. Quand vous êtes prêts à tuer votre propre peuple si facilement, il est facile de mentir. Autre dossier : la Birmanie et les violences contre la minorité Rohingya. Le Haut-Commissaire persiste et signe, pour lui, il s'agit sans doute d'un cas de génocide. Il accuse les autorités d'effacer toutes traces de potentiels crimes contre l'humanité. Ce genre de critiques frontales est assez rare de la part d'un officiel de l'ONU. Une liberté de ton qui irrite bon nombre d'États membres. Également, les pays occidentaux. Le Haut-commissaire a déjà annoncé qu'il ne briguerait pas un deuxième mandat cette année. Si je le faisais, a-t-il dit, cela reviendrait à supplier un genou à terre.

GM : La situation en Syrie ( il en était question il y a un instant ) l'armée du régime et son allié russe ont maintenant repris le contrôle de plus de la moitié de l'enclave rebelle située dans la Ghouta orientale. C’est l'Observatoire syrien des droits de l'Homme qui l'affirme. L'OSDH annonce également qu'une quarantaine de civils, dont des enfants, ont été tués aujourd'hui, la plupart dans des frappes russes.

SB : Le gouvernement allemand critique la visite qu’effectuent actuellement à Damas des membres du parti d'extrême droite AFD. « Ceux qui flattent ce régime se disqualifient eux-mêmes », a déclaré le porte-parole de la chancelière Angela Merkel. Sept membres de l'AFD se trouvent depuis lundi en visite à Damas. Leur objectif est de pouvoir classer la Syrie comme un pays d'origine « sûr », ce qui faciliterait l'expulsion des demandeurs d'asile syriens présents en Allemagne.

GM : Paris reçoit actuellement la visite du chef de l’UNRWA (l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens).

SB : Il vient chercher un soutien politique, mais surtout financier auprès des autorités françaises. En effet, l'agence traverse actuellement sa plus grave crise financière, suite à la réduction drastique de l'aide américaine. Cette crise remet en cause les programmes de l'Agence. Des programmes dont dépendent bon nombre des 5 millions 300 000 réfugiés palestiniens. Reportage de Guilhem Delteil dans un camp de Bethléem, en Cisjordanie occupée :

Dans la journée, Izdihar Tawfiq Jaber Youssef n’a que deux de ses enfants chez elle : la plus jeune, Sijoud, âgée de 3 ans et demi, pas encore à l’école. Et Qossay, 14 ans, non-scolarisé car il souffre d’un handicap physique et mental. Mais le soir venu, ce sont 10 personnes qui s’entassent dans ce petit trois-pièces. « Mon mari n’a pas d’emploi. Il a été arrêté par les Israéliens et depuis, c’est difficile de trouver du travail. Il essaye de vendre des bondons dans la rue, mais nous dépendons de l’UNRWA, du programme "de l’argent en échange d’un travail" ». Le père de famille travaillait auparavant à Jérusalem, mais il n’a désormais plus de permis pour se rendre de l’autre côté du mur de séparation. Aujourd’hui, sa femme et lui ont donc intégré un programme de l’UNRWA destiné aux réfugiés les plus démunis : des travaux non-qualifiés leur sont proposés et ils perçoivent en échange un salaire de 420 dollars par mois. Mais ce programme ne suffit plus à les faire vivre. « Le programme a réduit le nombre de jours de travail. Avant, on travaillait trois mois par an. Maintenant, ce n’est plus qu’un mois. Mais il nous faudrait pouvoir travailler quatre mois, cinq mois… » Le financement de ce programme n’est actuellement assuré que jusqu’au mois de mai. Et Izdihar Tawfiq Jaber Youssef ne veut pas envisager ses conditions de vie si l’UNRWA devait l’arrêter. Mais cette mère de famille veut rester optimiste et espère qu’une solution sera trouvée.

SB : La menace d'une guerre commerciale entre les États-Unis et l’Europe se précise. La Maison-Blanche a confirmé aujourd'hui que les taxes sur certaines importations seront promulguées dans les tout prochains jours. Donald Trump avait annoncé la semaine dernière son intention d'imposer 25% de taxes sur les importations d'acier et 10% sur celles d'aluminium. On ne sait pas encore, à ce stade, si l'Union européenne sera frappée. Sans attendre, Bruxelles a préparé une liste de produits américains qui pourraient être taxés afin de compenser le dommage causé à l'industrie européenne. Il y aurait dans cette liste des marques symboliques comme Harley-Davidson, Levi's, le bourbon et le beurre de cacahuète.

GM : Toute autre chose, mais toujours à propos de Donald Trump. Une actrice porno a porté plainte contre le président des États-Unis. Cette femme - qui se fait appeler Stormy Daniels - cherche à faire invalider par la justice une clause de confidentialité lui interdisant d'évoquer une relation sexuelle présumée. Explications à San Francisco d'Eric de Salve :

Selon la plainte Stormy Daniels aurait entamé sa relation intime avec Donald Trump à l’été 2006 en Californie, soit un an après le mariage du président américain avec sa femme Melania et quelques mois après la naissance de leur fils Barron. Toujours selon le document de justice,10 ans plus tard, en 2016, l’actrice pornographique aurait fait part de son intention de rendre cette relation intime publique en pleine campagne présidentielle. C’est alors qu’un accord de confidentialité est signé en octobre 2016, quelques jours à peine avant l’élection, entre Stormy Daniels et Michael Cohen l’avocat de Donlad Trump. Celui-ci a d’ailleurs récemment confirmé à la presse américaine avoir effectué sous pseudonyme un virement de 130 000 dollars au bénéfice de l’actrice de film pour adultes. Mais cette clause de confidentialité, explique l’artiste dans la plainte, requiert la signature de toutes les parties. Or Donald Trump ne l’aurait jamais signée, rendant nul et invalide à ses yeux l’accord de confidentialité. Stormy Daniels poursuit donc le président pour invalider cette clause. Au-delà du scandale que représente cette relation présumée, elle pourrait selon les médias américains constituer une violation de la loi sur les campagnes électorales.

SB : La police britannique révèle que l'ex-agent russe Sergueï Skripal et sa fille ont été victimes d'une attaque délibérée à l'aide d'un agent innervant (du poison). Il y a bien eu tentative de meurtre dimanche dernier dans un centre commercial de Salisbury. Depuis , l'ex-agent double (âgé de 66 ans) et sa fille se trouvent toujours dans un état critique à l'hôpital.

GM : Parlons maintenant Brexit.

SB : Le ministre britannique des Finances Philip Hammond veut inclure les services financiers dans un accord de libre-échange avec l'Union européenne, et ce malgré l'opposition affichée par son homologue français. Bruno Le Maire a, en effet, exclu que les services financiers soient intégrés dans ce futur accord. Myriam Berber, la City de Londres va donc perdre le fameux passeport financier européen :

Plus de cinq mille institutions financières, basées au Royaume-Uni, utilisent, aujourd'hui, ce passeport européen. C'est grâce à ce dispositif qu'elles peuvent vendre, et échanger leurs produits financiers, sans contraintes, à travers toute l'Union européenne. C’est un avantage considérable, pour des banques, dont les clients sont principalement étrangers, américains, japonais ou suisses. Elles accèdent ainsi à un marché de 500 millions d’habitants. Les banques ne sont pas les seules concernées. Il y a également, les compagnies d’assurances ou bien encore les gérants d’actifs. En perdant son passeport financier, la City de Londres devra par ailleurs abandonner son statut de première place européenne, voire mondiale. Près de deux mille milliards d’euros d’actifs pourraient, ainsi, être rapatriés. De nombreuses institutions financières vont, également, quitter le Royaume-Uni. Et relocaliser une partie de leur personnel à Paris, Francfort, ou au Luxembourg. Le secteur de la finance britannique pourrait, ainsi, perdre jusqu'à deux cent mille emplois.

SB : En France, à la veille de la Journée des Femmes ( demain 8 mars ) le gouvernement annonce une mesure en faveur de l'égalité salariale. Les entreprises de plus de 50 salariés présentant des écarts « injustifiés » de salaires hommes-femmes seront sanctionnées à partir de 2022. Elles se verront imposer une pénalité financière pouvant aller jusqu'à 1% de leur masse salariale.

GM : Football, au programme ce soir la suite des 8es de finales en Ligue des champions. 2 matches à l'affiche : Tottenham - Juventus Turin et Manchester City - FC Bâle. C’est la fin de votre Journal en français facile, à retrouver sur notre site à la page RFI Savoirs. Bonsoir à tous !

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias