#French in the news

Journal en français facile 29/03/2019 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Adrien Delgrange : À l’écoute de Radio France Internationale, 20h en temps universel, 21h à Paris. Bonsoir à tous, avec Zéphyrin Kouadio ce soir pour vous présenter le Journal en français facile. Bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir Adrien, bonsoir, à tous. Au sommaire de cette édition du 29 mars.

AD : Les Algériens sont descendus en nombre dans les rues aujourd’hui pour réclamer la démission de leur président Adabelaziz Bouteflika. En Europe, les députées britanniques ont largement rejeté pour la 3e fois l’accord de Brexit négocié avec l’UE. En France, Jawad Bendaoud a été condamné 4 ans de prison, il avait hébergé chez lui des terroristes jihadistes. Et puis dans ce journal, nous reviendrons sur la vie d’Agnès Varda, réalisatrice française décédée à l’âge de 90 ans ! Voilà pour les titres, bienvenus à tous.

-----

ZK : Nouvelle journée de manifestation en Algérie et pour le 6e vendredi de suite, les Algériens sont toujours aussi nombreux à demander du changement à la tête du pays.

AD : La police algérienne annonce 1 million de manifestants. Les Algériens continuent donc de réclamer le départ leur président Abdelaziz Bouteflika, cette manifestation d’aujourd’hui était la première depuis l’annonce du chef d’état major. Ahmed Gaid Salah demandait à ce que le président Abdelaziz Bouteflika soit déclaré inapte autrement dit incapable d’exercer le pouvoir. Les manifestants dans la rue ont aujourd’hui directement répondu au chef d’état-major. À Alger, Leila Berrato.

On se demandait qu’elle allait être la réaction des Algériens à l’appel du chef d’état-major cette semaine, un appel pour déclarer le président inapte à exercer ses fonctions. Les centaines de milliers de personnes qui ont défilé dans le centre de la capitale, dans le calme, mais aussi dans tout le pays, ont donné un début de réponse. Visiblement, pour les manifestants, ce n’est pas suffisant. Un flot ininterrompu de pancartes faisaient des jeux de mots sur l’article 102, l’article qui consacre l’empêchement du président, et demandaient le départ de la classe dirigeante. Il y a ceux qui demandaient aussi l’application de l’Article. 7 de la Constitution qui dit que la souveraineté nationale appartient exclusivement au peuple. Enfin, il y avait des pancartes contre Abdelkader Bensalah, le président du Conseil de la Nation, qui est l’homme qui prendra les rênes du pays en cas de démission ou d’empêchement du président Abdelaziz Bouteflika. Bref, le message global est : il faut tous que vous partiez. La question maintenant est quelle annonce peuvent faire désormais les autorités pour calmer la colère des manifestants, puisque le départ d’Abdelaziz Bouteflika ne semble plus satisfaisant.

ZK : Non, c’est non pour la 3e fois, les députés de la Chambre des communes ont rejeté l’accord de sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

AD : Par 344 voix contre 286. Le Brexit devrait donc avoir lieu le 12 avril, à moins que Londres ne propose une alternative d’ici là et demande un nouveau report.

ZK : C’est en tous cas un échec et un nouveau revers pour Theresa May qui a dit, à la suite du vote, regretter profondément cette décision. 

AD : L’Union européenne a clairement stipulé que toute extension devrait être motivée pour une raison valable et devrait être acceptée unanimement par les chefs d’État et de gouvernement des 27 autres pays membres avant le 12 avril. Cela impliquerait certainement que le Royaume-Uni doive organiser des élections législatives européennes. Ce lundi, cette Chambre des communes va poursuivre son processus pour déterminer si une majorité se dégage pour une des versions alternatives de notre future relation avec l’Union européenne. Et bien entendu, toutes les options nécessiteront l’accord de retrait. Monsieur le président de l’assemblée, je crains que l’on n’atteigne les limites de ce processus dans cette chambre. Cette chambre a rejeté le retrait sans accord, elle a rejeté l’abandon du Brexit. Mercredi elle a rejeté toutes les variations de l’accord qui étaient sur la table et aujourd’hui elle rejette l’approbation de l’accord de retrait, et la poursuite du processus dans le futur. Ce gouvernement va continuer à défendre la cause pour un Brexit dans un cadre ordonné, tel que le résultat du référendum l’exige.

ZK : L’UE arrête d’envoyer des bateaux militaires pour lutter contre les passeurs de migrants en mer méditerranée.

AD : Sous la pression de Rome, qui ne plus voir de migrants secourus arriver en Italie. L’opération européenne, appelée Sophia change de stratégie. Finis donc le déploiement de navires, mais « L’opération continuera d’exécuter son mandat en en intensifiant la surveillance par des moyens aériens ainsi qu’en renforçant le soutien apporté aux garde-côtes libyens », précise le Conseil de l’UE.

ZK : 2,5 milliards d’euros pour développer les petites et moyennes entreprises africaines.

AD : Montant annoncée par le ministre français de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire aujourd’hui à Dakar. Près de 10 000 entreprises africaines sont ciblées par l’Agence française de développement. 1milliard d’euros en investissements directs, et 1 milliard et demi d’euros en crédit. Des financements sa mettre en place d’ici 2022.

ZK : Au chapitre économique en France, les salariés d’Arjowiggin évoquent l’effet d’un « coup de massue » reçu sur la tête à l’annonce de la liquidation judiciaire de leur entreprise, fabricant de papier ! 

AD : Faute d’investisseur privé, prés de 700 salariés de deux usines du papetier Arjowiggins dans les départements de la Sarthe et de l’Aisne vont perdent leur emploi. Le tribunal de commerce de Nanterre a prononcé ce matin le placement en liquidation judiciaire de l’ESE sans reprise d’activité. Sébastien Duhamel. 

On ne peut pas dire que les salariés d’Arjowiggins ont été surpris, non, il s’y attendaient... Pour autant, la décision du tribunal de commerce de Nanterre les affecte grandement, à l’image de Jérémy Dupaillon, délégué syndical central de la CFDT. [...] Il leur faudra du temps, mais les salariés l’affirment : ils continueront à se battre pour faire accepter le projet de reprise partielle qu’ils ont à nouveau présenté ces derniers jours... [...] En matière financière justement, l’avocat de salariés Thomas Hollande en veut à l’actionnaire principal du groupe Sequana, qui est la Banque publique d’investissement. Il en veut donc à l’État. [...] Thomas Hollande demande donc à l’État et la banque publique d’investissement d’assumer leurs responsabilités, en tant qu’actionnaires du groupe Sequona qui détient les papeteries Arjowiggins. De son côté le ministère de l’Économie et des Finances assure qu’il répondra présent aux côtés des collectivités locales, pour accompagner et reclasser les salariés concernés.

ZK : C’est une grande dame du cinéma français qui est décédée la nuit dernière.

AD : Agnès Varda s’est éteinte à l’âge de 90 ans. Épouse de Jacques Demy, la réalisatrice aura travaillé jusqu’au bout de sa vie et avait même présenté, il y a un mois à peine, à la Berlinale, son dernier documentaire, un film testament intitulé « Varda par Agnès ». Sophie Torlotin revient sur les grandes étapes de sa vie.

Agnès Varda, c’était la « Mamie punk » de la Nouvelle Vague... Une petite dame au caractère trempé et à la coupe au bol bicolore si reconnaissable. Né Arlette Varda en mai 1928 en Belgique, elle grandit à Sète dans le sud de la France. La photographie est sa première passion, étudiée aux Beaux Arts. Elle rencontre à 20 ans Jean Vilar, puis devient trois ans plus tard la photographe du tout jeune festival d’Avignon. C’est à Sète qu’elle tourne son premier long métrage en 1955, la Pointe courte... Ce film tourné en décors naturels avec un budget réduit annonce la Nouvelle Vague. Sept ans plus tard, elle montre à Cannes son deuxième long-métrage, Cléo de 5 à 7. Agnès Varda y impose son style, artisanal, libre et audacieux. Engagé aussi. Celle qui signe en 1971 l’appel à la légalisation de l’avortement tourne cinq ans plus tard la comédie musicale féministe « l’une chante, l’autre pas ». Elle n’aura de cesse ensuite de décloisonner les arts et les disciplines, alternant documentaire et fictions, courts et longs métrages, une quarantaine au total. Dans les années 2000, elle investit le champ de l’art contemporain, exposant à la Biennale de Venise. Sans jamais cesser de tourner. C’est avec le jeune plasticien JR qu’elle tourne le documentaire « visages villages » en 2017, l’année où elle reçoit un oscar d’honneur à Hollywood.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias