cnpe_de_belleville_1920.jpg
Centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire en France.
Wikimédia Commons
Article

EDF confirme ses positions sur l'avenir du parc nucléaire français

EDF a réitéré, le 23 mai 2018, sa volonté de ne fermer aucun réacteur nucléaire avant 2029 hormis ceux de la centrale de Fessenheim, et d'obtenir l'autorisation d'en garder certains en service jusqu'à 60 ans, mais sans préciser combien.
By RFI -

(Avec AFP)

« Nous sommes confiants dans notre capacité à exploiter en toute sûreté [le] parc [nucléaire] jusqu'à 60 ans [...] mais il ne nous paraît pas réaliste d'emmener l'ensemble du parc à cette échéance », écrit l'électricien dans sa contribution publiée mercredi sur le site de la Commission nationale du débat public.

Ce texte s'inscrit dans le débat en cours sur l'élaboration de la feuille de route énergétique de la France pour la période 2019-2023 et des orientations à horizon 2028. Il doit permettre au gouvernement d'aboutir à un texte définitif à la fin de l'année.

Actuellement, EDF a l'autorisation d'exploiter les 58 réacteurs de son parc français pendant 40 ans. Un certain nombre commenceront à atteindre cette échéance à partir de 2019 et EDF prévoit de grands travaux pour obtenir de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) le droit de prolonger leur vie de dix années supplémentaires, soit jusqu'en 2029 pour les plus anciens.

Dans sa contribution, EDF en dit un peu plus sur la manière dont il envisage de faire évoluer son parc après cette date. Il prévoit qu'il devra commencer à « anticiper des arrêts » pour lisser dans le temps la fermeture des centrales et éviter d'avoir à en arrêter trop en même temps.

« Nous envisageons certains des arrêts dès le début des échéances des cinquièmes visites décennales », soit à l'atteinte des 50 ans de fonctionnement.

EDF ne précise toutefois pas combien de réacteurs il entend fermer et admet que « les décisions sur l'évolution du mix-électrique relèvent évidemment de la puissance publique ».

Posted on 2018/12/28 - Modified on 2019/01/10

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias