#El francés en la actualidad

Journal en français facile 31/12/2018 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Romain Auzouy : Vous écoutez RFI il est 21h à Paris, 20h en temps universel. Bonsoir à tous, bienvenue dans votre Journal en français facile. Présenté ce soir en compagnie de Sébastien Duhamel, bonsoir Sébastien.

Sébastien Duhamel : Bonsoir Romain, bonsoir à tous.

RA : À la une de l’actualité ce soir : les vœux d’Emmanuel Macron aux Français. Ce soir le Chef de l’État a formulé trois vœux : « vérité, dignité et espoir ». Il s’exprimait à l’issue d’une année marquée par la crise des gilets jaunes. Emmanuel Macron promet d’assurer l’ordre républicain.

SD : C’est la magie des différents fuseaux horaires : certains sont déjà en 2019, tandis qu’une grande partie de la population mondiale s’apprête à y entrer. Nous ferons le point sur le dispositif sur les Champs-Élysées à Paris, dans quelques instants.

RA : Et puis aux États-Unis elle sera peut-être la candidate démocrate qui affrontera Donald Trump à la Présidentielle de 2020. La sénatrice Elizabeth Warren a annoncé ce lundi le lancement d’un comité de soutien, devenant la première personnalité démocrate à officialiser ses ambitions.

-----

SD : Vous l’avez suivi en direct sur RFI, Emmanuel Macron s’est donc exprimé pendant près de 20 minutes ce soir.

RA : Le discours traditionnel du Président français comme chaque 31 décembre, on appelle cela une allocution, car c’est un discours relativement court. Emmanuel Macron a prononcé ses vœux, il a souhaité bonne année aux Français. Et il est revenu sur les crises qu’il a dû affronter au cours de cette année, notamment celle des gilets jaunes. Une colère qui a dit une chose, a déclaré Emmanuel Macron : « nous ne sommes pas résignés ». Une colère qui a entraîné des violences ces dernières semaines en France. Des violences auxquelles le Président français entend répondre, je vous propose d’écouter un extrait de son allocution ce soir.

[Transcription manquante]

RA : Emmanuel Macron ce soir lors de l’allocution du Chef de l’État. À retenir également : le Président français promet d’écrire aux Français dans quelques jours, pour lancer, comme il s’y était engagé, un débat national en réponse à la crise des gilets jaunes.

SD : Et dans ce contexte déjà difficile pour l’exécutif, les gilets jaunes devraient à nouveau faire parler d’eux ce soir.

RA : Ils étaient appelés à se rassembler sur les Champs-Élysées à partir de 20h heure française. Un appel qualifié de festif et de non violent. Malgré tout, les forces de l’ordre sont très mobilisées ce soir sur la plus belle avenue du monde : 12 mille policiers et 6000 gendarmes, pompiers et secouristes, pour s’assurer que le passage en 2019 se fasse en toute sécurité, on fait le point avec Ayoub Bel-Hyad.

Malgré la présence quasi certaine de gilets jaunes, le spectacle son et lumière est maintenu aux Champs-Élysées. L’an dernier près de 400 000 personnes s’étaient réunies au pied de l’Arc de Triomphe pour célébrer la nouvelle année. Depuis 16h, un périmètre de protection est installé dans cette zone et la circulation est interdite. La préfecture de police de Paris invite donc les curieux à se déplacer en transports en commun. Les forces de l’ordre procéderont à des fouilles et des palpations aux différents points de contrôle. Impossible donc d’accéder à la plus belle avenue du monde avec des pétards, des bouteilles en verre ou encore de l’alcool. En cette soirée de la Saint-Sylvestre sous haute sécurité, 148 000 membres des forces de l’ordre seront mobilisés à travers la France et le dispositif Vigipirate sera activé sur tout le territoire.

SD : Aux États-Unis, un premier pas vers la Maison-Blanche dans le camp démocrate.

RA : Elle s’appelle Elizabeth Warren, elle est sénatrice, et elle sera peut-être celle qui affrontera Donald Trump à la présidentielle de 2020. Ce lundi lundi Elizabeth Warren a annoncé le lancement d’un comité de soutien, devenant la première personnalité démocrate à officialiser ses ambitions. Âgée de 69 ans, elle est connue pour être une critique féroce du Président Donald Trump. À Washington pour RFI Anne Corpet.

Donald Trump l’a surnommée Pocahontas pour moquer les origines indiennes qu’elle revendique et en a fait une de ses cibles favorites.. Ancrée à la gauche du parti démocrate, la sénatrice du Massachusetts riposte régulièrement au président. Dans la vidéo qui annonce le lancement de son comité de soutien, elle vise directement le public qui a porté Donald Trump à la maison blanche : une classe moyenne attaquée selon elle par la politique menée depuis deux ans. Elizabeth Warren. « Nous pouvons faire fonctionner notre économie pour le bénéfice de tous, nous pouvons reconstruire la classe moyenne américaine, mais cette fois, nous devons le faire pour tout le monde. Quel que soit le lieu où vous vivez aux États-Unis, et, quel que soit l’endroit dans le monde d’où vient votre famille, vous méritez nos meilleures opportunités et c’est pourquoi je lance aujourd’hui un comité exploratoire pour la présidence. » Élisabeth Warren est la première démocrate à préparer officiellement sa candidature à la Maison-Blanche, mais elle ne sera pas la seule en lice : plus de trente sénateurs, gouverneurs, maires ou même chefs d’entreprises ont fait savoir qu’ils envisageaient de se lancer dans la course au nom de l’opposition. Anne Corpet Washington RFI.

SD : Et puis en Russie le Président Vladimir Poutine s’est rendu dans l’Oural ce lundi, après l’effondrement d’un immeuble.

RA : Le bilan pour le moment est de 4 morts, mais il y a plusieurs dizaines de disparus. Selon les premiers éléments, c’est une explosion due au gaz qui serait à l’origine du drame tôt ce matin. Cela s’est produit à 17mille kilomètres à l’est de Moscou, dans une région où il fait un froid glacial. Et cela complique les recherches. On fait le point avec Anastasia Becchio.

Les secouristes s’affairent dans des conditions très délicates : le thermomètre pourrait descendre à -28 degrés dans les prochaines heures. Autre difficulté : le risque d’effondrement d’une autre partie de l’immeuble a été évoqué. Il s’agit d’une longue barre d’immeubles construite dans les années 1970, dont une partie, située au-dessus d’une arche, a été soufflée par l’explosion. À la lumière des projecteurs, les secouristes poursuivent leurs recherches au milieu des blocs de béton et des gravats. Des équipes spécialisées et des brigades cynophiles sont venues de Moscou à 1 700 km de là. Arrivé en avion de Sotchi, Vladimir Poutine s’est rendu à l’hôpital de Magnitogorsk : la télévision l’a montré au chevet d’un garçon de 13 ans qui a pu être retiré des décombres, près d’une heure après l’accident. Le Président russe a tenu une réunion d’urgence au poste de commandement installé dans une tente à quelques mètres du bâtiment effondré. L’occasion d’exprimer ses condoléances aux familles des victimes et d’appeler tous ses compatriotes à se souvenir, en cette nuit du Nouvel An, des personnes qui ont péri dans cette catastrophe. Alors que Vladimir Poutine prononçait ces mots, à quelque 7 000 km de là, les télévisions de l’Extrême Orient russe diffusaient son traditionnel message avant les 12 coups de minuit. Un message qui n’a pas pu être réenregistré après l’annonce de la catastrophe de Magnitogorsk. Vladimir y appelle les Russes à l’unité pour œuvrer à améliorer la qualité de vie pour chacun.

SD : Et puis on a évoqué dans ce journal le réveillon sur les Champs-Élysées à Paris. En Allemagne ce sont les pétards qui devraient se faire entendre à minuit.

RA : C’est une tradition dans le pas, et une tradition qui n’est pas sans risque, car il y a souvent des accidents. Cela relance le débat sur la nécessité ou non d’interdire ces pétards. On en parle avec Nathalie Versieux à Berlin.

Trois jours par an, les trois jours précédant la St Sylvestre, les feux d’artifice sont en vente libre en Allemagne. Avec succès les Allemands ont acheté l’an passé pour 137 millions d’euros de pétards et fusées colorées en tout genre. Seuls les très gros calibres importés illégalement de Pologne sont en principe interdits. Les touristes qui ont passé le 1er janvier à Berlin se souviennent sans doute du crépitement ininterrompu des feux d’artifice dans les rues de la ville de la tombée de la nuit au petit matin. Bruit, tonnes de déchets à même le pavé, particules fines ultras polluantes, et surtout des dizaines de doigts, de mains ou d’yeux perdus chaque année... Le prix de la passion des Allemands pour les feux d’artifice est élevé. Quelques municipalités comme Hanovre, Düsseldorf ou Stuttgart tentent l’interdiction ou l’instauration de zones sans feux d’artifice. Même Berlin envisage d’interdire les feux d’artifice sauvages. Au grand dam de la police, qui ne voit pas comment faire respecter une telle restriction. Nathalie Versieux Berlin RFI.

RA : Fin de ce Journal en français facile.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias