Astronomie: la Nasa annonce la découverte de 1284 nouvelles exoplanètes
IAU
Article

Astronomie: la Nasa annonce la découverte de 1284 nouvelles exoplanètes

Cela fait trois ans que Kepler n’est plus en fonction, mais les scientifiques étudient toujours l’énorme quantité de données qu’il a analysées. Au total, 1 284 nouvelles exoplanètes ont été détectées par le télescope spatial, la plus grosse moisson jamais réalisée.
By Simon Rozé -

21 ans après la découverte de la première exoplanète en dehors de notre système solaire, les données engrangées par le télescope spatial Kepler n’ont pas fini d’occuper les scientifiques. Sur les 4302 planètes « candidates » repérées par l’engin, 1284 viennent d’être confirmées, a annoncé la Nasa le 10 mai 2016.

Y a t-il dans le lot une ou plusieurs jumelles de la Terre, comme l’est probablement Kepler-452b découverte en 2015 ? L’Agence spatiale américaine est restée mutique sur le sujet, ce qui n’est pas très surprenant étant donné le manque de données accumulées sur ces nouvelles planètes.

→ À (RE)LIRE : Bientôt la confirmation d’une vie extraterrestre ?

Kepler utilise en effet la technique dite « du transit » pour repérer des exoplanètes. Elle consiste à fixer une étoile et à repérer une baisse de sa luminosité quand une de ses planètes passe entre l’astre et nous. C’est une méthode très efficace pour détecter des planètes, mais très imprécise pour les caractériser.

En effet, à partir de la baisse de luminosité, on peut grosso modo déterminer la taille de la planète et en extrapoler la masse. On peut également, en fonction de la durée du phénomène, déduire la distance de la planète par rapport à son étoile. Mais il ne s’agit que de conjectures et il est impossible aujourd’hui de savoir si ces planètes sont faites de roche ou de gaz, et encore plus de déterminer si elles ont une atmosphère ou non.

Une vie extraterrestre encore loin d'être découverte

Il y a bien sûr le cas de ces exoplanètes qui se trouvent dans la zone habitable de leur étoile. C’est-à-dire la région où les températures sont telles qu’elles permettent à l’eau d’être liquide. Kepler en a trouvé neuf nouvelles, qui viennent se rajouter aux douze précédentes.

Ces corps sont évidemment très intéressants à étudier, mais la notion de zone habitable est à prendre avec beaucoup de précautions. Elle indique seulement que si de l’eau se trouve sur ces planètes, elle peut être liquide. Dès lors, rien ne certifie qu’il y a effectivement de l’eau dessus, et plus encore, une multitude facteurs peut empêcher une planète se trouvant dans cette zone d’avoir de l’eau liquide. Un très fort effet de serre par exemple rendra impossible cette présence, tout comme un verrouillage gravitationnel, lorsqu’une planète présente toujours la même face à son astre, et possède donc une moitié dans la nuit éternelle et l’autre dans un jour sans fin.

Il manque donc encore beaucoup d’éléments pour pouvoir apporter une réponse à la grande question de la possibilité de la vie ailleurs que dans le Système solaire. Ceci dit, la chasse aux exoplanètes est une discipline qui est jeune et de nombreux développements techniques sont à attendre dans les années à venir.

Hubble laissera la place à Plato et E-ELT

En 2018, le télescope spatial Hubble laissera sa place à son successeur, le James-Webb. Un engin présenté comme suffisamment puissant pour pouvoir observer directement d’autres mondes, et qui devrait permettre de faire un bond dans nos connaissances et dans la caractérisation de ces nouvelles planètes.

En 2024, c’est l’Agence spatiale européenne (ESA) qui lancera un autre télescope spatial, Plato, spécialement dédié à la traque d’autres mondes. Enfin, en 2025, c’est l’E-ELT (European extremely large telescope), sur Terre cette fois, qui entrera en fonction. Un monstre qui devrait être à même, lui aussi, d’observer directement des exoplanètes, pour déterminer par exemple si elles possèdent une atmosphère ou non.

Posted on 2016/05/30 - Modified on 2016/05/30

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias