mots-actu_m.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Les élections israéliennes ont mis l’accent sur une particularité de la constitution de ce pays : il a un Parlement monocaméral. Un mot qui fait très savant, et pourtant assez facile à comprendre : cela signifie que le Parlement est constitué d’une seule assemblée et non de deux, comme c’est le cas dans de nombreux pays démocratiques : il est courant d’avoir deux groupes de personnalités élues, qui ont des fonctions et des appellations différentes : souvent l’Assemblée nationale et le Sénat. Parfois la Chambre Haute et la Chambre Basse… Et les modes de scrutin sont le plus souvent différents pour une chambre et pour l’autre. Les deux assemblées forment ce qu’on nomme en général un Parlement.

Alors, pourquoi parler de Parlement monocaméral en Israël ? Cet adjectif signifie littéralement « à une chambre ». Mono vient du grec et veut dire « un seul ». Caméra vient du latin (et anciennement du grec d’ailleurs…) et signifie chambre. On sait que le mot existe encore tel quel en français pour et s’attache à un appareil qui permet de filmer. C’est que le cinéma s’appuie sur les techniques de chambre noire (ou de chambre claire : camera obscura ou camera lucida) ce qui a fait qu’on a gardé le nom sans le changer…

Revenons à notre monocamérisme, puisque le mot existe même s’il est rare, et qu’il s’oppose à celui de bicamérisme, un peu plus répandu. On aurait pu imaginer l’adjectif chambriste – un Parlement unichambriste ? Hélas le mot n’existe pas. Pourtant le mot chambriste existe, mais avec un sens tout différent, et musical : il renvoie à l’idée de la musique de chambre, c’est-à-dire la musique savante, écrite, exécutée par quelques musiciens, pas par un orchestre : à partir du duo, jusqu’au trio, quatuor… et jusqu’à neuf ou dix musiciens, on est dans la musique de chambre, intime, faite pour être jouée bien souvent dans un lieu aux dimensions modestes.

Et ce mot de chambre, il prend assez tôt en français un sens politique. Avec d’abord des échos judiciaires : Chambre de justice, dès le 14e siècle, puis Chambre des Communes, Chambre des pairs. Et cela évoque davantage l’histoire de l’Angleterre, mais on sait qu’à cette période médiévale, la langue du pouvoir en Angleterre était essentiellement le français.

En même temps ce mot de chambre va désigner une pièce d’habitation, et notamment celle où l’on dort – un sens que le mot a encore à l’heure actuelle. Mais il s’applique plutôt à des demeures seigneuriales, où l’on a plusieurs espaces, selon les activités qui s’y déroulent. On comprend donc évidemment la formation d’expressions comme valet de chambre ou femme de chambre. Mais c’est aussi de là que vient le mot chambellan. On pourrait croire qu’il est attaché au sens politique, mais pas du tout : le Chambellan est au départ plus ou moins le valet de chambre du roi.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias