mots-actu_a.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Les manifestations en Algérie ? Une aubaine pour les vendeurs de drapeaux. C’est ce qu’on pouvait lire à la Une de RFI hier, avec tout un article à la fois sociologique, politique et amusant sur ce petit métier qui fleurit en ce moment. Les manifestants se drapent tous aux couleurs algériennes, le drapeau est partout. Donc il faut bien en fabriquer et en vendre pour répondre à cette demande patriotique ! Pourquoi parle-t-on d’une aubaine ? Le mot, considéré souvent comme un petit peu familier, évoque un événement très profitable et très inattendu : une grande chance sur laquelle on ne comptait pas. Alors attention ! Ce n’est pas du tout de l’argot. Mais quand on le prononce, on a toujours l’impression d’une exclamation qui fait une large place au sentiment ! L’étonnement, parfois l’envie ou l’admiration quand c’est un autre qui profite de l’aubaine, une sorte d’incrédulité joyeuse, quand on en est personnellement le bénéficiaire… Tout cela fait que le mot n’est jamais prononcé de façon neutre, froide. Et c’est bien cette irruption du sentiment dans l’énonciation qui donne cette impression de familiarité légère.

Et pourtant, l’aubaine, au départ, est un terme fort ancien, qui appartient à la sociologie et au droit du moyen-âge. On appelait aubain un étranger installé sur les terres d’un seigneur. Il allait se déclarer, et avait un statut un peu particulier : il ne payait pas les mêmes impôts que tout le monde, et dans certains cas, il n’avait pas le droit de transmettre les biens qu’il avait acquis. Le seigneur, en échange de la protection qu’il lui accordait durant sa vie, se réservait le droit d’hériter de son patrimoine à sa mort. C’est cela qu’on appelait le droit d’aubaine, qui fonctionnait donc un peu à la manière d’un viager. Un viager qui aurait été doublé d’un chantage officiel : tu as droit à ma protection, comme si c’était une pension d’un genre particulier que je t’accordais, mais à ta mort, c’est moi qui hérite ! Le droit d’aubaine n’existe plus aujourd’hui, mais son abolition totale n’est pas si ancienne : certains s’en sont encore prévalus, paraît-il, jusqu’en 1819, après le Révolution et même après l’aventure napoléonienne !

Nous n’avons plus aujourd’hui que le mot aubaine dont le sens en rajoute sur l’aspect tout à fait inespéré de la chance qui s’attache à vous. Encore faut-il ne pas l’avoir tentée ! Si vous gagnez au loto, c’est une chance, pas une aubaine : c’est vous qui avez enclenché le mécanisme. Mais si à un moment où vous avez un cruel besoin d’argent, où vous êtes désespéré, vous trouvez un trésor caché dans le mur de votre maison, qui dort là depuis deux siècles… ça, c’est une aubaine !

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

Vos propositions

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias