#El francés en la actualidad

Notre-dame

mots-actu_n.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Notre-Dame flambe, Notre-Dame est en feu ! Cri d’effroi dans Paris hier, à cette annonce qui faisait craindre pour l’un des plus beaux et plus visités parmi les monuments de Paris : sa cathédrale. Car Notre-Dame est une cathédrale, c’est-à-dire une église qui constitue le siège d’un évêque. Et une cathédrale dédiée à la Vierge Marie, mère de Jésus qui est bien l’un des personnages les plus importants et les plus respectés du panthéon catholique : figure féminine omniprésente, douce et protectrice, sous le patronage de laquelle se placent d’innombrables églises, qui se différencient souvent par leur localisation : Notre-Dame de Paris, mais aussi Notre-Dame de Cléry, Notre-Dame des Landes, Notre Dame de la Garde… elles sont innombrables !

Et Notre-Dame c’est bien la mère du Christ que les catholiques appellent ainsi. Les catholiques plus que les chrétiens : le culte marial n’est pas si répandu dans toutes les branches du christianisme.

Et l’appellation mérite qu’on s’y arrête : elle est particulière. Marie est peut-être sainte parmi les saintes, mais on ne l’appelle pas ou presque jamais Sainte Marie, en tout cas en français : c’est la Sainte Vierge.

La mère du Christ a donc droit au possessif Notre. Ce qui est bien rare dans le langage religieux catholique : il n’y a guère que Jésus et son père spirituel qui y ait droit : Notre Seigneur Jésus Christ, et notre Père, célèbre notamment grâce à la prière qui le célèbre, le Notre Père précisément.

Et cette appellation est très laudative, pleine d’admiration et d’éloges. Car c’est fondamentalement un hommage de dire d’une femme que c’est une dame. N’importe qui n’a pas droit à ce qualificatif et la tonalité étymologique du mot est encore présente : Dame vient de domina, c’est le pendant féminin du seigneur. D’un point de vue mystique comme d’un point de vue social, la dame est sur un piédestal. Par définition, elle domine. Mais de loin : l’usage du terme nimbe son référent d’un certain mystère.

Bien entendu on retrouve le mot dans l’appellatif Madame, qui met le possessif au singulier : non pas Notre, mais Ma. Et que bien souvent, mais plus tardivement, on l’a opposé à Mademoiselle. Avec cette idée, tardive elle aussi (ce n’est pas à l’origine de ces mots) que Mademoiselle s’adressait à une femme non mariée et Madame à celle qui l’était. Et l’on voit bien que Marie, la Vierge par excellence, fait échapper le mot à ces distinctions.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias