#Français de l’actualité

Empereur

mots-actu_e.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Karl Lagerfeld : le monde de la mode perd son empereur ! C’est le titre sous lequel RFI annonce la mort de ce personnage hors du commun qui en effet régnait sur la mode depuis plusieurs décennies.

Mais pourquoi empereur ? Alors qu’on aurait pu dire roi ou monarque ou prince : les mots ne manquent pas pour désigner quelqu’un de très puissant et de très célèbre.

Mais il est vrai que ce mot d’empereur évoque le faste. Un faste plus grand parfois que celui d’un roi. En France, l’empereur le plus connu est bien sûr Napoléon Premier. Et quand on dit Napoléon, sans préciser s’il est premier ou troisième, on sait bien que c’est à lui qu’on pense, et non à Napoléon III, et cet illogisme d’être Napoléon III quand on règne sur le Second Empire. Et bien Napoléon avait eu l’intelligence de ne pas se faire couronner roi ; en 1804, la royauté était honnie en France. Mais Napoléon aime la richesse qui se voit, le prestige et les ors du pouvoir, même si en campagne un tricorne et un cheval lui suffisent. Il a porté l’Empire à un degré de brillant qui surpasse probablement la vieille monarchie de Louis XVI qui n’avait plus rien à prouver, même si elle se pavanait à Versailles. L’Empereur brille donc, et fortement lors des événements officiels. Et cet apparat, cette ostentation, cet éclat qui fait cligner les yeux, toute proportion gardée, sont aussi la marque de Karl Lagerfeld.

Mais il y a autre chose qui peut expliquer le choix spontané de ce mot ! Lagerfeld régnait sur un empire. Et un empire n’est pas un royaume. Plus grand ? Oui peut-être. Mais surtout, morcelé, distribué un peu partout sans nécessairement que tous les territoires se touchent. Et souvent loin de sa capitale, de son centre. On parle ainsi de l’empire d’Alexandre, qui avait été livrer bataille en Orient, chez les Perses, alors qu’il venait du nord de la Grèce. On parle, on a souvent parlé d’un empire colonial, qui, bien loin de la métropole, soumet des terres situées de l’autre côté du globe. Et on parle aussi d’un empire commercial, en sous-entendant la plupart du temps que non seulement le pouvoir est important, mais qu’il est très diversifié. Un empire commercial ne concerne pas uniquement un seul produit, même si on en a le monopole. Mais s’il s’agit de commencer par vendre des chemises, de continuer par les chaussettes, les lunettes de soleil, la crème pour bien bronzer, puis la totalité des tubes dans lesquels on conserve cette crème, et enfin la fabrication de tous les bouchons du monde, on pourra parler d’un empire commercial.

Encore une particularité : le féminin d’empereur est impératrice, ce qui est un exception : pas d’empereuse, ni d’emperesse, ni d’emprice.

Enfin, le mot empire a des sens divers et en particulier cela évoque la maîtrise de soi, le fait de ne pas se faire submerger par ses émotions. En tout cas rien ne transpire, rien ne se voit quand on sait garder un certain empire sur soi.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

 

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias