Audio
#Français général

L'industrie de l'huile de palme à nouveau épinglée par Greenpeace

L'industrie de l'huile de palme à nouveau épinglée par Greenpeace
Il ne reste guère plus de 400 tigres sur l'île de Sumatra.
Getty Images
Greenpeace accuse le géant de l'huile de palme Wilmar de contribuer à la disparition du tigre de Sumatra, en Indonésie. L'association écologiste épingle aussi trois fabricants de produits de consommation quotidienne, dont on ne sait pas toujours qu'ils contiennent de l'huile de palme.

La mousse à raser Gillette, la lotion Clearasil, les biscuits Oreo... Greenpeace cible à nouveau des produits vedette pour mieux frapper l'opinion. C'était déjà sa stratégie vis-à-vis de Nestlé avec les biscuits Kit Kat, accusés de faire disparaître les orangs-outans.

Cette fois, ce sont les multinationales Procter and Gamble, Mondelez et Reckitt Benckiser qui sont dans le collimateur parce qu'elles s'approvisionnent auprès de Wilmar. Ce géant singapourien de l'huile de palme aurait transformé dans ses moulins des fruits de palmiers plantés dans un parc naturel, dernier refuge des tigres de Sumatra.

Wilmar n'est pourtant pas le pire des fournisseurs d'huile de palme en matière d'environnement, et Greenpeace le reconnaît. Le fournisseur singapourien fait progresser la certification des plantations en Indonésie, c'est un des principaux animateurs de la table ronde pour une huile de palme durable, la RSPO, où siègent aussi les fabricants des produits incriminés... et où siège Greenpeace.

La table ronde RSPO se réunit le mois prochain et Greenpeace espère que les tourbières seront incluses dans les zones protégées, c'est peut-être l'explication de son coup de poing. Cette table ronde RSPO est imparfaite : elle n'associe pas les Etats producteurs, responsables du foncier, souligne Alain Rival, du Cirad, ni la plupart des opérateurs asiatiques, or c'est l'Asie qui consomme les trois quarts de l'huile de palme. Enfin, elle permet aux multinationales d'acheter des certificats qui les dédouanent de se soucier du caractère réellement durable de leur approvisionnement.

Depuis l'affaire des orangs-outans, Nestlé a choisi une autre stratégie, cartographier précisément ses fournisseurs, avec l'aide du Forest Trust. Au moment de l'affaire Nutella, Ferrero s'est mis à acheter presque toute la production de Papouasie-Nouvelle-Guinée qu'il a préalablement aidée à obtenir la certification.

Quant à l'Alliance française pour une huile de palme durable qui regroupe les industriels de l'Hexagone elle a choisi, sur les conseils de Greenpeace, de s'approvisionner auprès de Golden Agri, le fournisseur indonésien qui fut une des premières cibles de l'organisation écologiste, avant de s'amender.

Publié le 24/11/2015 - Modifié le 24/11/2015 - Par Claire Fages

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

L'industrie de l'huile de palme à nouveau épinglée par Greenpeace

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.