#Français de l’actualité

Journal en français facile 04/12/2018 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Jeanne Bartoli : Vous écoutez RFI. Il est 21 heures à Paris. 20 heures en temps universel. Bonsoir à tous et bienvenue dans votre Journal en français facile. Journal présenté avec Sylvie Berruet. Bonsoir Sylvie.

Sylvie Berruet  : Bonsoir Jeanne, bonsoir à tous.

JB :  Et à la une, trois mesures pour calmer les gilets jaunes en France. Elles ont été annoncées par le Premier ministre Edouard Philippe. Mais l'opposition et une partie du mouvement des gilets jaunes estiment que ce n'est pas suffisant.

SB : Theresa May en difficulté au parlement britannique. Les débats sur le traité de retrait de l'Union européenne ont pris du retard. Les députés accusent le gouvernement d'outrage au Parlement.

JB : Enfin nous serons à Nancy avec Christophe Diremszian pour l'Euro féminin de handball. La France affronte ce soir le Monténégro.

-----

SB : Plus de trois semaines après le début du mouvement. Le gouvernement français a fait un premier pas vers les gilets jaunes aujourd'hui.

JB : Le Premier ministre Edouard Philippe annonce plusieurs mesures : la suspension de la hausse, de l’augmentation, des taxes sur les carburants pendant six mois. Il promet qu'il n'y aura pas d’augmentation des tarifs de l'électricité et du gaz «pendant l'hiver». Enfin le durcissement du contrôle technique des véhicules est lui aussi reporté. "Aucune taxe ne mérite de mettre en danger l'unité de la nation", c'est ce qu'a déclaré le Premier ministre. L'opposition  juge ces mesures insuffisantes. Julien Chavanne était cet après-midi à l’Assemblée nationale. 

« Trop peu, trop tard ». Le gouvernement lâche du lest, mais pour le député Les Républicains, Damien Abad, on est encore loin du compte. « Trop peu face à une colère profonde et légitime des Français à l’égard de votre politique de matraquage fiscal permanente. Trop tard face à une colère sociale qui est l’expression d’une profonde fracture territoriale ». Ce recul, ce n’est qu’une stratégie politicienne aux yeux de Sébastien Chenu, député du Rassemblement national. « Le gouvernement est complètement à côté de la plaque. Le gouvernement essaye de gagner du temps. Il essaye d’arriver aux élections européennes autrement qu’en miettes. Donc, ces mesures qui vont tenir six mois viennent simplement colmater des brèches ». Sébastien Chenu appelle les « gilets jaunes » à continuer le mouvement. Il portera leurs revendications ce mercredi lors du débat organisé dans l’hémicycle. Tout comme le chef du Parti communiste, Fabien Roussel. « Enfin ça arrive, ça aurait dû venir beaucoup plus tôt. Mais un débat, ça ne suffira pas. Il faut que le gouvernement et le Premier ministre ouvrent ses deux oreilles. Pour l’instant, il n’entend que de l’oreille droite ». Mais l’ombre d’un grand absent planera sur le Palais Bourbon, regrette le socialiste Boris Vallaud. « Où est le président de la République ? La maison brûle et il regarde ailleurs. On a entendu le Premier ministre, très bien, mais on aurait aimé entendre le Président de la République ». Emmanuel Macron parlera demain à l’Élysée, mais il le fera dans le huis clos du Conseil des ministres. 

JB : Et plusieurs figures du mouvement des gilets jaunes critiquent les mesures du gouvernement. Ils appellent à une nouvelle mobilisation ce week-end. Dans la ville de Brest, en revanche, le blocage du dépôt pétrolier a été abandonné après le discours d'Edouard Philippe. Enfin ce soir les syndicats CGT et Forces ouvrières du secteur du transport routier appellent à une grève illimitée à partir de dimanche soir pour défendre le pouvoir d'achat.

SB : Le climat politique particulièrement tendu également au Royaume-Uni.

JB: C'est aujourd'hui que devait commencer le débat sur l'accord de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Débat au Parlement britannique. Il doit durer cinq jours. Mais le débat a pris du retard. Les députés ont voté une motion d'"outrage » au Parlement. La raison, le gouvernement a refusé de publier l'intégralité du texte en débat. Theresa May, elle, continue de défendre cet accord. Elle s'exprimait tout à l'heure au Parlement.

[Transcription manquante]

JB : La Première ministre britannique Theresa May.

SB : Au Yémen, une délégation de rebelle Houthis a quitté aujourd'hui Sanaa pour se rendre en Suède.

JB :  La  délégation est accompagnée par le médiateur de l'ONU Martin Griffith. Annonce alors que des discussions  de paix doivent avoir lieu dans la semaine. Les représentants du gouvernement yéménite pourraient arriver sur place dans la journée de demain. Le Yémen où quasiment "toute la population" a besoin de protection et d'assistance humanitaire. Nouvelle alerte des Nations Unies lors de son appel humanitaire mondial pour 2019.

SB : Direction la Papouasie, une province de l’est de l’Indonésie. Là-bas entre 24 et 31 ouvriers d’un chantier de construction ont été tués ce dimanche.

JB :  C'est ce qu'affirme en tout cas la presse locale qui cite la police. Ces meurtres seraient le fait des rebelles séparatistes.  Policiers et militaires ont été déployés, envoyés, pour enquêter, mais un soldat a été tué. Le récit de Christophe Paget.

Si ces meurtres se vérifient, ce serait l’incident le plus grave depuis des dizaines d’années dans les heurts qui opposent les forces de sécurité et la rébellion séparatiste. La Papouasie avait déclaré son indépendance du colonisateur hollandais en 1961, mais dès 1963 l’Indonésie avait pris le contrôle de cette zone riche en ressources naturelles, et qui fait pourtant face à une extrême pauvreté.  Les ouvriers qui auraient été tués par balles ce dimanche bâtissaient une portion de 275 kilomètres de la route qui doit traverser toute la Papouasie. Depuis son arrivée au pouvoir en 2014, le président indonésien Joko Widodo a mis en place tout un programme de développement des infrastructures dans la région – mais ses détracteurs estiment qu’ils ne s’attaquent pas aux problèmes de fond, discrimination et violation des droits humains. De nombreux papous réclament l’indépendance. Le week-end dernier des centaines de militants ont été arrêtés dans toute l’Indonésie par la police, dans sa répression des manifestations du 1er décembre, date anniversaire pour beaucoup de Papous de leur indépendance. Ces arrestations ont été condamnées par l’ONG Human Right Watch, qui dénonce le harcèlement, les intimidations et donc les arrestations auxquelles ont encore dû faire face les Papous cette année. 

JB :  Aux États-Unis, de nombreux Américains ont rendu un dernier hommage ces dernières heures à Georges Bush, décédé ce week-end à l’âge de 94 ans. Sa dépouille est exposée dans la rotonde du Capitole. Elle sera transférée demain à la cathédrale nationale de Washington pour la cérémonie d'obsèques. C'est la première marque de luxe du monde à ne plus utiliser de peaux exotiques. La maison de haute couture Chanel annonce qu'elle va renoncer aux peaux de crocodiles, de serpents ou encore de lézards. Les sacs en peau de python ont ainsi été retirés cet après-midi du site web de Chanel.

SB : Les sports. L'équipe de France féminine de handball  affronte le Monténégro en tour préliminaire de l'Euro 2018.

JB : Les deux équipes ont déjà validé leur ticket pour le tour principal. Mais le match reste capital pour la suite de la compétition et la qualification pour les demi-finales. Christophe Diremszian, vous êtes à Nancy. Le coup d'envoi de la rencontre  vient d'être donné.

[Transcription manquante]

JB : Christophe Diremszian en direct de Nancy ! Et puis la 16e journée de ligue 1 Match nul tout à l’heure 0-0 entre l'OGC Nice et Angers. Et puis Monaco l'a emporté 2 à 0 sur la pelouse d'Amiens. À suivre en ce moment, également pour le compte de la 16e journée de ligue 1, Montpellier qui affronte le LOSC, le club de Lille. Il est 21heures 10 à Paris, c’est la fin de ce Journal en français facile présenté avec Sylvie Berruet. Excellente soirée à tous sur nos antennes.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias