mots-actu_d.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Bénin : toute l’opposition vent debout contre le président Talon. Le front citoyen Togo-debout interpelle la Cédeao. Voilà deux titres tout récents de RFI qui montrent que ce mot « debout » se trouve dans des situations bien différentes, et qu’il a fréquemment des sens figurés et symboliques. Vent debout est une expression qui dérive tout droit de la marine : le vent debout est celui qui souffle directement face à un bateau, dans le sens diamétralement opposé à la route qu’il s’est fixée : la situation la plus défavorable dans le cas où on navigue à la voile. Pourquoi debout ce vent ? On voit bien qu’on évoque une position frontale, comme si l’embarcation se heurtait à un mur de vent : le moyen de biaiser avec ça. Mais on sait aussi que cet adverbe ne fait pas seulement penser à un face à face, mais plus souvent à une position verticale : si l’on pense aux humains, on sait bien que la station debout se différencie de la station assise ou couchée. Et c’est même l’une des caractéristiques de l’humanité par rapport au monde animal. Et ces deux idées, celle de la verticalité et du face à face, vont se retrouver dans de nombreux sens dérivés du mot. Être debout concentre donc des notions de fierté et de courage. Avec une image souvent utilisée quand on veut faire naître une idée de résistance, notamment à un ennemi plus fort que soi en apparence : Au lieu d’obéir, de se soumettre, en un mot de se coucher, pour reprendre la locution inverse, on se lève, on se dresse : Mieux vaut mourir debout que vivre couché entend-on parfois avec un ton un peu bravache, mais qui ne manque pas de prestance.

Mais pour comprendre le sens de bien d’autres expressions qui font intervenir ce mot, il faut revenir aux positions humaines. Si être debout, c’est ne pas être couché, cela signifie aussi qu’on n’est pas en train de dormir ou en tout cas qu’on n’est pas dans son lit : allez debout. En effet on ne dort pas debout, sauf si l’on emploie la phrase pour dire qu’on est épuisé, qu’on est sur le point de succomber au sommeil ! Dormir debout est donc vu comme un comble de l’absurde. Et une histoire à dormir debout est tout à fait incroyable : vraisemblablement une histoire inventée, et mal : seul un naïf pourrait croire une chose pareille. Et si l’homme est justement le seul mammifère à se déplacer couramment sur deux pieds, cela tient à un prodige d’équilibre. Et on applique cette idée à des raisonnements ou des projets. Surtout n’ailleurs à la négative : ça ne tient pas debout. C’est-à-dire ce projet est boiteux, il ne tient pas la route : ça ne marchera jamais : l’évocation de qui est debout amène tout naturellement celle de la marche.  

Avertissement !

Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo CANOPE

Coproduction du réseau CANOPÉ.
www.reseau-canope.fr  

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Debout

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.