#Français de l’actualité

Dinosaure

mots-actu_d.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

 

Le duel des dinosaures ! Bon titre de presse, pour annoncer les élections présidentielles nigérianes qui s’approchent et pour lesquelles vont s’affronter deux vieux routiers de la politique du pays : un président sortant, c’est-à-dire qui était aux affaires lors du précédent mandat, et en ancien vice-président. Pourquoi dinosaures ? Facile à comprendre : les dinosaures sont des animaux très vieux, qui vivaient à cette époque qu’on nomme sans être précis la préhistoire. On comprend que cela fait bien longtemps qu’ils hantent la vie politique du pays. Presque comme des survivants d’une autre époque. En tout cas l’information insiste fortement sur le fait qu’il ne s’agit pas d’un renouvellement du personnel politique : comme on le dit familièrement, on prend les mêmes et on recommence. Mais il y a plus : les dinosaures sont réputés avoir le cuir épais : lourdes écailles qui les protègent comme une armure. On aura donc cette idée qu’ils sont sinon indestructibles, du moins protégés par une forte cuirasse, donc souvent insensibles aux coups qu’on peut leur porter. Habitués aux violences de la politique, ils encaissent sans broncher !

Mais sont-ils aussi vieux qu’ils le paraissent ? Oui et non : on peut dire aussi bien que le dinosaure a 170 ans environ. En effet, ce mot apparaît vers 1840, inventé par un paléontologue anglais, traduit et adapté en français vers 1845. Et le mot coule une vie assez paisible jusque dans les années 80, avant que ces étonnantes bêtes ne nous fassent rêver et que le cinéma ne les remette au goût du jour. Et c’est une fantaisie étonnante d’imaginer une terre qui n’est pas encore peuplée d’humains, mais où des animaux étranges et terrifiants vivent déjà. Et bien sûr la rêverie, l’imagination se mêlent aux déductions scientifiques. Il n’empêche ! On a quand même un certain nombre d’indices, comme ces restes osseux, qui nous indiquent ce qu’étaient ces animaux…

Des dinosaures donc ? Le mot est inventé par rapport à cet imaginaire scientifique, et c’est le premier de toute une série, qui fait souvent peur, où témoigne de la peur de leurs inventeurs. Le mot a une belle apparence scientifique, et comme souvent dans ces inventions, il s’appuie sur des racines antiques. Le « –saure », évoque le saurien. Et le saurien est un ordre d’animaux plus ou moins rampants : des reptiles comme les lézards et les serpents. On voit déjà que ce sont les animaux censés être parmi les plus vieux des habitants de la terre. Ils évoquent tout à la fois cet archaïsme et ce danger : les sauriens sont souvent des animaux dangereux et surtout qui font peur, du crocodile au cobra. Alors, pensez donc, les dinosaures ! Dinos est une racine empruntée au grec et signifie terrible !

Mais le destin des mots et de leurs représentations est parfois inattendu. Le dinosaure représente-t-il un seul genre d’animal ? Du tout : plusieurs centaines d’espèces coexistent, et encore, il y en aurait bien davantage, dont la trace s’est perdue. Au départ un point commun à tous ces animaux : des reptiles, terriens souvent, parfois volants. On en arrive à une image bien connue, et qui fait toujours peur : le dragon – animal fantasmatique dont on dit qu’il crache du feu.

Mais on a découvert qu’une grande partie de ces dinosaures étaient herbivores. Coup de chance : ça permet d’en faire de gentils sauriens, donc des animaux qui ne feront pas trop peur aux enfants, des compagnons puissants, mais inoffensifs. Et à l’inverse, l’industrie du cinéma a découvert des personnages rêvés pour ses films catastrophes : de terrifiants tyrannosaures par exemple. Mot qui déjà fait peur : le reptile tyran. Et de nombreux autres animaux préhistoriques, qui n’ont d’ailleurs pas tous vécu à la même époque, et qui échappent à la catégorie du dinosaure strict : L’ichtyosaure, un poisson –reptile, le ptérodactyle, aux doigts dentés, un reptile volant, le tricératops, une tête à trois cornes, le diplodocus, l’un des plus connus, aux vertèbres doubles. On voit que tous ces noms donnés par des paléontologues européens, sont très descriptifs, en même temps qu’ils semblent bien barbares, dans la mesure où ils sont formés sur des racines grecques : ils décrivent pour qui sait les décrypter.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

 

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias