#Français de l’actualité

Journal en français facile 27/11/2018 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Hugo Lanoë : 21h à Paris à l’écoute de RFI, 20h en temps universel. Bonsoir à toutes et à tous et bienvenue dans votre Journal en français facile que j’ai le plaisir de présenter ce soir avec Sylvie Berruet. Bonsoir Sylvie !

Sylvie Berruet : Bonsoir Hugo, bonsoir à tous !

HL : Au sommaire de cette édition : un discours très attendu. Celui d’Emmanuel Macron. Le chef de l’État français a présenté sa politique pour l’environnement aujourd’hui. Il en a profité pour répondre à la colère des Français, précisément aux gilets jaunes.

SB : Le bras de fer se poursuit entre Moscou et Kiev. Le ministre russe des Affaires étrangères était à Paris aujourd’hui. Serguei Lavrov le dit : la Russie n’a pas besoin de l’aide de la France ni de l’Allemagne.

HL : Et puis on se quittera avec du football, 5e journée de la ligue des champions. L’olympique Lyonnais reçoit en ce moment Manchester City. Objectif : réitérer l’exploit du match aller pour accéder aux 8es de finale. Voilà pour le programme Bienvenue à tous !

-----

SB : Emmanuel Macron a tenté de répondre aux gilets jaunes ce matin.

HL : Les gilets jaunes Sylvie, ce sont ces Français en colère contre la hausse de la taxe écologique sur le prix des carburants, en colère plus globalement face à la baisse de leur pouvoir d’achat. Emmanuel Macron a donc pris la parole ce matin au Palais de l’Élysée. En présentant sa stratégie pour la protection de l’environnement, il a joué la carte du changement de méthode et de la concertation Valérie Gas.

[Transcription manquante]

SB : Malgré ces annonces Hugo, ce discours n’a pas convaincu les gilets jaunes.

HL : Sur le terrain, certains poursuivent les blocages alors que deux membres de la délégation des gilets jaunes sont reçus en ce moment par le ministre de la transition écologique, François de Rugy. Un Discours rejeté également par l’opposition. Discours » à côté de la plaque » selon Nicolas Dupont Aignan (du mouvement Debout la France). Pour Marine Le Pen (présidente du Rassemblement National) le chef de l’État nous a convaincu d’une chose : « l’urgence d’une transition politique ». Enfin pour Jean Luc Mélenchon (le chef des insoumis, la gauche radicale) Emmanuel Macron ne prend pas la mesure de la gravité de la situation.

SB : Une semaine après son arrestation, le grand patron de l’automobile, Carlos Ghosn, reçoit le soutien du ministre de l’Économie.

HL : « Le directeur général de Renault doit rester le président de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi ». Voilà ce qu’a déclaré Bruno Le Maire tout à l’heure, et cela dans un souci de stabilité a-t-il dit. Je vous rappelle que Carlos Ghosn, est en garde à vue au Japon depuis le 19 novembre... soupçonné d’avoir dissimulé, d’avoir caché au fisc plus de 62 millions d’euros de revenus. En une semaine, le grand patron français a perdu la présidence de Nissan et de Mitsubishi.

SB : Autre grand groupe automobile en difficulté : General Motors aux États-Unis.

HL : Après avoir annoncé vouloir réduire de 15 % ses effectifs, General Motors pourrait perdre ses subventions. Menace brandie par le président Donald Trump sur son réseau social favori : tweeter. Donald Trump est en colère et refuse de voir des milliers d’Américains perdent leur emploi.

SB : 23h à Moscou à l’écoute du Journal en français facile. C’est un rendez-vous crucial, très important à un moment où la tension est maximale entre la Russie et l’Ukraine.

HL : Le chef de la diplomatie française Jean Yves Le Drain aux côtés de son homologue russe, Serguei Lavrov. C’était ce mardi à Paris au Quai d’Orsay. Objectif : trouver une solution à l’escalade des tensions entre Kiev et Moscou. Problème : 3 marins ukrainiens ont été emprisonnés aujourd’hui pour deux mois en Crimée. La Russie retient depuis dimanche trois navires militaires ukrainiens ainsi que leur équipage soit une vingtaine de personnes. Tous accusés d’avoir franchi illégalement les eaux territoriales russes. Pour apaiser les tensions : Berlin et Paris proposent une médiation, une conciliation... Non merci répond Serguei Lavrov.

Le président Vladimir Poutine et la chancelière Angela Merkel ont discuté de la situation au téléphone et ils ont convenu de travailler ensemble, mais je ne vois pas vraiment le besoin d’avoir une médiation. Il s’agit d’une question pratique, si la partie ukrainienne, comme les partenaires européens ne souhaitent pas que de tels incidents se reproduisent, je pense qu’il faut envoyer un message fort à Kiev, et ce n’est pas à nous de le faire, mais à ceux qui ont des contacts privilégiés avec Kiev, afin de nous prémunir de telles provocations. Je pense que d’un point de vue pratique, ce sont les services de gardes-frontières des deux pays qui doivent discuter ensemble, s’il y a des questions techniques qu’il faut réexpliquer à la partie ukrainienne nous pouvons le refaire et les gardes-frontières sur le terrain pourraient alors discuter entre eux.

SB : Theresa May ce serait bien passé d’une énième critique. La Première ministre britannique a été critiquée par Donald Trump.

HL : Le 45e président des États-Unis lui reproche de défendre l’accord sur le Brexit. Un accord qui sonne comme un obstacle au commerce avec les États-Unis selon Donald Trump. Dans deux semaines jour pour jour nous saurons, si le parlement britannique approuve ou non l’accord final de rupture entre Londres et Bruxelles. En attendant Béatrice Leveillé, Theresa May tente de convaincre ses concitoyens.

« Si vous regardez l’accord, les Britanniques pourraient ne pas être autorisés à faire du commerce avec nous », a déclaré Donald Trump. Theresa May qui a entamé une tournée d’explication de texte au royaume uni a tenté de balayer cette critique. Pour la Première ministre, l’accord de retrait établit clairement que le royaume uni aura une politique commerciale indépendante et pourra négocier des accords commerciaux avec le reste du monde. Elle doit convaincre les Britanniques que cet accord est le meilleur possible et pour cela elle s’est rendue en Irlande du Nord avant d’aller au pays de galles. Elle se dit prête également à affronter le leader de l’opposition, le travailliste Jeremy Corbyn au cours d’un débat télévisé qui pourrait avoir le 9 décembre soit deux jours avant un vote fatidique au parlement qui entérinera ou rejettera l’accord négocié avec l’Union européenne. Un défi pour la Première ministre, son parti est divisé même un de ses fidèles son ancien ministre de la Défense Michael Fallon vient de déclarer qu’il va voter contre cet accord « voué à l’échec ».

SB : Le football, le vrai cette fois-ci avec le retour de la Ligue des Champions.

HL : Début de la 5e journée de la phase de poules dans le Groupe F avec notamment Lyon qui affronte en ce moment Manchester City. Les Lyonnais qui s’étaient imposé à la surprise générale au match aller en Angleterre 2 buts à 1 il y a deux mois. On retrouve Cédric de Oliveira, en ligne du parc OL pour RFI. Cédric, ils veulent rééditer, réitérer cet exploit ce soir.

[Transcription manquante]

HL : Merci, Cédric de Oliveira en ligne du Parc OL pour RFI. J’ajoute qu’on connaît déjà le nom des prochains qualifiés pour les 8es de finale. L’AS Rome et le Real Madrid obtiennent leur ticket pour la suite de la compétition tout comme l’Ajax Amsterdam. Le football ce n’est pas que l’affaire des hommes c’est aussi l’affaire des femmes. Avec la CAN féminine… et l’Afrique du Sud qui mène 2-0 face au Mali dans le cadre des demies finales de la CAN. 21h10 à Paris.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias