mots-actu_b.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Le bac 2017 est sur les rails ! Depuis hier, les épreuves ont commencé, et vont se poursuivre jusqu’au 22. Et à quoi sert-il ce bac ? Chaque année on en parle, et on se pose la question. Alors que la réponse est tellement simple : il sert à fabriquer des bacheliers ! 88% l’an dernier ! En tout cas 88% de ceux qui avaient tenté l’examen l’avaient réussi, 88% des candidats étaient ressortis des épreuves bachelier ! C’est bien ça un bachelier : quelqu’un qui a eu son bac, qui est titulaire de ce diplôme. C’est de loin le sens le plus fréquent, les autres étant relégués dans les tiroirs secrets d’une histoire déjà ancienne. Mais un bachelier n’a pas toujours été celui qui avait passé avec succès les épreuves du bac. Mais le mot est très ancien, beaucoup plus que ce diplôme ! On le trouve dans toute la littérature du moyen-âge, avec des sens divers. Mais au départ le bachelier est un jeune homme qui se trouve un peu à la lisière entre plusieurs statuts, plusieurs positions. Et en général plutôt de bonne famille : il ne se situe pas tout en bas de l’échelle sociale. Ni tout en haut, d’ailleurs !

Le mot vient d’un terme latin plus ancien,. Peut-on dire qu’il vient vraiment du latin ? On n’en sait trop rien en fait ; c’est un peu un mystère étymologique. Il dérive de baccalaris ou baccalarius, qui a donné bien sûr baccalauréat.. Mais ce baccalaris, on ne sait pas exactement d’où il vient. Une chose est sûre, il ne s’agit pas d’un bac, d’un petit bateau, qui vous transporte d’une rive à l’autre, qui vous amène des rives de l’ignorance à celles de la culture, et vous transforme lors de cette traversée, en lauréat. Ce qu’on pourrait légitimement penser en analysant, en écoutant ce mot.

Mais ce baccalarius, dans un latin assez tardif, entre le 8ème et le 10ème siècle désigne, dans le sud de la France un paysan, et notamment celui qui n’a pas de terres et est obligé à vivre encore chez ses parents. L’idée de jeunesse, l’idée qu’on n’est pas encore établi est déjà là. Mais pas celle de bonne famille ! Il est même arrivé que le mot désigne une sorte de tueur à gages, un spadassin, un soudard, un homme dit de mauvaise vie !

Il passe donc en français sous la forme bachelier, et là encore on rencontre une étymologie fantaisiste : on a pensé que le bachelier était une condensation du bas chevalier. Ce qui est une interprétation astucieuse, mais malheureusement totalement dénuée de fondement. Et pourtant le mot, dans le langage de la féodalité, désigne un jeune homme qui n’est pas encore chevalier, mais désire le devenir. C’est un peu le grade situé juste en-dessous. Donc ça a renvoyé à un homme de toute petite noblesse, mais qui aspire à monter dans l’échelle sociale.

Le mot est passé en anglais et son sens s’est modifié : de sa jeunesse, de sa position provisoire et qui cherchait la promotion, on en a déduit qu’il n’avait pas encore d’engagement conjugal. Bachelor a donc signifié célibataire. Et ce sens, parfois est revenu en français, associé à l’anglicisme bachelor, popularisé par quelques émissions populaires de télévision !

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo CANOPE

Coproduction du réseau CANOPÉ.
www.reseau-canope.fr

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Bachelier

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.