#Français de l’actualité

Cadeau

mots-actu_c.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Le 6 décembre, il est de tradition dans la culture chrétienne de fêter la Saint Nicolas. Pas partout, mais dans l’Est et le Nord de la France, et dans de nombreux pays européens. Et c’est le jour des cadeaux pour les enfants, ce qui ailleurs, correspond au jour de Noël ! Décembre, Noël… période des cadeaux de toute façon, qui accompagne cette fête de solstice, qui avoisine cette nuit la plus courte de l’année, où l’on se réjouit d’envisager les jours qui recommencent à s’allonger. Et il est certain que ce mot est le plus simple et le plus courant en français pour parler de ce qu’on offre à quelqu’un, en général pour lui faire plaisir, et aussi pour le plaisir de donner. Très bizarrement, ce mot tout à fait courant est récent dans le sens qu’on lui connaît : autour de 1700. Auparavant, le mot n’existait donc pas ? Si, mais avec des significations toutes différentes. Le mot cadeau est en effet apparenté à des mots aussi différents que chef ou chapeau ! Il apparaît en français vers le 15e siècle, et on l’emprunte au provençal.

Le mot appartient au départ au langage de la calligraphie : un cadeau, un capdel, c’est simplement une capitale, c’est-à-dire une lettre initiale, qui commence un paragraphe ou une ligne, et qui va être tout spécialement ornée et décorative. Et le sens va légèrement se déplacer du mot vers tout ce qui permet de l’agrémenter : il désigne donc l’ornementation luxuriante qui améliore la lettre elle-même, tout ce qui est apparemment inutile, mais qui sert au plaisir de l’œil, et qui meuble la page : quantité de fioritures qui s’échappent du corps du texte pour remplir les espaces blancs de la page. Premier déplacement important, on va appeler cadeaux tous les effets de langage qui n’apportent aucune information concrète, mais rendent le discours plus plaisant à écouter, tout ce qui permet de séduire. Ces cadeaux seront donc les fleurs de rhétorique qu’on trouve dans les discours qui cherchent à convaincre, notamment ceux des avocats. Et à partir de là, un glissement de sens qui s’apparente d’ailleurs plus à un saut qu’à une simple glissade installe le mot dans le langage de la galanterie : un cadeau c’est ce qui cherche à plaire, ou plutôt c’est ce qu’on offre pour plaire, et ça va devenir un souper, une fête organisée pour les beaux yeux d’une dame qu’on aimerait éblouir. C’est à partir de là que le mot prendra son sens actuel, qui s’est singulièrement éloigné de son usage d’origine.

Le terme est aujourd’hui fort banal, et s’utilise avec des verbes différents : faire un cadeau, offrir un cadeau, même si ça peut paraître un peu pléonastique : en effet si on l’offre, c’est qu’il s’agit d’un cadeau et si l’on fait un cadeau, c’est qu’il est offert. Mais peu importe, offrir un cadeau est fréquent et ne pose pas de problème. On dit d’ailleurs parfois offrir en cadeau, c’est-à-dire donner à titre de cadeau.

En revanche le terme cadeauter n’est en usage qu’en Afrique où il s’entend beaucoup et où il s’utilise comme un verbe ordinaire : mon père m’a cadeauté ce beau ballon pour mon anniversaire. C’est-à-dire qu’il m’a fait cadeau de ce ballon. Il est vrai que le verbe africain est d’un usage beaucoup plus direct que l’expression faire cadeau de…

Enfin, le mot cadeau s’emploie pas mal dans des expressions toutes faites dont le sens est figuré : c’est cadeau, en langue familière veut dire c’est gratuit, en général à propos de ce qui est donné en plus lors d’une transaction. On va déjeuner au restaurant, et le patron nous offre le café : c’est cadeau.

Quant à l’expression c’est pas un cadeau, elle également familière, plus grinçante, plus ironique, s’emploie à propos d’une personne difficile à supporter : on a un nouveau chef de service… Eh bien, c’est pas un cadeau !

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo CANOPE

Coproduction du réseau CANOPÉ.
www.reseau-canope.fr

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias